École de Kyoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Université de Kyoto au sein de laquelle s'est formée l'école de Kyoto

L'École de Kyōto (京都学派, Kyōto gakuha?) est une école philosophique japonaise, fondée par Kitarō Nishida (1870-1945), qui a cherché à marier la philosophie occidentale avec la spiritualité issue des traditions extrême-orientales, et dont les travaux ont été poursuivis par de nombreux disciples dont Hajime Tanabe, Kiyoshi Miki, Shin'ichi Hisamatsu (en) et Nishitani Keiji. Il s'agit de la première école de philosophie japonaise fondée après l'Ère Meiji (moment où le Japon s'ouvre aux sciences et à la philosophie occidentale).

L'influence de la pensée orientale[modifier | modifier le code]

Le projet initial de Kitarō Nishida était un relèvement dialectique de la philosophie occidentale par la philosophie orientale. Le Zen, qu'il pratiqua intensivement, a eu une influence considérable sur sa pensée. Les différents courants religieux tel que le bouddhisme ou le shintoïsme ont largement influencé la pensée de ses disciples.

Le débat autour de la compromission avec l'ultra-nationalisme[modifier | modifier le code]

On a reproché à l'École de Kyōto de soutenir le régime ultra-nationaliste durant la Seconde Guerre mondiale. S'il semble que le fondateur de l'école (Kitarō Nishida) ne puisse pas être soupçonné de s'être compromis de la sorte, d'autres membres de l'école, tel que par exemple Nishitani Keiji, ont eu une attitude plus ambiguë dans ce domaine. En ce qui concerne Kitarō Nishida, l'étude de sa correspondance semble montrer qu'il était un pacifiste convaincu. S'il pensait que le Japon pouvait être le lieu de la relève de la philosophie occidentale par la philosophie orientale, il ne considérait pas que la tentative militaire de créer la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale était la bonne direction politique à prendre. Cette controverse autour de la compromission de l'École de Kyōto avec le régime ultra-nationaliste évoque celle concernant Martin Heidegger ; elle a longtemps nuit à l'étude des penseurs de cette école.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Bernard Stevens, Topologie du néant. Une approche de l'école de Kyōto, Peeters, 2000, (ISBN 9-042-90811-6[à vérifier : isbn invalide]) (Voir la fiche de l'éditeur)
  • Bernard Stevens, Invitation à la philosophie japonaise autour de Nishida, 233 p., CNRS Éditions, Paris, 2005, (ISBN 2-271-06336-1)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Bernard Stevens, "En guise d'introduction: une présentation de l'École de Kyōto", in Études phénoménologiques, 1993, n°18, pp. 7-62.
  • Bernard Stevens, "Basho et khōra. Nishida en son lieu", in Études phénoménologiques, 1995, n°21, p.81-109.
  • Bernard Stevens, "La réception européenne de l'école de Kyōto", in Revue philosophique de Louvain, vol. 92, n° 4, novembre 1994.
  • Bernard Stevens, "L'attrait de la phénoménologie auprès des philosophes de l'école de Kyoto", in Philosophie, n° 79, Éd. Minuit, 2003.
  • Watsuji Tetsurō, "Phénoménologie japonaise", in Philosophie, n° 79, Éd. Minuit, 2003, pp. 5-24

Liens externes[modifier | modifier le code]