Saihō-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 59′ 33″ N 135° 41′ 03″ E / 34.9925, 135.68417

Vue de l'étang du kokedera
Vue de l'étang du kokedera

Le Saihō-ji (西芳寺?, le temple des fragrances de l'ouest) est un temple bouddhiste zen situé dans la banlieue ouest de Kyōto. Le temple est surtout connu sous le nom de Kokedera (苔寺?, temple des mousses), à cause des 120 espèces de mousses qu'il abrite. Le temple, appartenant au courant Rinzai-shu du bouddhisme est dédié au bouddha Amitabha. Le temple est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en tant qu'héritage culturel faisant partie des temples de Kyōto.

Origine et Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la tradition du temple, le site fut tout d'abord la résidence de vacances du prince Shōtoku.
Un prêtre de la période Nara, Gyoki Bosatsu qui fonda 49 temples dans les provinces centrales, le transforma ensuite en un temple consacré au bouddha Amitabha. Le temple s'appelait déjà à l'origine Saihō-ji mais les caractères utilisés étaient différents des caractères actuels (en japonais, 西方寺, temple de la direction de l'ouest).

Quelques siècles plus tard, au début de la période Muromachi, le grand prêtre du temple voisin de Matsuo-jinja, Fujiwara Chikahide, voulut remettre à neuf le temple de Saihō-ji. Dans la seconde année de la période Rekio (1339), il se retira dans le temple pour se consacrer à la prière. Il y eut la révélation qu'il devait confier la direction du temple au distingué prêtre Muso Kokushi du temple Rinsen-ji.

Muso accepta et s'installa au Saihō-ji. C'est lui qui dessina le jardin d'après ses propres goûts. Appréciant l'art du jardin japonais et ayant des talents dans ce domaine, il mit tout son cœur dans ce travail.
Muso Kokushi est considéré comme le restaurateur du Saihō-ji.

Le temple fut incendié pendant la Guerre d'Onin, fut inondé deux fois pendant la période Edo. Il tomba en ruine. On pense que la culture des mousses est une tradition datant de la fin de la période Edo.

Jusqu'en 1977, les visites du temple étaient libres. Mais en raison des dégâts occasionnés aux mousses, des mesures ont été prises pour faire baisser le nombre de visiteurs. À partir de cette date, une demande écrite et une offrande au temple furent exigées pour le visiter. Le nombre de visiteurs diminua. Maintenant, la ponctualité, des chants religieux et un petit exercice de calligraphie font partie des obligations de chaque visiteur, l'immergeant dans l'ambiance du temple.

Le temple[modifier | modifier le code]

Le temple est célèbre par son jardin unique où sont cultivées 120 espèces de mousses différentes. Le jardin est organisé autour d'un étang dont la forme rappelle le caractère chinois 心 signifiant cœur.

Autour de l'étang, trois maisons de thé permettaient de profiter de certaines perspectives du jardin en pratiquant la cérémonie du thé.
Quelques temples se trouvent également autour de l'étang.

Accès & Visites[modifier | modifier le code]

Afin de visiter le Saihō-ji, il est nécessaire de déposer une demande adressée au temple, dont les formulaires sont disponibles au tourist information center (TIC)[1]. Il faudra disposer d'une adresse au Japon pour recevoir la réponse du temple. La ponctualité est de rigueur lors de l'arrivée au temple.
Il faut prévoir une donation au temple d'un minimum de 3 000 ¥ par visiteur à mettre dans une enveloppe. Les mois de mai et de juin sont considérés comme les meilleurs pour le visiter.

On accède au Saihō-ji par bus depuis la station Shijo située sur la Karasuma subway line. Il faut descendre à l'arrêt Kokedera-michi (苔寺道?, chemin du temple des mousses).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]