Essieu De Dion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un essieu De Dion est un essieu arrière rigide doté d'un carter de pont fixé au châssis permettant un gain de poids non suspendu tout en conservant la voie constante propre au pont rigide. On le trouve sur des véhicules à roues arrière motrices mais certaines tractions en furent pourvues (Ruxton, Cord L-29[1]). Il est généralement guidé par un parallélogramme de Watt.

Véhicules utilisant l'essieu De Dion[modifier | modifier le code]

C'est une solution technique qui était fréquente sur les voitures de sport avant l'apparition du moteur central comme, par exemple, sur la Ferrari 500.

Liste de véhicules de série anciens équipés de ce type de suspension arrière : Mazda Cosmo, Alfa Romeo Alfetta, Alfa Romeo GTV6, Alfa Romeo Giulietta, Alfa Romeo Alfa 6, 90, 75/Milano, Lancia Aurelia (dès la 4e série), Lancia Flaminia, première et seconde générations Prince Gloria, Volvo série 300, Rover P6, Dodge Caravan & Grand Caravan (version 4 roues motrices de 1991–2004), DAF 66, DAF 46, Opel Diplomat "B" de 1969, toutes les Aston Martin de 1967 à 1989, Ferrari 375 and 250TR, Maserati Quattroporte, Bugatti 251, Mercedes-Benz W125 and W154, Auto Union Type D.

Voitures plus récentes équipées d'un essieu De Dion : Smart Fortwo et Smart Roadster, Mitsubishi i kei, Caterham 7[2], Ford Ranger EV, ainsi que quelques véhicules vendus en kit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Transmissions aux roues, sur le site philippe.boursin.perso.sfr.fr, consulté le 27 avril 2013
  2. d'après un design de Lotus Seven

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Schéma animé d'un parallélogramme de Watt, sur le site brockeng.com