Governors Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 41′ 20″ N 74° 01′ 10″ O / 40.6889, -74.0194 ()

Plan de Governors Island

Governors Island (de l'anglais signifiant littéralement « île des gouverneurs ») est une île de 86 hectares, située dans la baie de New York, à environ 1 km au sud de Manhattan. Elle est séparée de Brooklyn par le Buttermilk Channel (Le chenal du babeurre). De 1776 à 1996, ce site fut une base de l'Armée Américaine, et des gardes côtes. L'origine de son nom date de 1698, alors que New York était une colonie anglaise, l'assemblée coloniale avait réservé l'île à l'usage exclusif des gouverneurs de la Province de New York.

En 2001, les deux fortifications historiques et leurs environs devinrent un monument national. L'État de New York administre l'île, mais une dizaine d'hectares sont sous la juridiction du National Park Service. Le monument n'est ouvert au public que de juin au premier lundi de septembre (Labor Day). Il est accessible par ferry depuis la pointe sud de Manhattan.

Histoire de l'île[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Governors Island par l'USGS, mars 2006

L'île était vraisemblablement utilisée, par la peuplade amérindienne des Lenapes, comme lieu de cueillette et de pêche. Elle fut le premier lieu d'installation de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales en 1633, avant que celle-ci ne décide de déménager vers l'île de Manhattan pour établir la Nouvelle-Amsterdam, l'île s'appelait alors Noten Eylant. Quelques années plus tard, en 1637, elle fut rachetée par Wouter van Twiller, directeur de la Nouvelle-Néerlande. Quand les Anglais s'emparèrent de la ville, elle fut renommée New York. En 1776, lors du début de la révolution américaine, George Washington ordonna, juste avant la bataille de Brooklyn, que l'on fortifia l'île à l'aide d'ouvrages en terre. L'artillerie située sur l'île permit de couvrir la retraite de l'armée américaine naissante, sauvant ainsi la révolution américaine d'une fin prématurée. Mais New York resta, jusqu'à la fin du conflit, sous la domination des Britanniques qui en firent une base pour leurs opérations sur le continent.

Governors-Island-map.svg

Avec l'indépendance américaine en 1783, la ville de New York et la nation américaine étaient déterminées à prévenir toute occupation de la ville, ainsi que l'utilisation par une puissance ennemie de ses voies fluviales stratégiques. Ainsi deux fortifications furent construites dans les années précédant la guerre de 1812. La première, le fort Jay, est un bastion, commencé en 1790, construit sur l'emplacement des anciennes fortifications en terre. Le second fort, Fort Williams, est une casemate ronde achevée en 1811. Les deux forts sont parmi les mieux conservés du premier, (Fort Jay) et du second (Fort Williams), système de fortifications côtières américain.

Durant la guerre de Sécession, le Fort Williams servit de prison pour des soldats des Confédérés, tandis que le fort Jay retint des officiers sudistes. Après la guerre, Fort Williams, servit de prison militaire comme Fort Leavenworth, ou Alcatraz.

En 1878 les installations militaires sur l'île, maintenant nommées collectivement Fort Colombus, devinrent un centre administratif majeur de l'armée. L'île joua un grand rôle dans les légendaires vols des frères Wright en 1909. En 1939, le quartier général de la première armée s'installa sur l'île. En 1966, une fois la première armée partie, les gardes côtes s'installèrent à leur tour. La fermeture de la base en 1998 mis fin à deux siècles d'occupation fédérale de l'île.

En 1988, les pourparlers entre le Président américain Ronald Reagan, le Président élu George Bush et le Premier secrétaire du PCUS Mikhail Gorbatchev se tinrent sur l'île.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :