Comme un torrent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Comme un torrent

Titre original Some Came Running
Réalisation Vincente Minnelli
Scénario John Patrick et Arthur Sheekman d'après le roman homonyme de James Jones
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Sol C. Siegel Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1958
Durée 137 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Comme un torrent (Some Came Running) est un film américain réalisé par Vincente Minnelli et sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au cours de l'été 1948, Dave Hirsch quitte l'armée tout auréolé d'un glorieux passé guerrier. Romancier en devenir, mais noceur invétéré, il déboule un beau matin en autocar à Parkman, sa ville natale de l'Indiana. Il est suivi par Ginnie Moorehead, une fille en fanfreluches dont il se souvient à peine, relique de sa soirée bien imbibée de la veille. Dave retrouve sa famille et notamment son frère et son contraire : Frank, très conventionnel, bien rangé et prospère. Tandis que Dave se lie d’amitié avec un homme de son milieu, Bama Dillert, joueur professionnel désabusé, son frère lui présente Gwen French, une institutrice aussi séduisante que stricte. Celle-ci éveille en Dave les désirs d'un établissement respectable à l'image de son frère. Mais il ignore encore que Ginnie l'aime éperdument et lui est totalement dévouée corps et âme. Il va également découvrir qu'elle a été pistée par Raymond, son soupirant fou de jalousie et de rage…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

  • Le cadeau de Frank à Shirley : Shirley MacLaine se souvient encore avec émotion[1] que Frank Sinatra, en élégant professionnel, demanda à Vincente Minnelli que « Ginnie soit abattue à sa place » à la fin du film (en avançant que Shirley pourrait ainsi gagner un Oscar). Sans que cela lui rapporte l'Oscar, « Ginnie » devint l'un des rôles marquants du film et propulsa Shirley au rang des grandes stars d'Hollywood en 1959. Elle obtenait, en 1960, le rôle féminin principal dans un film capital, La Garçonnière de Billy Wilder.
  • Jean-Luc Godard s'est inspiré du personnage de Bama-Dean Martin, qui va jusqu'à dormir avec son chapeau de cow-boy, pour la scène du Mépris (1963) où Michel Piccoli garde le sien pour prendre son bain…

Tournage[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

To Love and Be Loved, paroles de Sammy Cahn et musique de Jimmy Van Heusen, interprétée par Shirley MacLaine.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Dave-Frank Sinatra a l'air de sortir, Oscar 1954 en poche, du film Tant qu'il y aura des hommes tourné 5 ans auparavant, adaptation, comme celui-ci, d'un roman du même James Jones. Joyeux noceur, mais intellectuel, on comprend que Dave soit attiré par une femme cultivée qui reconnaît son talent d'écrivain et lui fait entrevoir un possible et stable futur. En même temps, son non-conformisme, source de sa puissante créativité, lui colle aux basques avec son entourage de copains festoyeurs et de filles légères. Les zozos marginaux vont finalement l'emporter avec, en tête, Ginnie-Shirley, sorte de Gelsomina (La Strada) transie d'amour tripotant sans cesse sa peluche-sac à main et Bama-Dean, misogyne, cynique, rigolard, mais ami attentionné, bien plus attirants que les perspectives d'un avenir rangé des voitures, quand bien même aurait-il le charmant visage et la prestance de Gwen-Martha Hyer. Le découpage du film est exemplaire et on est ébloui par une profusion de couleurs chatoyantes dues à William H. Daniels et Charles K. Hagedon.

Autour du film[modifier | modifier le code]

C'est grâce à ce film que Shirley MacLaine fut l'une des rares filles à être admise comme mascotte dans le clan très masculin du Rat Pack (Club des rats) constitué de Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr., Peter Lawford et Joey Bishop.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Shirley MacLaine, biographie : Les Stars de ma vie, Éditions Presses de la Cité, 1996 (ISBN 2258041899)

Lien externe[modifier | modifier le code]