Daitoku-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daitoku-ji
Daitokuji Kyoto03ns4272.jpg
Dénomination
Temple Rinzai
Branche
Daitoku-ji (chef de file)
Date de fondation
1315 ou 1319
Fondateur(s)
Shuho Myocho
Adresse
53 Murasakino Daitokuji-cho, arrondissement de Kita-ku, Kyoto-shi, 603-8231
Pays
Coordonnées

Le Daitoku-ji (大徳寺?) est un temple bouddhiste, relevant de l'école zen rinzai, et, situé dans le nord de Kyoto au Japon[1]. Il est constitué d'un complexe de plusieurs temples secondaires et porte également le nom de la montagne Ryuhozan (龍宝山?, littéralement « la montagne du trésor du dragon »).

Il a été établi en 1319 par Shohomyocho (宗峰妙超?) aussi nommé Daitokokushi (大燈国師?). Le temple est le chef de file de l'une des quatorze branches autonomes de l'école rinzai.

Composition[modifier | modifier le code]

Certains temples secondaires du Daitoku-ji sont très célèbres :

  • Shinjuan (真珠庵?) dont la construction est attribuée à Ikkyu Sojun. Le jardin est dû à Tamamitsu Murata et les peintures murales à Dasoku Soga et Hasegawa Tōhaku.
  • Ryokō-in (龍光院?) construit par Nagamasa Kuroda. La salle de thé mittan (密庵?) est très connue.
  • Kōhō-an (孤篷庵?) construit par Kobori Enshû. La salle de thé bosen (忘筌?) est très connue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Daitoku-ji était fréquenté par l'empereur Go-Daigo (1288-1339). Pendant la guerre d'Ōnin (1467-1477), certains des temples du complexe ont été brûlés mais rebâtis ensuite par de riches marchands de Sakai. Après la chute du shogunat Ashikaga (1573), beaucoup de daimyo donnèrent pour le Daitoku-ji.

Ikkyu Sojun et Sen no Rikyū sont deux personnages célèbres qui dit-on ont été influencés par le Daitoku-ji. Une rumeur rapporte que Sen no Rikyū construisit deux des trois portes du Daitoku-ji en 1589 et qu'il inséra une image de lui-même à l'étage supérieur de la seconde porte. Hideyoshi Toyotomi qui fréquentait également le Daitoku-ji réalisa que tous les visiteurs seraient observé de haut par la statue de Sen no Rikyû. Il ordonna le retrait de la statue et força dit-on Sen no Rikyū à se suicider par le seppuku. Toutefois, s'il est vrai que Sen no Rikyū se fit seppuku, la raison en est incertaine.

En 1608, à seulement 35 ans, Takuan Sōhō devient le père supérieur du temple. Selon la légende, il fut le maître du célèbre Miyamoto Musashi mais cela n'est pas établi d'un point de vue historique. Cette histoire est relatée dans le best-seller de Eiji Yoshikawa, Musashi.

En 2009, un chœur de moines sort pour la première fois du temple depuis sa création, pour se produire aux Rencontres de musique médiévale du Thoronet en France, en psalmodiant des chants shōmyō accompagnés par un flutiste shakuhachi et par le percussionniste Stomu Yamashta (en)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles S. Prebish, The A to Z of Buddhism, New Delhi, Vision Books,‎ 2003, 280 p. (ISBN 978-81-7094-522-2), p. 99.
  2. Laurence Chabert, « Des moines zen japonais s'apprêtent à sortir de leur sanctuaire pour la 1ère fois pour chanter en France », sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 27 avril 2009 (consulté le 28 avril 2009)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :