Micro-expression

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une micro-expression est une expression faciale brève et involontaire que le visage humain exprime en fonction des émotions vécues. Elles apparaissent généralement lors de situations où les enjeux qui en découlent sont élevés, quand des personnes ont quelque chose à gagner ou à perdre.

À la différence des expressions faciales, il est très difficile de feindre ou d'imiter une micro-expression.

Les micro-expressions expriment, suivant les chercheurs, entre six à dix émotions universelles: le dégoût, la colère, la peur, la tristesse, la joie, la surprise, voire le mépris[1].

Une micro-expression peut se produire en un temps très court, de l'ordre d'1/15 à 1/25e de seconde, ce qui la rend quasiment indétectable pour la très grande majorité des gens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charles Darwin a été le premier chercheur à étudier les comportements animaux ainsi qu'humains, sur différentes tribus, certaines n'ayant eu que très peu de contacts avec le monde occidental. Il publie en 1872 « L'Expression des émotions chez l'homme et les animaux ».

Le terme de « micro-expression » a été énoncé en premier par Haggard et Isaacs. Dans une étude de 1966, Haggard et Isaacs ont souligné la manière par laquelle ils ont découvert ces expressions se déroulant en un "micro-moment", "en analysant des films tournés lors de séances de psychothérapie, en cherchant des indications de communication non verbale entre le thérapeute et son patient"[2].

Dans les années 1960, William Condon a été un des pionniers dans l'étude des interactions au niveau de la fraction de seconde. Dans un de ses célèbres projets de recherche, il a minutieusement examiné quatre secondes et demie d'un segment de film, image par image, où chaque image représentait l'équivalent de 1/25e de seconde. Après l'étude de cette portion de film durant un an et demi, il a pu discerner des "micro-mouvements" interactionnels, notamment entre une femme et son mari, où la première bougeait son épaule exactement au même moment où le mari levait sa main[citation nécessaire]. Ces deux interactions combinées faisaient apparaître des "micro-rythmes".

Dans les années 1990, Paul Ekman a ajouté à sa première liste de nouvelles émotions qui sont l'intérêt, l'excitation, la culpabilité, l'orgueil, le soulagement, la satisfaction, le plaisir et la honte.

Émotions et sentiments exprimés[modifier | modifier le code]

La distinction entre les émotions et les sentiments est importante afin de cerner le champ d'application des micro-expressions.

Les émotions[modifier | modifier le code]

Les émotions au sens strict se limitent, au plus, au nombre d'une dizaine, suivant les chercheurs. Ces émotions sont dites « universelles » car elles se retrouvent chez tous les êtres humains, indépendamment de leur culture. Les plus fréquemment citées sont la joie, la peur, la tristesse, la surprise, le dégoût et la colère.

Il existe ensuite des émotions combinées ou mixtes, tels que l'amour, la haine, l'anxiété ou l'agressivité.

Le ressenti porte le nom d'« affect ». L'expression des émotions est très brève et résulte souvent d'un évènement.

Les émotions sont une source importante de micro-expressions.

Les sentiments[modifier | modifier le code]

En revanche, la combinaison des émotions avec la propre connaissance, culture d'une personne, se situe sur un plus long terme. Il s'agit alors de sentiments.

La fluctuation des sentiments est de l'ordre des humeurs. Celles-ci peuvent, mais plus rarement, déclencher des micro-expressions.

Micro-expressions universelles[modifier | modifier le code]

Joie[modifier | modifier le code]

Les joues se tendent vers le haut, les yeux se plissent en patte d'oie à leur extrémité extérieure (comme de petites rides autour des yeux), la bouche s'ouvre comme pour esquisser un sourire. Très souvent les personnes utilisant inconsciemment cette micro-expression vont retrouver un visage neutre quelques secondes après celle ci.

Surprise[modifier | modifier le code]

La bouche s'ouvre, les yeux s'écarquillent et les sourcils (extrémités intérieures et extérieures) remontent.

Colère[modifier | modifier le code]

Les lèvres se serrent, les sourcils se froncent et leurs extrémités intérieures (au-dessus du nez) s'abaissent.

Dégoût[modifier | modifier le code]

Les deux canaux qui encadrent verticalement le nez se creusent et remontent, la bouche peut s'entr'ouvrir (la partie supérieure des lèvres remonte).

Peur[modifier | modifier le code]

La bouche s'entrouvre, les yeux s'écarquillent et les sourcils remontent sauf à leur extrémité intérieure qui, elle, s'abaisse.

Tristesse[modifier | modifier le code]

Le visage se détend, les extrémités extérieures des sourcils et des lèvres s'abaissent pour accentuer une bouche en « U » inversé,

Mépris[modifier | modifier le code]

Le mépris est la seule micro-expression asymétrique : seule une partie, droite ou gauche, du visage entre en mouvement. Le plus souvent une extrémité des lèvres se contracte. Le mépris est inversement proportionnel à la contraction : si le repli des lèvres est important, le mépris est faible, voire amical, tandis que si la contraction est faible (tentative de la dissimuler), le mépris est plus important.


Autres micro-expressions suivant les chercheurs[modifier | modifier le code]

De nombreux chercheurs, depuis Charles Darwin, ont tenté d'identifier les émotions universelles (celles innées à l'être humain, indépendamment de sa culture), et d'en identifier des complémentaires.

La recherche d'Ortony et Turner en 1990 a permis d'en dresser un tableau. L'identification proposée par Ekman est celle qui synthétise au plus près ces différents travaux, bien que des divergences persistent entre les chercheurs.

Les émotions secondaires, ou qui peuvent être liées à la culture sont :

  • intérêt
  • mépris
  • culpabilité
  • honte
  • embarras
  • respect
  • excitation

D'autres chercheurs tels que Plutchik (1980) ont identifié d'autres micro-expressions :

  • acceptation ou apathie
  • espérance (ou confiance)

Pour Arnold (1960) :

  • Aversion
  • Courage
  • Découragement
  • Désir
  • Désespoir
  • Espoir
  • Haine
  • Amour

Pour Izard (1971), ou Tomkins (1980) :

  • Intérêt
  • Culpabilité
  • Honte

Les micro-expressions de culpabilité ou de honte se retrouvent assez souvent liées à la culture chrétienne.

Codification des micro-expressions : les unités d'action et le FACS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Facial action coding system.

Paul Ekman a été le premier chercheur à établir avec une grande précision les critères de détection des micro-expressions. Il s'est basé sur les muscles du visage auxquels il était fait appel lors d'émotions. Ekman et ultérieurement les chercheurs qui ont poursuivi ce type d'études (Langner par exemple) décomposent ces micro-mouvements par des unités d'action (« AU » pour Action Unit).

Le Facial Action Coding System (FACS) recense 46 unités d'action de base (44 pour la version datant de 1978). Ces unités d'action peuvent être combinées pour être associées à des émotions spécifiques.

Perception innée - Le "Programme Génies"[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Programme Génies.

La plupart des gens ne semblent pas percevoir leur propre micro-expressions ou celles des autres. Dans le Programme Génies, les chercheurs Paul Ekman et Maureen O'Sullivan ont étudié la possibilité pour certaines personnes de détecter une tromperie, un mensonge ou la fausseté (théorie de la détection des micro-expressions). Sur les milliers de personnes ayant passé les tests, seules quelques-unes ont été capables de détecter avec précision quand une personne était en train de mentir. Les chercheurs conduisant ce projet ont nommé ces personnes les « Génies de la Vérité ». À ce jour, le Programme Génies a identifié environ 50 personnes possédant cette faculté après avoir testé près de 20 000 personnes[3]. Ces « Génies de la Vérité » utilisent les micro-expressions, parmi d'autres indices, pour déterminer si une personne est honnête. Les scientifiques espèrent, à travers l'étude de ces individus, pouvoir faire avancer les méthodes et techniques pour déceler un mensonge.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Les micro-expressions et leur science sont le thème principal de la série télévisée Lie to Me (2009-2011).

Dans le livre posthume de Robert Ludlum, The Amber Warning (2005), le personnage principal, Harrison Ambler, est un agent de renseignement capable de détecter ces micro-expressions.

Dans la nouvelle de science-fiction d'Alastair Reynolds Absolution Gap, un des personnages, Aura, peut facilement voir ces micro-expressions.

À voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. P. Ekman, Facial Expressions of Emotion: an Old Controversy and New Findings, Philosophical Transactions of the Royal Society, London, B335:63--69, 1992
  2. Haggard, E. A., & Isaacs, K. S. (1966). Micro-momentary facial expressions as indicators of ego mechanisms in psychotherapy. In L. A. Gottschalk & A. H. Auerbach (Eds.), Methods of Research in Psychotherapy (p. 154-165). New York: Appleton-Century-Crofts.
  3. Camilleri, J., Truth Wizard knows when you've been lying", Chicago Sun-Times, January 21, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]