Conlie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conlie
Image illustrative de l'article Conlie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Conlie (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Conlinoise
Maire
Mandat
Joël Garenne
2014-2020
Code postal 72240
Code commune 72089
Démographie
Gentilé Conlinois
Population
municipale
1 858 hab. (2011)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 30″ N 0° 01′ 02″ O / 48.125, -0.017248° 07′ 30″ Nord 0° 01′ 02″ Ouest / 48.125, -0.0172  
Altitude Min. 98 m – Max. 179 m
Superficie 17,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conlie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conlie
Liens
Site web www.conlie.fr

Conlie est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 858 habitants[Note 1] (les Conlinois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Conlie est à 22 km au nord-ouest du Mans. La commune de Conlie se situe dans la cinquième couronne mancelle, c'est une commune périurbaine.

La commune est traversée d'ouest en est par la ligne SNCF Paris-Brest, la gare de Conlie se trouve au nord de la commune. Il y a de nombreux trains entre Conlie et Le Mans.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Verniette
  • Crannes
  • Vinay
  • Faneu

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Conlie[1]
Neuvillalais,
Tennie
Neuvillalais Neuvillalais,
Mézières-sous-Lavardin
Tennie Conlie[1] Domfront-en-Champagne
Tennie,
Neuvy-en-Champagne
Cures Domfront-en-Champagne

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'habitation sur Conlie peut se dater vers l'époque gallo-romaine[réf. nécessaire]. En effet, Conlie se situe sur le chemin gallo-romain, du Mans au mont Saint-Michel.

Vers 1795, Conlie (1 185 habitants en 1793) absorbe Verniette (167 habitants)[2], au sud-ouest de son territoire.

Un épisode marquant de Conlie fut celui du camp dans lequel des milliers de volontaires bretons furent conduits au moment de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, dans le but d'y faire leurs classes. Par manque de moyens, ou de peur d'un « péril chouan », ces soldats ne reçurent jamais ni l'équipement, ni la formation nécessaire au combat. Certains d'entre eux furent toutefois envoyés au combat, mais presque désarmés.

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Conlie est libéré le 7 août 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Conlie

Les armes de la commune de Conlie se blasonnent ainsi :


D'argent au sautoir engrêlé de sable chargé d'un sautoir de gueules[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Raoul Marteau DVD Enseignant
mars 2014[4] en cours Joël Garenne DVG Garagiste
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[5].

Conlie est le chef-lieu de canton depuis 1801. Le redécoupage cantonal de 2015 devrait modifier le nombre de communes et le chef-lieu.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 858 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 185 1 405 1 526 1 670 1 664 1 657 1 627 1 665 1 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 710 1 767 1 720 1 677 1 673 1 672 1 667 1 739 1 728
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 681 1 681 1 763 1 544 1 544 1 488 1 436 1 489 1 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 488 1 435 1 472 1 603 1 642 1 665 1 790 1 778 1 869
2011 - - - - - - - -
1 858 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique[modifier | modifier le code]

Historiquement, Conlie a toujours voté depuis 1965 aux élections présidentielles pour un candidat de droite au premier et au deuxième tour. L'électorat de Conlie est plutôt conservateur et gaulliste, quelquefois proche du centre droit.

Économie[modifier | modifier le code]

Conlie comporte une zone d'activités créée à l'initiative de la communauté de communes de la Champagne Conlinoise (4C).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Union sportive de Conlie fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[10]. Présence de nombreuses activités sportives, telles que le tennis, le basket, le judo.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Royaume-Uni Alford (en) (Royaume-Uni) depuis 1999Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.. Après des recherches de villes qui pouvaient être jumelées avec Conlie, c'est Alford qui fut retenu en 2001. Chaque année, des échanges ont lieu, les années impaires à Alford, les années paires à Conlie. À certaines périodes, ces échanges ont pu s’étendre au niveau scolaire comme en 2010 où les élèves du collège de Conlie ont pu partir à Alford et recevoir des correspondants anglais.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Le chanoine Urbain Onfray alias Urbain Onfray Kermoalquin, prêtre et historien originaire de Guingamp, fut aumonier au camp de Conlie où il mourut le 11 janvier 1871.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[11].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Conlie », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 16 août 2010) et fiche liée (Verniette).
  3. Site de la mairie de Conlie et geneawiki.com
  4. « Ouest-france.fr - Municipales à Conlie. Joël Garenne élu maire à la surprise générale » (consulté le 28 mars 2014)
  5. « Conlie (72240) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 mai 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Église de Verniette », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Peintures monumentales », base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. « Site officiel de la Ligue du Maine – US Conlie » (consulté le 17 août 2010)
  11. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :