Eihei-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Eihei-ji, écrit aussi Eihai-ji, est l'un des deux principaux temples japonais de l'école sōtō du bouddhisme zen[1]. Il a été fondé en 1244 par Eihi Dōgen qui introduisit le sōtō au Japon depuis la Chine. Eihi-ji se situe dans le bourg d'Eiheiji, dans la préfecture de Fukui au Japon.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Eihei-ji a été fondé à l'Époque de Kamakura par Eihi Dōgen en 1244 dans un bois d'une zone rurale et montagneuse du Japon loin des distractions de la vie urbaine. À la mort de Dōgen, son successeur fut controversé et un schisme naquit qui est connu sous le nom de sandai sōron. C'est ainsi que jusqu'en 1468, le temple fut tenu par la lignée chinoise issue de Jakuen qui était un ami de Dōgen.

Le temple fut détruit à plusieurs reprises par des incendies et reconstruit. La structure la plus ancienne date de 1749. Aujourd'hui l'Eihei-ji est le temple principal de l'école sōtō du bouddhisme zen. Il est actuellement dirigé par Fukuyama Taiho Zenji.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, page 280.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :