Cryoconservation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cryoconservation des pousses. Bac ouvert d'azote liquide à l'arrière plan.

La cryoconservation est un procédé où des cellules ou tissus entiers sont conservés en les refroidissant à très basse température, typiquement 77 K ou -196 °C (le point d'ébullition de l'azote liquide). À ces températures tellement basses toute activité biologique[1], y compris les réactions biologiques qui provoqueraient la mort cellulaire, est en effet suspendue. Cependant, en l'absence de solutions cryoprotectrices, le gel nuit aux cellules conservées alors qu'elles approchent des températures basses (lors du refroidissement) ou des températures ambiantes (lors du réchauffement).

Température[modifier | modifier le code]

On suppose que l'entreposage cryogénique offre une longévité infinie aux cellules, mais on a du mal à déterminer la réelle durée de conservation. Dans des expériences avec des graines séchées, les chercheurs ont remarqué des degrés variés de détérioration selon les températures, même outre-froides, de conservation. Les températures au-dessous de -136 °C (137 K) s'acceptent comme le point où l'activité vitale se ralentit dans une large mesure, et celles au-dessous de -196 °C (77K, le point d'ébullition de l'azote liquide) comme idéales pour conserver des échantillons importants.

Risques[modifier | modifier le code]

En général, les phénomènes qui peuvent abîmer les cellules pendant la cryoconservation se produisent lors du gel, et comprennent les effets de solution, la formation de glace hors et au sein des cellules, la déshydratation. On peut réduire la portée de ces effets grâce aux cryoprotecteurs.

Dès que congelé, le tissu ou l'étoffe conservée est, dans une grande mesure, hors de portée de dégâts supplémentaires. Néanmoins, des estimations fondées sur l'accumulation de dégâts à l'ADN par des rayonnements pendant une conservation cryogénique ont indiqué un entreposage maximal de 1000 ans.

Effets de solution : la formation de cristaux de glace dans l'eau gelée repousse les solutés, entraînant une situation où ceux-ci deviennent concentrés dans l'eau liquide restante. Des concentrations élevées de certains solutés peuvent s'avérer très nuisibles.

Formation de glace hors des cellules : lorsque les tissus se refroidissent lentement, l'eau s'échappe des cellules et la glace se forme dans l'espace entre cellules. Trop de glace entre les cellules peut produire un effet d'écrasement.

Formation de glace au sein des cellules : alors que certains organismes et tissus peuvent supporter un certain degré de glace hors des cellules, un niveau important est toujours dévastateur[2].

Déshydratation : la fuite d'eau (qui forme la glace extracellulaire) entraîne également la déshydratation de la cellule.

Techniques principales pour éviter les dégâts[modifier | modifier le code]

Les techniques principales pour empêcher les dégâts liés à la cryoconservation sont une combinaison établie de gel réglé et un procédé plus récent de gel éclair, la vitrification.

Congélation lente

La congélation lente englobe une série de techniques bien établies mises au point au début des années 1970. Ces techniques ont permis la première naissance à partir d'un embryon congelé, Zoe Leyland en 1984. Depuis lors on s'est servi de machines capables de congeler le tissu d'une manière lente et réglée dans le domaine de la biologie humaine, animale et cellulaire. On estime que 20 % des bébés-éprouvettes sont conçus à partir d'un embryon soumis à une congélation lente.

Il est possible d'éviter le gel intracellulaire si le refroidissement est assez réglé pour permettre une quantité suffisante d'eau de quitter la cellule. Le pas varie selon la taille de la cellule et la Perméabilité_(fluide) : un taux de refroidissement typique d'environ 1°C par minute convient à de nombreuses cellules mammifères après traitement avec cryoprotecteurs comme le glycérol ou le sulfoxyde de diméthyle, or ce taux n'est pas universellement le meilleur.

Plusieurs études indépendantes ont démontré que les embryons congelés grâce à la technique de congélation lente peuvent, à certains égards, être meilleurs que des embryons frais dans le domaine de la FIV. Ces études ont été présentés à la conférence de la Société américaine de la médecine de la reproduction (American Society for Reproductive Medicine) en San Francisco, 2008. Les études indiquent que l'utilisation d'embryons congelés, au lieu de frais, réduit le risque de morts nés et accouchements prématurés, mais on cherche encore à expliquer précisément les facteurs en jeu[3].

Vitrification

Les développeurs d'une nouvelle technique, la vitrification, depuis 2000 prétendent que cette méthode fournit les bienfaits de la cryopréservation sans les dégâts dus à la formation des cristaux de glace[4]. Dans le domaine de la cryoconservation clinique, la vitrification nécessite en général l'ajout de cryoprotecteurs avant le refroidissement. Ces cryoprotecteurs ont un effet anti-gel, ils baissent le point de congélation, tout en augmentant la viscosité. Au lieu de se cristalliser, la solution sirupeuse devient une glace amorphe en se vitrifiant. Au lieu d'un changement de phase d'un liquide à un solide, l'état non cristallisé est comme un liquide solide et la transformation se produit sur une petite plage de températures connue sous le nom de température de transition vitreuse.

Le refroidissement rapide encourage la vitrification de l'eau, et une vitrification sans cryoprotecteurs peut se faire par une chute de température extrêmement rapide (megakelvins par seconde). Le taux nécessaire pour parvenir à l'état vitré en eau pure était considéré comme impossible jusqu'en 2005[5].

Pour atteindre la vitrification, il faut normalement une augmentation de la viscosité et une baisse du point de congélation. De nombreux solutés produisent les deux effets, mais des molécules plus massives tendent à produire un effet plus important, surtout en ce qui concerne la viscosité.

Chez les méthodes établies de la vitrification, le soluté doit noyauter la membrane cellulaire afin de hausser la viscosité et réduire le point de congélation au sein de la cellule. Les sucres ne pénètrent pas facilement cette membrane, alors que les solutés capables de le faire (comme le sulfoxyde de diméthyle) sont souvent toxiques à haute concentration. Un des défis principaux de la cryopréservation par vitrification est de limiter les dégâts provoqués par le cryoprotecteur, à cause de cette toxicité. Des mélanges de cryoprotecteurs et l'utilisation d'inhibiteurs de glace ont permis à Twenty-First Century Medicine de vitrifier un rein de lapin jusqu'à -135°C avec son cocktail vitrifiant. Après le réchauffement, le rein a été greffé avec succès à un lapin, de manière tout à fait fonctionnelle et viable, capable de maintenir l'animal en vie avec ce seul rein [6].

Tissus gelables[modifier | modifier le code]

En général, la cryoconservation se prête aux échantillons fins et aux parcelles de ceux-ci, que l'on peut vite refroidir sans avoir recours à de grandes quantités de cryoprotecteurs toxiques. En conséquence, la préservation sous gel des foies et des cœurs humains est encore un but très lointain. Néanmoins, une combinaison correcte de cryoprotecteurs et de cycles de refroidissement et rinçage lors de leur réchauffement permet, dans beaucoup de cas, une cryoconservation réussie de matériaux biologiques, surtout de suspensions de cellules ou d'échantillons de tissus fins. Des exemples comprennent :

  • le sperme
  • le sang
  • échantillons de tissus comme les tumeurs et les coupes histologiques
  • œufs
  • embryons de 2, 4 ou 8 cellules lors de leur congélation
  • tissu des ovaires
  • graines ou pousses de plantes, pour leur sauvegarde

En plus, des efforts sont en cours pour cryopréserver les humains, un domaine appelé la cryonie, où soit le cerveau, soit le corps entier est soumis aux procédés de cryoconservation. Bien que d'innombrables cellules, vaccins, tissus et échantillons aient été décongelés et utilisés sans problème, on n'a pas du tout réussi à faire de même en ce qui concerne des corps ou cerveaux. Les partisans de la cryonie prétendent qu'il serait possible d'employer les techniques actuelles pour préserver les humains afin de les raviver et restaurer grâce à des techniques très avancées à venir.

Sperme[modifier | modifier le code]

Le sperme restera viable après une cryopreservation presque infinie, son plus long entreposage réussi étant de 22 ans[7]. La conservation gelée s'avère utile pour ceux qui veulent reporter une fécondation ou pour ceux sur le point de subir une vasectomie pour garder l'option d'engendrer des enfants.

Tissu testiculaire[modifier | modifier le code]

La cryoconservation du tissu testiculaire immature est un méthode en cours de développement pour offrir la capacité de reproduction à de jeunes garçons ayant besoin de thérapies chimiothérapeutiques. Les résultats des expériences animales sont prometteurs, puisque des petits sont nés après la greffe de cellules ou de tissus testiculaires congelés. Cependant, aucune de ces options pour rétablir la fertilité se sont révélées efficaces ou sûres chez l'homme[8].

Œufs[modifier | modifier le code]

La congélation des ovocytes est une technique nouvelle où les œufs d'une femme sont extraits, congelés et entreposés. Plus tard, lorsqu'elle est prête à une grossesse, on peut dégeler, féconder puis transférer ces œufs dans l'utérus en tant qu'embryons.

Embryons[modifier | modifier le code]

Tissu d'ovaires[modifier | modifier le code]

Cryopreservation naturelle[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]