Sen no Rikyū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sen no Rikyū par Hasegawa Tōhaku

Sen no Rikyū (千利休, également connu sous le nom de Sōeki ; province du Kansai, 1522id. 1591?) est un maître de thé japonais de l'école wabi (侘び?).

Prénommé Yoshirō dans son enfance, fils d'un commerçant devenu samouraï sous le nom de Sen Yohyōei, il devint moine au temple Daitoku-ji et spécialiste du chanoyu, la cérémonie du thé japonaise. Rapidement, il est l'une des figures marquantes du style wabi (« simple et sain »). À l'âge de 58 ans, il entre au service du taikō (premier conseiller de l'empereur) Nobunaga Oda comme maître de thé. Il fait créer le style de poterie raku par Chōjiro. Il sert ensuite son successeur, Hideyoshi Toyotomi.

En 1591, Hideyoshi ordonne à Rikyū de se suicider. Les raisons demeurent mystérieuses. Trois hypothèses principales ont circulé : il aurait fait preuve d'avidité dans le commerce des ustensiles de thé ; il aurait été dénoncé comme comploteur contre le taikō ; en réalité, il aurait maladroitement laissé ses disciples (ou des ennemis) lui ériger une statue que ces derniers auraient placée parmi les rakan de la porte Sanmon du Daitokuji ou du Nanzen-ji ; en effet, son suzerain, passant la porte et donc sous la statue, symbole d'infériorité, aurait appris alors la nouvelle et aurait été contraint, à son coeur défendant, de demander à son maître de thé de se suicider.

Sen no Rikyū se suicide au Jurakudai ou au Daitokuji, et la statue fautive est décapitée (elle fut longtemps exposé dans le tattchū ōbai du Daitokuji).

Yasushi Inoue en fait l'un des personnages principaux de son roman Le Maître de thé (1991) : le héros, le moine Honkakubō, disciple de Rikyū, y tente de percer les secrets du suicide son maître.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :