Reconvilier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reconvilier
Blason de Reconvilier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Berne
Arrondissement Jura bernois
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Chaindon
Communes limitrophes :
Tavannes, Saicourt, Saules, Loveresse, Malleray, Péry, La Heutte.
Maire Fritz Burger (PLR)
Code postal 2732
N° OFS 0703
Démographie
Gentilé les Reconvilierains[1], les R'cons[2], les Trappes[3]
Population 2 284 hab. (31 décembre 2013)
Densité 277 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 10″ N 7° 13′ 20″ E / 47.236116, 7.22222947° 14′ 10″ Nord 7° 13′ 20″ Est / 47.236116, 7.222229  
Altitude 731 m
Superficie 825 ha = 8,25 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

Voir sur la carte administrative du Canton de Berne
City locator 14.svg
Reconvilier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Reconvilier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Reconvilier
Liens
Site web www.reconvilier.ch
Sources
Référence population suisse[4]
Référence superficie suisse[5]

Reconvilier est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif du Jura bernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Reconvilier est situé à 731 m d'altitude dans la vallée de Tavannes (l'Orval) et est traversé par la Birse. Le village est flanqué au nord par la Montagne du Moron et au sud par la Montagne de Montoz. Par rapport aux plus proches agglomérations, il se trouve à vol d'oiseau à 12 km au sud-ouest de Moutier et 10 km au nord de Bienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première référence écrite de Reconvilier remonte à 884. Le nom de Roconis villare[3] est mentionné dans une charte relevant les possessions de l'Abbaye de Moutier-Grandval. Par la suite, le village a changé plusieurs fois de nom (Roconsvillare, Recumvilier) avant de prendre l'orthographe actuelle au XIIIe siècle. Sont mentionnés Reconviller en 1179 et Reconville en 1290[3].

De 887 à 999, Reconvilier passe sous l'égide des rois de Bourgogne, puis, à partir de 999 et ce jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le village sera une possession du Prince-évêque de Bâle faisant partie de la Prévôté de Moutier-Grandval. En ce début de millénaire, Reconvilier et Chaindon étaient deux hameaux de la même importance. Les deux villages formeront au XVIIIe siècle une unique communauté administrative.

Plan de la commune réalisé sous Napoléon lors qu'elle était intégrée au Haut-Rhin.

De 1797 à 1815, Reconvilier est attachée à l'Empire français de Napoléon. D'abord intégré au canton français de Malleray nouvellement créé, lui-même faisant partie du département du Mont-Terrible[6]. Le 17 février 1800, ce dernier est dissout et annexé au Département du Haut-Rhin, dans l'Arrondissement de Delémont. Avec le Congrès de Vienne et la chute du Premier Empire français, Reconvilier est intégré au canton de Berne avec le reste de l’Évêché de Bâle.

Au cours du XVIIIe siècle, le village s'industrialise grâce à l'industrie horlogère avec l'implantation de la fabrique d'ébauches Bueche, Boillat et Cie en 1851, devenue Générale Watch Co. en 1895 (marque Helvetia, fermé en 1975) et de la Société horlogère Reconvilier/Reconvilier Watch Co. (marque Roskopf, fermé en 1970) en 1853. L'industrie horlogère avait un besoin croissant de laiton. C'est pourquoi Bueche, Boillat et Cie a fondé en 1855 une laitonnerie (qui deviendra plus tard la Fonderie Boillat)[7]. En 1833, la commune municipale remplace la commune bourgeoise dans les décisions du village, mais les deux entités continuent de cohabiter encore aujourd'hui.

Reconvilier vers 1919.

Durant le XXe siècle, le village se développe dans l'industrie horlogère tout comme les autres communes de l'arc jurassien. Avec la crise horlogère des années 1970, plusieurs entreprises du secteur ferment et ne reste qu'une grande entité industrielle de production d'alliages cuivreux, la Fonderie Boillat.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries actuelles du village (héraldique : D'argent à la bande ondulée de sable, à une étoile à senestre de sable.) sont l'héritage laissé par la famille des Zurkinden, des nobles de Chaindon éteints en 1344. Les armoiries ont été homologuées en 1944[8], bien qu'elles soient déjà utilisées plusieurs dizaines d'années auparavant.

La bande ondulée de sable fait référence à la Birse qui traverse le village, l'étoile à senestre découle de l'origine noble des Zurkinden.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Anecdote[modifier | modifier le code]

L'écrivaine Louise de Vilmorin a séjourné à Reconvilier durant quelques mois en 1923, alors qu’elle se remettait d’une arthrite de la hanche. Elle y reçut la visite d'Antoine de Saint-Exupéry. À cette époque de leur vie, les deux jeunes gens songeaient à des fiançailles.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Foire de Chaindon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Foire de Chaindon.
Le champ de foire.

En lieu et place de la fête de village traditionnelle, la Foire de Chaindon se déroule le 1er lundi du mois de septembre. Elle compte plus de 500 stands (musique, habillement, accessoires agricoles, alimentation, etc.) et accueille environ 50 000 visiteurs chaque année. Elle a été le plus grand marché chevalin d'Europe, mais la disparition des corps d'armée utilisant le cheval et la mécanisation de l'agriculture a fortement diminué le nombre de bêtes négociées. À l'inverse, le parc de machines agricoles grossit d'année en année.

Autres[modifier | modifier le code]

La fête de l'été, se déroulant autour du 21 juin réunit plusieurs forains sur la place du village.

Instances politiques[modifier | modifier le code]

Administration communale.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir législatif est l'Assemblée communale[9] qui est convoquée au moins deux fois par année, une fois au mois de juin (session dite des comptes) et l'autre en décembre (session dite du budget). Chaque citoyen de nationalité suisse habitant à Reconvilier peut y participer par présentation de la carte d'électeur.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif est le Conseil communal[9]. Il est constitué de 7 membres (dont le maire), chacun étant chef d'un dicastère (département). Ils sont élus par le corps électoral (habitants de Reconvilier de nationalité suisse) par votation, pour une durée de 4 ans.

Jusqu'en 1833, Reconvilier était régie par une commune bourgeoise. Par décret cantonal, cette dernière perd la plupart de ses attributions, dont l'administration politique du village et la commune municipale prend forme.

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Jean-Henri Frêne    
1836 1838 Abraham-Louis Frêne    
1838 1840 David-Louis Chochard    
1840 1846 Abraham-Louis Frêne    
1846 1852 David-Louis Frêne    
1852 1864 David-Louis Frêne    
1864 1872 Julien Frêne    
1873 1874 Gustave Tièche    
1874 1882 Hippolyte Frêne    
1882 1897 Gustave Tièche    
1897 1901 Édouard Groslimond    
1901 1902 Franz Minder    
1902 1910 Camille Paroz    
1910 1911 Aimé Tièche    
1911 1918 Paul-Émile Béguelin    

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1918 1920 Édouard Groslimond    
1920 1922 Henri Herzig    
1923 1929 Paul-Émile Béguelin    
1930 1943 Jules Giger    
1944 1958 Germain Boillat    
1959 1961 Aurèle Klopfenstein    
1962 1964 Francis Ermatinger PSS  
1965 1978 Henri-Louis Favre PRD  
1978 1988 Erwin Steiner UDC  
1988 1998 Daniel Schär UDC chauffagiste
1999 2000 Claude-Alain Voiblet UDC ingénieur ETS
2001 2013 Flavio Torti PRD entrepreneur
2013  ? Fritz Burger PLR  
Dicastères 
  • Mairie
  • Bâtiments
  • Finances
  • Police
  • Technique
  • Santé, prévoyance sociale et tutelle
  • Urbanisme et économie publique

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de pouvoir judiciaire au niveau communal, le premier niveau juridique est le Tribunal d'arrondissement sis à Moutier (voir article du canton de Berne)

Jumelage[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]


Tourisme[modifier | modifier le code]

Église de Chaindon
  • Métairie de Werdt (Werdtberg) : point de vue sur le plateau suisse et les Alpes.
  • Téléski de la Golatte.

Commerce et industrie[modifier | modifier le code]

Reconvilier a été jusqu'au milieu du XIXe siècle un village essentiellement agricole, tout comme le reste de la Vallée de Tavannes. En 1855, la Société Bueche, Boillat et Cie s'installe le long de la Birse et le secteur secondaire commence à se développer. Pendant le XXe siècle, l'industrie prend de plus en plus de place avec le développement de la Fonderie Boillat et l'arrivée d'autres sociétés d'horlogerie (notamment 1851–1975 General Watch avec la marque Helvetia et 1853–1970 Société horlogère de Reconvilier avec la marque Roskopf)[7].

Curiosité[modifier | modifier le code]

  • Église protestante (temple) de Chaindon (Église St-Léonard) : le bâtiment actuel date des années 1740 et fut construit à la place d'une chapelle du XIIe siècle.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Théâtre de l'Atelier, aménagé dans un local attenant à un établissement public.
  • Trétaux de l'Orval, troupe de théâtre amateur

Sur les autres projets Wikimedia :

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Commission d'histoire du 1100e anniversaire de Reconvilier (collectif), Histoire de Reconvilier, Reconvilier, Imprimerie Palma & Jordi,‎ 1984, 151 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Très peu usité dans le langage courant, les villages voisins utiliseront plutôt les R'cons ou les habitants de Reconvilier
  2. Ce sobriquet est utilisé dans le langage oral par les habitants des communes alentour et n'a aucune base écrite.
  3. a, b et c Source : Les Armoiries jurassiennes, Delémont, Les fils de Paul Boéchat,‎ 1918
  4. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  5. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  6. Paul-Otto Bessire, Histoire du Jura bernois et de l’ancien Évêché de Bâle, p. 221 [détail des éditions]
  7. a et b « Reconvilier » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  8. (fr+de) Collectif (Archives de l'Etat de Berne), Armorial du canton de Berne,‎ 1981
  9. a et b Art. 9 et 18 du règlement d'organisation communale
  10. Source partielle : Commission d'histoire du 1100e anniversaire de Reconvilier (collectif), Histoire de Reconvilier, Reconvilier, Imprimerie Palma & Jordi, 151 p.