Eugenio Santoro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santoro.

Eugenio Santoro, né en 1920 à Castelmezzano, près de Potenza en Italie et décédé le 13 mai 2006 à Courtelary, en Suisse, était un sculpteur suisse.

Il a entrepris un apprentissage d'ébéniste dans son village. En 1940, il est sur le front d'Albanie, puis au nord de la Grèce, où il sera fait prisonnier et déporté en Allemagne. De retour à Castelmezzano en avril 1945, il se met au service de la commune avant d'ouvrir un petit atelier de menuiserie. En proie à des difficultés financières, il est contraint de vendre son bien. En 1964, il quitte l'Italie pour la Suisse, s'installe d'abord à Cormoret, puis à Courtelary, où il travaillera à la fabrique de chocolat Camille Bloch. C'est d'ailleurs à l'occasion du jubilé de l'usine, en 1979, qu'il entreprend de peindre une vue des bâtiments. Sa passion pour l'art naît à ce moment-là. Il peindra, sculptera, dessinera. Une première exposition de ses œuvres a lieu durant l'année 1986 à Espace Noir à Saint-Imier, sous l'impulsion de Maurice Born. Ce dernier le présentera trois ans plus tard à Michel Thévoz, conservateur de la Collection de l'art brut, à Lausanne qui lui consacrera une exposition. Une deuxième exposition, dans le même lieu, a eu lieu en 2004.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Maurice Born, Eugenio Santoro, Lausanne, Collection de l'art brut,‎ 1990
    Article dans L'Art brut N°16

Lien externe[modifier | modifier le code]