Vasectomie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vasectomie est une méthode de stérilisation qui consiste à sectionner ou bloquer chirurgicalement les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes.

Description[modifier | modifier le code]

Cette méthode est en réalité plus une méthode de stérilisation masculine qu'une contraception. En effet, elle aboutit à une impossibilité de fécondation généralement irréversible (car les canaux déférents, une fois coupés ou bloqués, peuvent rarement redevenir fonctionnels par la suite).

Cette méthode de stérilisation implique un acte chirurgical consistant en la ligature du canal déférent de chaque testicule. Cela ne modifie en rien l'érection et l'éjaculation, puisque les spermatozoïdes ne représentent que 3 % du volume global du liquide appelé sperme qui est produit par les vésicules séminales situées bien au-dessus des ligatures effectuées.

La vasectomie est parfois réversible, suivant la manière dont les sections et les ligatures ont été pratiquées. L'opération inverse, qui nécessite plusieurs heures de microchirurgie, s'appelle la vasovasostomie. Celle-ci est souvent vouée à l'échec (25 % de refertilisation seulement), car la personne vasectomisée crée avec le temps des anticorps contre ses propres spermatozoïdes.

La vasectomie ne prend qu'une vingtaine de minutes sous anesthésie locale. Elle peut également se faire sous anesthésie générale, au choix du patient. La durée de convalescence est très réduite, et selon le métier pratiqué, il est possible de retourner travailler deux ou trois jours après l'opération.

Une technique « sans bistouri » inventée en Chine pendant les années 1990 évite de faire une incision ou de laisser une cicatrice permanente en perçant un trou d'un millimètre de diamètre pour avoir accès aux canaux déférents. Cette technique offre une guérison plus facile et plus rapide après l'opération.

La stérilité complète n'est atteinte qu'après plusieurs semaines et une dizaine d'éjaculations au minimum. Celle-ci est vérifiée au moyen d'une analyse de sperme confirmant l'absence de spermatozoïdes.

À cause de sa permanence, la vasectomie est déconseillée aux patients qui ne sont pas sûrs de leur décision, qui sont très jeunes ou qui ne peuvent pas donner leur consentement éclairé.

La vasectomie est reconnue comme le moyen de contraception masculine le plus fiable. Il existe toutefois, mais c'est rarissime, des cas de recanalisations spontanées, et la personne redevient alors fertile sans le savoir. Cela semble arriver dans les premiers mois après l'opération, pas par la suite.

Toutefois, elle n'offre aucun moyen de protection contre les maladies sexuellement transmissibles. Ce qui n'est d'ailleurs pas la visée médicale recherchée.

La question délicate concerne la production des spermatozoïdes et ce qu'ils deviennent puisqu'ils ne peuvent plus être évacués vers l'extérieur. Beaucoup de praticiens disent qu'ils sont résorbés directement par l'organisme (par l'action des macrophages). Cette théorie ne semble pas toujours cohérente, car après une vasectomie, certains patients connaissent parfois des pressions, des gonflements pouvant conduire à la rupture de l'épididymes, à des douleurs plus ou moins régulières ou chroniques et les complications que cela peut engendrer.[réf. nécessaire] Ces effets sont aussi connus chez les femmes ayant eu recours à l'ablation de ovaires (ovariectomie), ligature des trompes ou pose d'implants (ESSURE) dont l'action des deux derniers peut être à l'origine de congestions au niveau des trompes.

La stérilisation Masculine Vs la stérilisation Féminine[modifier | modifier le code]

Stérilisation dans les 2 cas, la technique pour y parvenir n'est pas du même calibre.

Pour la femme c'est une intervention chirurgicale intrusive sous anesthésie générale par celioscopie ou voie abdonimale (de plus en plus rare) ou encore effectuée "à chaud" lors de césarienne.

Pour l'homme, il s'agit d'une intervention effectuée par voie scrotale (au travers de la peau des bourses), et par extraction temporaire du canal déférent afin de le sectionner et le le ligaturer. 20 minutes suffisent et le tout sous anesthésie locale.

Douleurs post-vasectomie[modifier | modifier le code]

Même si l'opération est souvent présentée comme bénigne, elle n'est pas sans risques de douleurs post-opératoires chez un certain nombre de personnes (entre 3 et 10 %, suivant les sources)[réf. nécessaire]. Ces douleurs peuvent s'estomper rapidement (en quelques jours), ou au contraire durer plusieurs années, voire durant toute la vie du patient. Il est à noter que la vasectomie n'est pas la seule opération qui peut provoquer des douleurs à plus ou moins longs termes.

Toutes les interventions dont l'acte nécessite sectionner, transpercer ou étirer des parties innervées peuvent aboutir à ces conséquences ... une simple suture d'une coupure à une doigt ou une intervention lourde amputation d'un membre, ce n'est pas propre à la vasectomie.

Elles peuvent avoir différentes origines, et impliquent parfois des médications à long terme (anti-douleurs, anti-inflammatoires, prescriptions hormonales, infiltrations dans les cordons), voire des opérations chirurgicales supplémentaires pour essayer d'en venir à bout : ablation des épididymes, ablation des nerfs du cordon spermatique, … et même : ablation d'un ou des deux testicules …[réf. nécessaire]

Il existe très peu de connaissances approfondies et d'études médicales en langue française concernant cette problématique. Par contre, les pays anglophones dans lesquels elle est pratiquée de longue date possèdent une abondante littérature et de sérieuses mises en garde[réf. nécessaire].

Il semble que les vasectomies 'open end' créent moins de problèmes que les vasectomies 'closed end' dans lesquelles les canaux provenant des testicules sont ligaturés. Il n'existe pas non plus de statistiques ni en faveur de l'une, ni en faveur de l'autre en littérature médicale française. Aucune étude Française ou Européenne n'a validé ce fait et même certains chirurgiens Canadiens dont la pratique de l'Open-End est éprouvée depuis plus de 30 ans en sont revenus car les spermatozoïdes en "liberté" dans le scrotum sont à l'origine de granulomes et de douleurs qu'il faut traiter aussi de façon plus ou moins longue dans le temps (à l'aide d'antibiotique et d'antalgiques)

Comme toujours il faut garder prudence quant aux bénéfices et aux effets négatifs ... mais surtout être conscients que les "souffrants" sont ceux qui s'expriment à juste raison car ils souffrent et aimeraient trouver une solution à leurs maux, les "bien-portant" ne se rappellent même plus quelques semaines ou mois après leur opération des douleurs post opératoires et estompées rapidement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]