Famille Disney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Disney.

Cette page regroupe pour une question d'usage les membres de la famille Disney autres que :

Les parents de Walt et Roy O. Disney servent de point de référence (« première génération »).
Les personnes inscrites en italique sont les conjoint(e)s.

Histoire du patronyme[modifier | modifier le code]

D'après des archives encore exploitables, le nom Disney est apparu en Angleterre durant la seconde moitié du Moyen Âge[1].

En 1066, deux soldats normands, Hugues d'Isigny (né Hugues Suhard[2]) et son fils Robert, participent à la conquête d'Angleterre par Guillaume le Conquérant[1], représentée sur la tapisserie de Bayeux. Ils sont natifs d'Isigny-sur-Mer, un petit village situé près de l'embouchure de la Vire, à 10 km de Carentan (vers l'est) et à 30 km de Bayeux (vers l'ouest)[1]. Après la conquête, Hugues d'Isigny et son fils décidèrent de rester sur le sol anglais. Au fil des ans leur nom s'anglicise et se transforme progressivement en « Disney »[1].

Au XVIIe siècle, une branche de la famille Disney émigre en Irlande[1].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Ascendants[modifier | modifier le code]

Arundel Disney[modifier | modifier le code]

Arundel Elias Disney (1801 - 1880) est l'arrière-grand-père de Walt Disney.

En 1801 Arundel Disney, voit le jour dans le Kilkenny en Irlande. Ce serait un descendant de Hugues et Robert d'Isigny qui s'installèrent en Angleterre avec Guillaume le Conquérant en 1066[1].

Le 9 janvier 1832, il épouse Maria Swan (1814 - 1896[3]) et le 2 novembre de la même année, naît Kepple Disney. Quinze autres enfants verront le jour.

En 1834 Arundel et son frère Robert partent de Liverpool avec leurs familles, dans l'intention de s'installer aux États-Unis. Ils y parviennent le 3 octobre ; ils auront mis environ un mois à traverser l'océan Atlantique.

Une fois sur le sol américain, les deux frères se séparent. Robert s'installe dans une ferme du Mid-Ouest, tandis qu'Arundel décide de s'établir à Goderich dans le comté de Huron en Ontario (Canada). Là, Arundel construit un moulin à proximité de la rivière Maitland et gagne sa vie en vendant du blé ainsi que du bois, mais la relative fortune ne dure qu'un temps et bientôt les dettes s'accumulent.

Il rejoint en 1878 son fils Kepple à Ellis (en) dans le Kansas, mais meurt en 1880.

Kepple Disney[modifier | modifier le code]

Kepple Disney (2 novembre 1832 - 24 mai 1891) est le père d'Elias Disney et le grand-père paternel de Walt Disney. C'est le fils d'Arundel Disney et de Maria Swan.

Le 18 mars 1858, il épouse Mary J. Richardson (30 mars 1838 - 10 mars 1909[4]), une immigrante irlandaise.

En 1859, installés à Bluevale, ils donnent naissance au premier de leurs onze enfants : Elias Disney, qui n'est autre que le père de Walt Disney. Kepple tentait à cette époque de subvenir aux besoins de sa famille en travaillant dans différents domaines (forage pétrolier, mines de sel, etc.)

En 1878, Kepple et ses deux fils, Elias et Robert (respectivement père et oncle de Walt Disney), bientôt rejoints par le reste de la famille s'installent à Ellis dans le Kansas où ils achètent 81 hectares de terrain à l'Union Pacific (société de chemins de fer). N'ayant pas les moyens de s'acheter du bois, la famille se construit une maison en pisé avant d'exploiter une carrière avec laquelle elle pourra se bâtir une maison en pierre. Pendant ce temps, les Disney prospèrent grâce au bétail et au blé.

En mai 1891, Kepple Disney meurt à l'âge de 59 ans.

Première génération[modifier | modifier le code]

Elias Disney[modifier | modifier le code]

Elias et Flora Disney en 1913

Elias Disney (6 février 1859 - 13 septembre 1941[5]) est né à Bluevale (en), dans le comté d'Huron en Ontario[5] (Canada), de Kepple Disney et Mary Richardson. Il devint fermier et homme d'affaires avec peu de succès. Il est surtout connu pour être le père de Walt Disney.

En 1878, Elias quitte son Canada natal avec son père pour la Californie, dans l'espoir de trouver de l'or. Au lieu de cela, Kepple (son père) est convaincu par un agent de l'Union Pacific Railroad d'acheter 81 hectares (200 acres) de terre près d'Ellis (en), dans le Kansas. Elias travaille dans la nouvelle ferme de son père jusqu'en 1884, puis en part pour trouver un autre travail. Il est embauché dans un atelier de construction mécanique pour le chemin de fer (un de ses collègues est Walter Chrysler, futur cofondateur de l'empire Chrysler) et participe à la construction de la ligne de chemin de fer Union Pacific Railroad traversant le Colorado. Après son contact avec le chemin de fer, il devient violoniste professionnel à Denver. Cette expérience se soldant par un échec, il revient à la ferme de son père.

Il suit alors la famille voisine Call qui part en Floride[5] et se marie avec Flora Call, le 1er janvier 1888 à Acron, en Floride. Ils ne parviennent pas à vivre de la culture d'agrumes et d'un hôtel[5]. Peu après leur mariage, le couple part pour Chicago, où Elias devient ouvrier du bâtiment[6]. Il travaille par exemple comme menuisier sur le chantier de l'Exposition universelle de 1893. Il rencontre et a comme appui amical Walter Parr, le pasteur de l'église Congrégationaliste Saint Paul. Elias composa le prénom de son quatrième fils avec le sien et celui du pasteur.

Elias, inquiet de la criminalité croissante de la ville, décide de la quitter avec sa famille en 1906 pour s'installer dans une ferme près de Marceline, dans le Missouri. La famille vend la ferme en 1909 et vit dans une maison louée jusqu'en 1910, jusqu'à leur départ pour Kansas City où Elias tente de vivre d'une profession de vendeur de journaux[5], embauchant ses fils.

À la fin des années 1930, grâce aux succès de Walt et de Roy, Elias et Flora emménagent à North Hollywood (Los Angeles)[5].

En septembre 1941, il meurt à Los Angeles à l'âge de 82 ans.

Flora Call lui donnera cinq enfants :

Flora Call[modifier | modifier le code]

Flora Call (22 avril 1868 - 26 novembre 1938), est la femme d'Elias Disney et la mère de Walt Disney[5].

Elle est née à Steuben (en), dans le comté de Huron dans l'Ohio[5] de Charles Call (22 mars 1822 - 6 janvier 1938) et Henrietta Gross (27 juillet 1837 - 21 février 1910). Elle exerce le métier d'institutrice[6] avant d'épouser Elias Disney le 1er janvier 1888 à Acron, en Floride. De par ce mariage, elle fut la mère de :

Entre 1889 et 1906, elle élève ses enfants et aide son mari à la conception de plan pour les maisons qu'il construit[7].

Deuxième génération[modifier | modifier le code]

Herbert Disney[modifier | modifier le code]

Herbert Arthur Disney (8 décembre 1888 - 29 janvier 1961), né à Acron en Floride, est le frère aîné de Walt Disney. Il fut employé des postes[5].

Raymond Disney[modifier | modifier le code]

Raymond Arnold Disney (30 décembre 1890 - 24 mai 1989) est le second fils d'Elias et Flora Disney et travaillait dans le domaine de l'assurance[5].

Ruth Disney[modifier | modifier le code]

Ruth Flora Disney (6 décembre 1903 - 7 avril 1995), née à Chicago est la sœur cadette de Walt Disney et le dernier enfant de la famille d'Elias et Flora Disney[8].

Elle s'installa à Portland dans l'Oregon et y épousa Theodore Beecher[8]. Elle était amateur d'orgues et acheta et restaura chez elle un orgue provenant d'un vieux théâtre[8].

Edna Francis[modifier | modifier le code]

Edna Francis (16 janvier 1890 - 18 décembre 1984[9]), née à Kansas City, est la femme de Roy Oliver Disney. Ils se sont connus à Kansas City et se sont mariés le 11 avril 1925 dans la maison de Robert Disney, oncle de Roy et Walt[10].

Le couple a eu un fils en 1930, Roy Edward Disney, neveu de Walt et membre de la Disney Walt Company.

Lillian Bounds[modifier | modifier le code]

Walt et Lillian Disney

Lillian Marie Bounds dite « Lilly » (née le 15 février 1899 à Lewiston dans l'Idaho et décédée le 16 décembre 1997 à Los Angeles en Californie[5]) est l'épouse de Walt Disney. Elle se maria après la mort de ce dernier à John L. Truyens (1969 – 1981).

Après une éducation dans l’Idaho à Lewiston, sa ville natale, Lillian partit à Los Angeles à la fin des années 1910 ou au début des années 1920 afin de trouver du travail. Il semble qu’elle ait eu des notions de dessin ce qui lui a permis de postuler pour des postes liés à l’animation.

Walt Disney l’engagea vers 1924 dans son studio comme intervalliste, ainsi elle gouacha les premiers Mickey Mouse. Sa sœur, Hazel Sewell née Hazel Bounds (1er mai 1898 - 22 janvier 1975)[11] faisait aussi partie des intervalistes. Elle se maria avec Bill Cottrell[11].

Le soir, tard, Walt voulait souvent ramener Lillian avec une collègue chez elles dans un vieux pickup que Walt et Roy avaient acheté pour les besoins du studio. Walt déposait toujours l’autre jeune femme d’abord. Lillian racontait principalement à Walt son enfance, dernière de dix enfants dans une forge et il adorait cela. Puis ils commencèrent à se fréquenter assidûment et à discuter tout le temps. Mais Walt refusa toutes les invitations de Lillian à rencontrer sa famille. Il ne désirait pas leur être présenté tant qu'il n’avait pas économisé assez d’argent pour s’acheter un nouveau costume. Il y alla ensuite immédiatement. Walt et Roy qui partageaient un appartement, commençaient à ne plus se supporter et se querellaient constamment. Le problème trouva une solution au début de 1925, quand Roy demanda en mariage sa petite amie de longue date, Edna Francis. Peu de temps après, le 13 juillet 1925, Walt et Lilly, comme il la surnommait, se marièrent à Lewiston.

Walt et Lillian eurent deux filles. Diane Disney naquit le 19 décembre 1933 puis le couple prit la décision d’en adopter une seconde, Sharon Disney, qui était née le 21 décembre 1936.

Après la mort de Walt Disney en 1966, elle se marie à John L. Truyens en 1969 mais il meurt en 1981.

En 1987, Lillian Disney offrit 50 millions de dollars pour la construction d’un nouveau bâtiment destiné à l'Orchestre philharmonique de Los Angeles[5]. Après plusieurs retards, le Walt Disney Concert Hall ouvrit en 2003, six années après la mort de Lillian Disney.

Elle meurt le 16 décembre 1997[5], d'un accident vasculaire cérébral exactement 31 ans et 1 jour après Walt Disney, à l'âge de 98 ans.

Sa filmographie comprend des travaux comme intervalliste (mise en place de l'encre sur les films) sur le film de 1928 Plane Crazy.

Troisième génération[modifier | modifier le code]

Diane Disney[modifier | modifier le code]

Diane Marie Disney, ou Diane Disney-Miller depuis son mariage avec Ronald Miller dit « Ron », (18 décembre 1933[5] - 19 novembre 2013) est la fille biologique de Walt Disney et de sa femme Lillian. Elle a une sœur adoptive, Sharon Mae Disney, de trois ans sa cadette.

Diane est très connue pour sa philanthropie. Après la mort de Walt Disney en 1966, Diane fit don de près de 5 millions de dollars à diverses œuvres de charités à travers les États-Unis sur sa fortune personnelle. Elle était aussi active au sein de diverses fondations familiales ou non familiales.

Elle a épousé Ronald William Miller avec qui elle a eu sept enfants[5] :

Un seul est actuellement lié à la société de son grand-père[réf. souhaitée]. Son mari a été toutefois l'un des présidents exécutifs de la Walt Disney Company entre 1982 et 1984.

Elle a coécrit en 1956 avec Pete Martin une biographie de Walt Disney[5].

Dans les années 1970, Diane et Ron Miller ont fait l'acquisition de vignes dans la vallée de Napa en Californie. Depuis 1981, ils produisent la Silverado Vineyards Winery sur leur propriété.

Diane est toutefois sortie de sa « retraite vinicole » pour lancer le 17 novembre 2004 un nouveau projet au Presidio de San Francisco : en fait, il est intéressant de savoir que la fondation prend part au projet de rénovation du Présidio depuis 2001.

Le Presidio est un ancien terrain militaire en cours de reconversion : la base fut abandonnée en 1994 par l'armée de Terre qui l'a occupée pendant des décennies. Le bureau de poste destiné aux militaires appartient à un groupe de cinq bâtiments construits entre 1895 et 1897 durant les Guerres indiennes. Ce bâtiment, situé au 104 de la Montgomery Street[12], et construit en briques rouge, caractéristique architecturale du Présidio, va être rénové et transformé en un musée de 3 700 m2 grâce à un don de 15 millions de dollars proposé par Diane au nom de la fondation de la famille de Walt Disney (Walt Disney Family Foundation).

Le musée Walt Disney Family Museum and Library est ouvert depuis le 1er octobre 2009. Il est consacré à Walt Disney et contiend des dessins, photographies, lettres, documents et objets divers qui racontent l'histoire de Walt et son influence sur l'époque où il a vécu. Le musée accueille également un centre éducatif, les bureaux de la fondation et de l'administration du musée et sert de lieu d'archives.

Diane Disney meurt à 79 ans, le 19 novembre 2013, des suites de complications dues à une chute[13].

Sharon Disney[modifier | modifier le code]

Sharon Mae Disney (21 décembre 1936-16 février 1993[8]) est la fille cadette et adoptive de Walt Disney et sa femme Lillian Bounds. Elle a été adoptée à l'âge de deux semaines. La décision d'adoption fut prise par le couple Disney lorsqu'ils apprirent qu'ils ne pourraient plus concevoir d'enfant après la naissance de leur unique fille naturelle Diane Disney, née en 1933.

En 1957, âgée de 21 ans elle participe au film Johnny Tremain[14]. Mais il semble que l'attention de Walt ne fut pas pleine et entière pour sa fille adoptive. À la mort de Walt et comme stipulé dans le testament de son père, elle ne reçut aucune action des Walt Disney Productions à la différence de Diane qui eut une partie des actions, des biens et un pouvoir de vote.

Sharon s'est mariée à deux reprises : la première fois avec Robert Borgfeldt Brown (décédé en 1967), avec lequel elle a eu une fille, Victoria Brown (née en 1966) ; puis avec William S. Lund[8], avec lequel elle a eu deux jumeaux, Brad et Michelle Lund (nés en 1970). En 1984 elle a été nommée au directoire de la Walt Disney Company[8].

Sharon est morte d'un cancer des poumons à l'âge de 56 ans le 16 février 1993.

Patricia Dailey[modifier | modifier le code]

Patricia Ann Dailey, dite « Patty » (1935 - 3 février 2012), était l'ex-femme de Roy Edward Disney. Ils se sont mariés en 1955 et ont divorcé en 2007[15]. Ensemble, ils ont eu quatre enfants :

Quatrième génération[modifier | modifier le code]

Roy P. Disney[modifier | modifier le code]

Roy Patrick Disney (né en 1957) est le fils de Roy Edward Disney et Patricia Ann Dailey, petit-fils de Roy Oliver Disney et petit-neveu de Walt Disney. Il est fondateur et dirigeant d'une société d'investissement[16],[17]. Il a participé au livre de David A. Bossert consacré à son père, Remembering Roy E. Disney : Memories and Photos of a Storied Life, dont il a écrit la préface[18] et participe à certains évènements de la compagnie[19],[20]. Le 18 juin 2014, Roy P. Disney au travers de Shamrock investit dans la société textile RevoLaze qui a développé une technique de laser imprimant des motifs sur ou vieillissant le jeans[21].

Abigail Disney[modifier | modifier le code]

Abigail Edna Disney[22] (née en 1960) est la fille de Roy Edward Disney et Patricia Ann Dailey et la sœur de Roy Patrick Disney. C'est une philanthrope et cinéaste, productrice de films et séries documentaires sur des sujets sociaux[23]. Sa filmographie comprend, entre autres, Pray the Devil Back to Hell (en) (2008), traitant de l'action de la lauréate du prix Nobel de la paix, Leymah Gbowee, au Liberia[23] ; mais aussi The Queen of Versailles (2012), The Invisible War (2012) ou encore Hateship, Loveship (2013)[24].

Elle est mariée depuis le 8 octobre 1988 à l'activiste Pierre Norman Hauser[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Guide de tourisme de Disneyland Paris, Michelin, coll. « Guide vert » (réimpr. 1995) (1re éd. 1992) (ISBN 2-06-048002-7), p. 38
  2. Charles, « D’Isigny… à Disney ! », sur Histoire normande,‎ 28 juin 2012 (consulté le 27 décembre 2013)
  3. (en) P. Fazzini, « Marie Swan Disney », sur Find a grave,‎ 27 octobre 2010 (consulté le 27 décembre 2013)
  4. (en) « Ancestors of Walt Disney - Mary J. RICHARDSON », sur FamousKin (consulté le 27 décembre 2013)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, New York, Hyperion Books,‎ 1998 (réimpr. 2007), 768 p. (ISBN 0-7868-4919-3), p. 142
  6. a et b Christopher Finch, L'Art de Walt Disney de Mickey à Mulan, Paris, La Martinière, coll. « Patrimoine »,‎ 1999, 160 p. (ISBN 2732425311), p. 10
  7. Dave Smith et Steven Clack, Walt Disney : 100 ans de magie, Paris, Michel Lafon,‎ 2001, 208 p. (ISBN 2-84098-743-0), p. 4
  8. a, b, c, d, e et f (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, New York, Hyperion Books,‎ 1998 (réimpr. 2007), 768 p. (ISBN 0-7868-4919-3), p. 143
  9. (en) Daniel, « Disney’s Magic Makers: Edna Francis Disney », sur NETCOT,‎ 1er août 2009 (consulté le 27 décembre 2013)
  10. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, New York, Hyperion Books,‎ 1998, 634 p. (ISBN 0-7868-6391-9), p. 220
  11. a et b (en) « Hazel Sewell (1898–1975) », sur Internet Movie Database (consulté le 27 décembre 2013)
  12. (en) « Hours & Location », sur Walt Disney (consulté le 27 décembre 2013)
  13. Diane Disney Miller, champion of Disney Hall design, dies at 79
  14. (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 134.
  15. (en) Jonathan Funnell, « Patricia Ann "Patty" Dailey Disney », sur Find a grave,‎ 7 février 2012 (consulté le 27 décembre 2013)
  16. (en) « An Interview With... Roy Patrick Disney », sur Imagiverse,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 26 décembre 2013)
  17. (en) Patrice Apodaca, « Disney Kin Follows Proven Footsteps on Path to Empire », sur Los Angeles Times,‎ 4 juillet 1992 (consulté le 26 décembre 2013)
  18. (en) « 2013 FBF Rights Guide Editions », sur Graal (consulté le 26 décembre 2013)
  19. (en) « D23 Expo 2009 - Growing Up (Roy Patrick) Disney », sur D23 (consulté le 26 décembre 2013)
  20. (en) « Remembering Roy E. Disney with Dave Bossert », sur D23 (consulté le 26 décembre 2013)
  21. « Disney invests in textile laser technology », sur EcoTextile News,‎ 18 juin 2014 (consulté le 19 juillet 2014)
  22. a et b (en) « Abigail Disney, Ph.D Candidate, Weds Pierre Norman Hauser 2d at Columbia », sur The New York Times,‎ 9 octobre 1988 (consulté le 28 décembre 2013)
  23. a et b Anita Kirpalani, « L'héritière Disney n'a pas peur de la guerre », sur Youphil,‎ 27 décembre 2011 (consulté le 27 décembre 2013)
  24. (en) « Abigail Disney », sur Internet Movie Database (consulté le 26 décembre 2013)