Camp de Conlie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp de Conlie

Lieu Conlie, France
Construction 1870
Utilisation Armée de Bretagne
Guerres et batailles Guerre de 1870 : Bataille du Mans
Coordonnées 48° 09′ 16″ N 0° 02′ 40″ O / 48.1545, -0.044448° 09′ 16″ Nord 0° 02′ 40″ Ouest / 48.1545, -0.0444  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Camp de Conlie

Le Camp de Conlie, situé dans la région du Mans, est un des onze camps établis par le gouvernement républicain de Gambetta lors de la guerre de 1870 afin de préparer une contre-offensive contre l'occupant. Les Prussiens sont désormais aux portes d'Orléans et la désorganisation est générale.

Historique[modifier | modifier le code]

Après la défaite de Sedan et l'abdication de Napoléon III, Léon Gambetta, ministre de la Guerre du nouveau gouvernement républicain, décide de former de nouvelles armées et de poursuivre la « guerre à outrance » .

Création du camp[modifier | modifier le code]

Entrée des Allemands à Orléans en 1870.
Émile de Kératry, commandant du camp de Conlie.

Le général de Kératry, convaincu du bien-fondé de la poursuite de la guerre, est nommé à la tête de l’armée de Bretagne le 22 octobre, pour venir en appui de l’armée de la Loire, il est chargé d'établir à la hâte un camp à Conlie, dans la région du Mans (Sarthe) et d'y rassembler les mobilisés et les volontaires de l’ouest de la France pour y former une « armée de Bretagne ». Il peut réunir dans son armée les mobilisés des départements de la Bretagne et du Maine, les gardes mobiles encore disponibles dans ces régions, les corps francs de l'Ouest, quelques milliers d'hommes d'infanterie de ligne, quelques escadrons de cavalerie, quelques marins, etc. Le contingent mobilisable des cinq départements bretons était, à lui seul, de 80 000 hommes. Il parcourt également la Bretagne pour recruter des volontaires.

Il fait construire à Conlie, près du Mans, un camp où se fera la formation. Situé sur la butte de la Jaunelière, il n'en reste de nos jours plus aucun vestige. Ce camp peut accueillir 50 000 hommes et il y rassemble une armée de 25 000 hommes dès le 10 novembre. Près de 60 000 hommes y passent au total et il est prévu de les armer avec les surplus de la guerre de Sécession américaine (1861-1865), mais ces armes promises par Gambetta n'arrivent pas[1].

Vie au camp[modifier | modifier le code]

Gravure de Jeanne Malivel illustrant L'Histoire de notre Bretagne de Jeanne Coroller-Danio en 1922.

Les baraquements ne sont pas construits à l’arrivée des mobilisés et des tentes sont établies en urgence.[réf. nécessaire]. Comme le terrain avait été nivelé peu de temps avant l'installation du camp, le piétinement de milliers d’hommes en fait rapidement un bourbier où il est très difficile de se déplacer. Les mauvaises conditions climatiques n'arrangent rien, des pluies torrentielles inondent le camp que les soldats surnomment « Kerfank », la ville de boue en breton. Avec les premières neiges, les maladies se développent : fièvre typhoïde, varioleetc. La description qu'en fait Gaston Tissandier, de passage le 15 décembre 1870, est éloquente :

« Est-ce bien un camp ? C'est plutôt un vaste marécage, une plaine liquéfiée, un lac de boue. Tout ce qu'on a pu dire sur ce camp trop célèbre est au-dessous de la vérité. On y enfonce jusqu'aux genoux dans une pâte molle et humide. Les malheureux mobiles se sont pourvus de sabots et pataugent dans la boue où ils pourraient certainement faire des parties de canots. Ils sont là quarante mille nous dit-on et, tous les jours, on enlève 500 ou 600 malades. Quand il pleut trop fort, on retrouve dans les bas-fonds des baraquements submergés. Il y a eu ces jours derniers quelques soldats engloutis, noyés dans leur lit pendant un orage[2]. »

Le manque d'instructeurs (prisonniers en Allemagne), de matériel, de ravitaillement, provoquent le découragement au sein d'une troupe pourtant largement constituée de volontaires mais livrés à l'oisiveté et à l'ennui.

Dans la débâcle de la guerre franco-prussienne, le ravitaillement en armes et en matériel connait de sérieuses difficultés : pénurie de tentes, de couvertures, de chaussures, etc.

Kerartry, choqué, informe Gambetta à plusieurs reprises[3]. Ce dernier se refuse à l'évacuation, et affirme même ne pas se trouver choqué par ce qu'il constate.

La polémique commence à faire rage dans les journaux et le général de Kérartry démissionne, remplacé par le général de Marivault qui ordonne immédiatement une première évacuation, contre les ordres de Gambetta (qui ne signera la première autorisation que quelques jours plus tard), le 19 décembre 1870. Dès le lendemain, les 15 000 soldats les plus faibles se replient sur Rennes. Les plus malades sont renvoyés dans leurs familles. Le scandale prend plus d'ampleur, devant l’état des hommes qui rentrent chez eux.

Opérations de l’« armée de Bretagne »[modifier | modifier le code]

Le général Chanzy à la Bataille du Mans tableau de Maurice Orange (1868-1885).

Le 23 novembre 1870, a lieu le combat de La Fourche, commune de Coulonges-les-Sablons.

Gambetta décide l’envoi de 12 000 des hommes du camp de Conlie, armés de seulement 4 000 carabines en mauvais état et de munitions d'un calibre inadéquat contre le Ier corps bavarois du duc de Mecklembourg. Le général de Kératry envoie les mieux équipés et les moins fatigués de ses hommes, formant la division de marche de Bretagne (4e division du 21e corps), commandée par le général Gougeard. La division arrive à Yvré-l'Évêque le 26 novembre, lance une reconnaissance jusqu’à Bouloire. Le combat n’a pas lieu, les Prussiens s’étant esquivés.

La veille de la bataille du Mans (10 et 11 janvier 1871), Gambetta, les considérant comme étant des Chouans potentiels fournit aux 19 000 hommes restant des fusils Springfield rouillés et des cartouches avariées[réf. nécessaire]. Dans certains cas, certaines de ces armes explosaient au moment du tir. Le général Chanzy rejette la responsabilité de la défaite aux hommes de Conlie. En effet, c’est sur leur position de la Tuilerie que les Prussiens font porter leur effort décisif, qui décide de la victoire. Les soldats français, épuisés par deux mois de privations, mal armés, presque pas préparés, sont taillés en pièces dans la nuit du 11 au 12 par la 20e division prussienne du général von Krautz-Koschlau.

Par la suite, le général de Lalande[4] déclare devant une commission d'enquête parlementaire[5] :

« Je crois que nous avons été sacrifiés. Pourquoi? Je n'en sais rien. Mais j'affirme qu'on n'aurait pas dû nous envoyer là, parce que l'on devait savoir que nous n'étions pas armés pour faire face à des troupes régulières. »

Le camp de Conlie est atteint le 14 janvier par les Prussiens qui font sauter les fortifications et quittent la commune, le 6 mars.

L'armistice est signé le 26 janvier et l'armée de Bretagne est dissoute le 7 mars 1871.

Bilan[modifier | modifier le code]

De novembre 1870 à janvier 1871 il y eut 131 morts[1], mais ce chiffre fait encore débat[3]. 2 000 des 60 000 soldats qui y sont passés ont dû être envoyés à l’infirmerie.

Arthur de La Borderie (1827-1901) sera le rapporteur d'une commission d’enquête parlementaire dont les conclusions, rédigées en 1872, sont publiées en 1874 dans les actes du Gouvernement de la Défense nationale.

Un monument est inauguré le 11 mai 1913 sur la colline de la Jaunelière et une plaque commémorative est apposée le 14 février 1971, lors du centenaire.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La prétendue première carte postale au monde[modifier | modifier le code]

La carte souvenir du camp de Conlie.

Un article publié dans le Petit Journal du 30 août 1902, repris dans le New York Times du 21 septembre 1904, fait de Léon Besnardeau (1829-1914), simple libraire à Sillé-le-Guillaume, un village situé à une quinzaine de kilomètres du camp de Conlie, l'inventeur de ce qui est présenté comme la première carte postale illustrée, expédiable par la poste ordinaire, au monde[6].

En fait, l'inscription même « Souvenir de la Défense Nationale » indique qu'il s'agit d'un document édité après les événements, de toute évidence destiné aux soldats revenus en pèlerinage sur le site de leurs souffrances, et non d'un moyen de communiquer avec leur proches durant leur séjour forcé. Aucun emplacement n'est prévu pour un timbre et il n'existe pas de trace qu'une de ces cartes ait été acheminée sans avoir été placée préalablement dans une enveloppe[7].

Littérature[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le groupe de musique celtique Tri Yann a fait une chanson du nom de Kerfank 1870 ; le premier couplet de cette chanson fait allusion à la prise de commandement de Marivault lors du remplacement de Kératry, alors qu'il passait en revue les soldats bretonnant criant : « d'ar ger, ma général, d'ar ger ! ». Marivault loua leur ardeur à vouloir partir à la guerre... ignorant qu'en breton, « d'ar ger » ne veut pas dire « à la guerre », mais « à la maison ».
  • Red Cardell, Conlie, album Rouge, 1993.
  • François Budet, Le Camp de Conlie, album Résurgences, septembre 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site sur le camp de Conlie
  2. Gaston Tissandier,En ballon ! : pendant le siège de Paris, souvenirs d'un aéronaute, éd. Dentu, Paris, 1871 p. 122-123 Lien Gallica
  3. a et b Le Rennais, no 382, mars 2007.
  4. Charles Aimé Marie de Lalande, né à Poitiers le 26 novembre 1815, polytechnicien et commandant en retraite titulaire de la légion d'honneur Base Leonore no L1448056, avait été nommé général de brigade au titre auxiliaire le 5 novembre 1870.
  5. Camille Le Mercier d'Erm, L'Étrange aventure de l'Armée de Bretagne 1870-1871, Presses universitaires de Bretagne, 1970 p. 253.
  6. Eveillard James, l'Histoire de la carte postale et la Bretagne, éditions Ouest- France, 1999.
  7. Histoire de la carte postale, sur le site Cartolis

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Général Gougeard, Deuxième Armée de la Loire, division de l'armée de Bretagne, Paris, E. Dentu, 1871.
  • Charles Mengin, La bataille du Mans, les mobilisés de Bretagne, Nantes, Etiembre et Pledran, 1872.
  • Émile de Kératry, Armée de Bretagne 1870 - 1871. Dépositions devant les Commissions d'Enquête de l'Assemblée Nationale. Rapport de la Commission d'Enquête, Paris, A. Lacroix et Cie, 1873.
  • Aimé Jay, L'armée de Bretagne : 22 octobre à 27 novembre 1870, Paris, Plon, 1873.
  • L'Armée de Bretagne, par un volontaire, Éditions Le Chevalier, 1874.
  • Arthur de La Borderie, Le camp de Conlie et l'Armée de Bretagne - Rapport fait à l'assemblée nationale, Paris, Plon & Cie - Nantes, Forest et Grimaud, 1874. http://www.archive.org/ À voir ici
  • Le camp de Conlie et l'armée de Bretagne. Rapport fait au nom de la Commission d'enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale, Paris, aux bureaux de Paris-Journal, 1874.
  • Henri Monnié, Armée de Bretagne, Les mobilisés de la Loire-Inférieure, Nantes, Imprimerie Bourgeois, 1876.
  • Ulysse Chabrol, Rudes étapes 1870-71, armée de Bretagne, Paris, Victor Havard, 1893.
  • A. Touchard, Autour du Camp de Conlie (Notes et Souvenirs), Le Mans, Librairie R. Pellechat, 1894.
  • G. M. Suzor, Souvenirs d'un mobilisé nantais, Nantes, Imprimerie moderne Joubin & Beuchet frères, 1905.
  • Robert Gestin, Souvenirs de l'Armée de Bretagne (1870-1871), Éditions Le Borgne, 1909.
  • Paul Tailliez, L'histoire du camp de Conlie, 24 octobre 1870 - 25 janvier 1871, Le Mans, Monnoyer, 1913.
  • Le camp de Conlie, in "L'Action Française" N° 161, Paris, 10 juin 1913.
  • Chant du Camp de Conlie, in "Almanach Illustré de l'Union agricole et Maritime Annuaire du Finistère pour l'Année 1918", 1917.
  • L'Armée de Bretagne au Camp de Conlie, in "Bretagne" N° 135, Saint-Brieuc, avril 1936.
  • Camille Le Mercier d'Erm, L'étrange aventure de l'Armée de Bretagne - Le Drame de Conlie et du Mans (1870-1871). Étude présentée d'après des documents nouveaux, avec une illustration inédite de 70 portraits, plans et photographies, Dinard, À l'Enseigne de l'hermine, 1937. Rééditions : Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1970 - Celtics Chadenn, 2003 (ISBN 2-84722-024-0))
  • Camille Le Mercier d'Erm, Une Armée de chouans : Le drame politique de l'armée de Bretagne, 1870-1871, Librairie Académique Perrin - Armor Diffusion, 1975.
  • L'affaire du camp de Conlie, in "Historia" N° 392, juillet 1979.
  • Yann Brekilien, L'holocauste breton, Éditions du Rocher, 1994. (ISBN 2268017095)
  • Philippe Le Moing-Kerrand, Le camp de Conlie. Les Bretons dans la guerre de 1870, Édition de l'auteur, 1999 (préface par Raoul Marteau).
  • Hervé Martin - Louis Martin, Le Finistère face à la modernité entre 1850 et 1900, Apogée, 2004. (ISBN 2-84398-163-8)
  • Jean Sibenaler, Conlie : Les soldats oubliés de l'armée de Bretagne, éditions Cheminements, 2007. (ISBN 978-2844785435)
  • Frédéric Beauchef, 1871, Le Mans une bataille oubliée, Le Mans, éditions Libra Diffusio, 2010. (ISBN 978-2844924735)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]