Chasse-neige (ferroviaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasse-neige (homonymie).
Chasse-neige

Un chasse-neige ferroviaire est un wagon spécialisé d'un train qui utilise un soc ou une lame pour repousser la neige hors de la voie ferrée. Les chemins de fer sont confrontés comme les autres types de transport aux intempéries dues à la neige. Pour cela ils utilisent des matériels spécialisés et de différents types pour le déboudinage: action permettant de dégager le dessus du patin du rail et son côté intérieur de tout obstacle pour permettre le passage des boudins de roue.

Description[modifier | modifier le code]

Ils sont constitués soit d'un engin moteur équipé d'un ou deux socs (à chaque extrémité) ou d'un wagon, d'un fourgon ferroviaire muni d'un soc à l'avant. Les chasses-neige à soc sont avec éjection latérale ou bilatérale.

Types[modifier | modifier le code]

On distingue deux types. Le premier est constitué des chasse-neige à soc(s). Le second fait partie des souffleuses à neige, réparties en deux sous-groupes, les chasse-neige rotatifs et les chasse-neige rotatifs à turbine(s).

Chasse-neige à socs autonomes[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Il existe différents types de chasse-neige à socs dans la flotte de la SNCF. Ceux-ci sont adaptés aux différentes conditions de neige : certains sont étudiés pour de faibles hauteurs et d'autres pour les chutes de neige plus conséquentes. Voici une description succinctes des types[1],[2].

Petit soc

Monté sur une locomotive. Accessoirement ils servent principalement de chasse-obstacle en cas de collision. Ils sont installés sur les locomotives du service commercial circulant dans des régions à risque.

Soc monté d'un mètre

Formant un simple éperon fixe installé de chaque côté de la locomotive comme des BB 4100, des BB 8500, des BB 63000, des BB 63500, des BB 66000, ou une lame de chasse neige routier sur un Y 7400, ou une étrave relevable et mobile installé de chaque côté de la machine sur des draisines équipées de hublots anti-givre.


   type

   

   Longueur hors tout       Poids       Largeur de déneigement       Hauteur de déneigement       Vitesse d'acheminement       Vitesse de travail       Effectifs       Services   
petit éperon sur locomotives ou autorails et rames automotrices différentes formes et tailles / largeur du matériel équipé faibles hauteurs vitesse commerciale ligne vitesse commerciale ligne indéterminé en service
Soc réglable en hauteur et largeur avec dégagement latéral ou bilatéral suivant position sur Draisine / / / / / / indéterminé en service
Soc sur BB 4119 CN 5 / / / / / / 1 radié
Soc sur BB 4123 CN 6 / / / / / / 1 radié
Soc sur BB 8553 CN 1 / / / / / / 1 en service
Soc sur BB 8556 CN 2 / / / / / / 1 en service
Soc sur BB 63044 / / / / / / 1 radié
Soc sur BB 63951 / / / / / / 1 radié
Soc sur BB 66004, BB 66014, BB 66082, BB 66091 et BB 66110 / / / / / / 5 en service
Soc sur Y 7553 / / / / / / 1 radié

[1],[2]

Ligne de Cerdagne[modifier | modifier le code]
Z 201 et Z 202

Issues des deux derniers fourgons automoteurs numéros 8 et 9 et attelées en permanence, la Z 201 et la Z 202 sont équipées chacune d'un éperon différent. Cela étant dû au profil de la ligne de Cerdagne, la Z 201 étant toujours dirigée du côté Villefranche et la Z 202 du côté La-Tour-de-Carol.

  • Vitesse d'acheminement ? km/h.
  • Vitesse de travail ? km/h.

[1]

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Chasse-neige à socs non autonomes[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Type Langeac

Il est constitué d'un châssis de wagon à deux essieux lesté de coupon de rails ou de gueuses et équipé d'un éperon à éjection bilatérale à l'avant. Deux types différents de châssis furent utilisés en France : empattement de 3,75 mètres ou 4,50 mètres. Certains peuvent être tractés du côté du soc dans les dépôts par l'intermédiaire d'une barre munie d'un œil (barre relevée en service).

Type tender lesté

Ils sont issus de tender de 17 m3 NORD type 17-A ex 17101 à 17302 provenant de 140 A ou 150 A et C. La hotte à combustible est démontée en partie supérieure et ils sont lestés de ballast ou de sable, ou de ferraille en morceaux ou de gravillons. Un éperon de locomotive du type CC est monté à l'avant.

Type Flanger

Il est constitué d'un châssis de wagon à deux essieux avec organes de choc et de traction des deux côtés (et cabine pour les plus anciens et sans pour le flanger 64 et flanger 80), équipé d'une lame mobile oblique à éjection par la gauche entre les essieux, dont le profil permet le déboudinage. En cas d'obstacle sur la voie tel crocodile ou pédale de voie, celle-ci peut être relevée. Les appareils du type 64 comportent en plus une lame oblique à éjection par la gauche située en avant du premier essieu pour un premier déneigement. Sur ceux du type 80, deux autres lames du même type sont aussi montées symétriquement pour l'autre sens de circulation (deux fois deux lames dont les deux centrales relevables pour chaque sens). Celles-ci peuvent être commandées par un boitier embarqué à bord de l'engin de pousse. Ils sont spécialisés pour le déboudinnage final des voies après passage de plus gros chasse-neige ou en cas de neige peu abondante.

Type Nevers
Wagon chasse-neige du type Nevers à Frasne.

Apparu en 1980 et destiné à remplacer les types Langeac, il est constitué d'un châssis de wagon à deux essieux avec organes de choc et de traction d'un seul côté, lesté de coupon de rails et équipé d'un éperon à l'avant. Il peut être tracté dans les dépôts du côté du soc, par l'intermédiaire d'une barre et à vitesse réduite. Il est parfois aussi équipé d'une petite lame haute latérale de forme triangulaire (voir photo) pour dégagement latéral dans les deux sens.

Le Sioux

Par temps froid et suite aux infiltrations d'eau dans les tunnels, des glaçons se forment tels des stalactites et engagent le Gabarit ferroviaire de circulation, en représentant un danger pour le matériel roulant, le trafic et le personnel ainsi que les voyageurs. La SNCF et d'autres compagnies ferroviaires ont mis en fonctionnement ces wagons plats à essieux spécialisés pour le déglaçage de ses tunnels. C'est un wagon à essieux surmonté d'un arceau au centre, perpendiculaire à la voie, sur lequel sont montées des bandes de fer plat épousant la forme du gabarit, utilisé pour le déglaçage des tunnels. La forme en arc de cercle des lames ressemblant fortement au parures des chefs indiens lui donna son surnom.


   type

   

   Longueur hors tout       Poids       Largeur de déneigement       Hauteur de déneigement       Vitesse d'acheminement       Vitesse de travail       Effectifs       Services   
Langeac court 9,25 mètres empattement de 3,75 mètres 30 tonnes 3,10 mètres de 1 à 1,20 mètre de neige 50 km/h en pousse et 70 km/h tiré en queue de train 30 km/h en pousse radié et préservé par le Chemin de Fer du Haut Forez
Langeac long 9,95 mètres empattement de 4,50 mètres 30 tonnes 3,10 mètres de 1 à 1,20 mètre de neige 50 km/h en pousse et 70 km/h tiré en queue de train 30 km/h en pousse radié préservé
tender lesté mètres / / / 50 km/h 30 km/h avec traction diesel 6 radié
Flanger prototype 8,65 mètres 30,4 tonnes / / 40 km/h en pousse et 50 km/h tiré en queue de train 50 km/h uniquement en pousse 1 radié
Flanger 64 8,65 mètres 26,7 tonnes pour le flanger 64 / / 40 km/h en pousse et 50 km/h tiré en queue de train 50 km/h uniquement en pousse 4 radié
Flanger 80 8,65 mètres tonnes / / 70 km/h 50 km/h tiré et 40 km/h en pousse indéterminé en service
Nevers 12,25 mètres 23 tonnes 2,90 mètres de 1 à 1,20 mètre de neige 60 km/h en pousse et km/h tiré en queue de train. 60 km/h uniquement en pousse. 20 20 en service
Le Sioux mètres tonnes gabarit SNCF gabarit SNCF km/h km/h indéterminé en service

[1],[2]

Ligne Saint-Gervais - Vallorcine[modifier | modifier le code]
ZS 10450

C'est un ancien chasse-neige à éperon de la Ligne Saint-Gervais - Vallorcine qui possède une plateforme de manœuvres. Il ne circule que poussé par un fourgon Z 200 ou un wagon automoteur ou une voiture automotrice.

  • Vitesse d'acheminement 30 km/h.
  • Vitesse de travail 30 km/h.
ZR 20451

Il est issu du second chasse-neige à éperon de l'ancien matériel, démuni de ses moteurs et équipé d'un attelage Dellner-Scharfenberg identique aux Z 600 et ZR 20600. Il fut alors renuméroté Z 20451. Il doit toujours être attelé à deux motrices Z 600 au minimum.

  • Vitesse d'acheminement 30 km/h.
  • Vitesse de travail 30 km/h.

[1]

Ballastière U 20205
Rame Z600 avec la ballastière U 20205 équipée d'une étrave en gare de Vallorcine.

C'est un nouveau chasse neige issus de la ballastière que l'on équipe d'une étrave en hiver.

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Souffleuse à neige à turbine autonomes[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Ils sont constitués d'un wagon ou d'un Fourgon ferroviaire muni d'une turbine à l'avant. Les chasse-neige à turbine sont avec éjection directionnelle latérale ou bilatérale. Le mécanisme est alors en acier, très volumineux et robuste. On retrouve dans le caisson, une ou deux énormes hélices munies de bord très coupants qui vont couvrir la largeur de la voie ferrée. Ce mécanisme simple et robuste permet de dégager la neige et à la locomotive de se déplacer à une vitesse assez élevée.

Amérique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le CN3 déneige la gare de Morez (Jura) en décembre 2012.
  • CN1 à CN3 :
Article détaillé : CN 1 à 3 (SNCF).

L'ensemble autonome, construit par la société Beilhack, est constitué d'un châssis surmonté d'un pivot, avec verrouillage rigide, supportant la caisse. Celle-ci après déverrouillage peut ainsi pivoter pour orienter la turbine dans l'autre sens. Un moteur Deutz de 160 kW entraine les essieux dans les deux sens de marche. Ils sont équipés de deux turbines frontales entrainées par deux moteurs. Un dispositif permet, pour chacune des turbines, de basculer la motorisation sur l'autre moteur en cas de défaillance. La neige est évacuée par deux échoppes orientables. Un éperon situé à l'arrière permet le déboudinage. Les baies frontales de cabine sont chauffantes avec chacune un hublot anti-givre.

   type       Longueur hors tout       Poids       Largeur de déneigement       Hauteur de déneigement       Vitesse d'acheminement       Vitesse de travail       Effectifs       Services   
CN1 à CN3 12 mètres 36 tonnes 3,60 mètres au maximum 3,50 mètres au maximum 80 km/h en autonome 40 km/h 3 en service

[1],[2]

Ligne Saint-Gervais - Vallorcine[modifier | modifier le code]
Z 205

la Z 205 a été transformée profondément pour dégager la neige dans l'entre rails par l'intermédiaire d'un tambour rotatif équipé de pelles en acier. Elle est toujours attelée à la Z 208, lui servant de véhicule auxiliaire.

  • Vitesse d'acheminement 20 km/h HLP (avec Z 208) et 30 km/h dans un convoi de matériel ancien uniquement.
  • Vitesse de travail de 5 à 20 km/h suivant l'état de la neige.
  • Radiée
Z 450

La Z 450 est équipée d'une turbine à motorisation électrique avec réducteur à engrenages droits. elle est aussi équipée de frotteurs à verglas commandés à distance, du frein pneumatique, du frein à mâchoires et du frein modérable. Il est toujours attelé aux ZS 10308 et ZS 10316, wagons automoteurs fourgons freins des chasses-neiges.

  • Vitesse d'acheminement 20 km/h.
  • Vitesse de travail de 8 km/h dans la neige mouillée à 15 km/h dans la neige poudreuse.
Z 691

Il est équipé de deux turbines à un moteur M1T, identique aux BB 8100, avec boites de réduction (une principale et une secondaire par turbine). Il est propulsé par un boggie de Z 600 équipant le châssis (avec un essieu de guidage supplémentaire situé juste après les turbines). Il est également équipé de couteaux rotatif et d'un phare orientable pour aider le personnel de surveillance de la voie à détecter la présence de blocs de pierres. Il possède aussi deux panneaux articulés latéraux pour augmenter la largeur de dégagement de la voie.

  • Longueur hors tout: 9,015 mètres
  • Largeur hors tout: 3,190 mètres
  • Hauteur hors tout: 3,454 mètres
  • Hauteur déneigement: 1,790 mètre
  • Vitesse d'acheminement 40 km/h.
  • Vitesse de travail 40 à 80 km/h suivant l'état et l'épaisseur de la neige.

[1],[3]

CN 4
Article détaillé : CN 4 (SNCF).
Le CN 4 au travail

Le CN 4 un chasse-neige du type Beilhack. Il est équipé à l'avant de deux turbines de 1,10 m de diamètre et 5 couteaux d'ébauche avec deux tuyères d'échappement, et à l'arrière de fraises de déboudinage avec deux tuyères d'échappement sous la cabine. Il peut tout comme les CN 1 à CN 3 (du même type mais écartement différent) faire demi tour sur lui-même.

  • Vitesse d'acheminement 40 km/h.
  • Vitesse de travail 15 km/h.

[4]

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Souffleuse à neige à turbine non autonomes[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le chasse-neige Aurillac au Musée français du chemin de fer.
  • Rotatif Aurillac à vapeur :

Il est actionné par une chaudière à vapeur et une machine à deux cylindres. La turbine est équipée de deux lames verticales orientables pour une largeur variable de déneigement et d'un éperon en partie inférieure. La neige est évacuée par un cheminée orientable. Le dessous de châssis, monté sur deux bogies de deux essieux porteurs, est équipé de deux raclettes situées devant le premier essieu pour le déboudinage sommaire et de deux socs situés derrière le deuxième essieu pour le déboudinage final. L'engin est préservé et présenté au Musée français du chemin de fer de Mulhouse.

Diamètre roue de turbine : ?? mètres

Tender de 17 m3 à trois essieux ex PO 4-17-D pour le charbon et l'eau

  • Rotatif Chambéry à vapeur :

Le dessous de châssis, constitué de deux bogies de trois essieux porteurs, est équipé de deux socs devant les essieux du bogie avant pour le déboudinage. La neige est évacuée par un cheminée orientable. Il est actionné par une chaudière à vapeur timbrée a 13 Hpz qui alimente une machine à vapeur vertivale à 4 cylindres actionnant la turbine.

Diamètre roue de turbine : 2,90 mètres

Vitesse roue de turbine : 150 tr/min

Tender de 25 m3 à trois essieux ex 25-A Sud-Est à trois essieux pour le charbon et l'eau

  • Turbine Pontarlier :

Le chasse-neige est constitué d'un châssis de tender de 25 m3 à trois essieux ex 25-A PLM et d'une caisse de BB 8100 équipé de deux turbines. L'étrave dirige la neige dans les deux tambours derrière chacun desquels se trouve une turbine qui l'évacue chacune aussi dans une échope orientable. Il est aussi équipé d'un soc échancré pour dégager le gabarit, suspendu entre le premier et le deuxième essieu. Il est relevable et sert pour le déboudinage ou l'égalisation de l'entrevoie. Il possède également à l'arrière du troisième essieu deux socs relevables pour le déboudinage.

Vitesse roue de turbine : 300 tr/min réduite à partir des 1 500 tr/min de l'arbre de transmission

  • Turbine Chambéry :
Article détaillé : BB 60021.

Le chasse-neige est constitué de l'ex BB 60021 ex 040 DC 1 du Sud-Est ex PLM 4-CMD-1 transformée en chasse-neige. L'étrave avec deux échopes orientables est de même conception que pour le Pontarlier. Cependant par manque de place, il n'est pas équipé de socs supplémentaires. De plus, suite au modifications seul, un boggie reste motorisé pour les évolution dans les dépôts.

   type       Longueur hors tout       Poids       Largeur de déneigement       Hauteur de déneigement       Vitesse d'acheminement       Vitesse de travail       Effectifs       Services   
Rotatif Aurillac 16,70 mètres avec le tender 66,400 tonnes / hauteur du chasse-neige au maximum de 4 à 6 km/h 40 km/h en pousse et 20 km/h en tunnel de 4 à 30 km/h 1 radié mais préservé et présenté au Musée français du chemin de fer de Mulhouse
Rotatif Chambéry 13,00 mètres sans le tender 60,900 tonnes / 1,60 mètre environ au maximum 50 km/h 35 km/h 1 radié
Turbine Pontarlier 10,08 mètres 34 tonnes / / 100 km/h en véhicule ou 70 km/h remorqué et 50 km/h poussé par l'arrière par loco HLP 35 km/h poussé par l'arrière ou 15 km/h poussé ou tiré par l'intermédiaire de la barre de remorquage côté étrave si impossibilité de le tirer par l'arrière 1 radié
Turbine Chambéry 12,27 mètres 64 tonnes / / 60 km/h en véhicule 60 km/h poussé par l'arrière 1 radié

[1],[2]

Ligne de Cerdagne[modifier | modifier le code]
ZRHK 20127

Provenant d'un wagon couvert de la série ZRJ 20100 (châssis de 5,6 m et empattement 3 m) et du type fraiseuse Bouhey, il est de même conception que la Z 205 Savoie mais n'est toutefois pas motorisé. Il est exclusivement attelé a la Z 105 munie d'une liaison phonique et équipée du couplage série pour rouler à de faibles vitesses. Il dégage la neige tassée de l'entre rail avec un tambour rotatif équipé de pelles.

  • Vitesse d'acheminement 25 km/h.
  • Vitesse de travail de 5 à 10 km/h.

[1]

Suède[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

  • En HO:
    • la firme AMF87 produit en kit le chasse-neige français du type Langeac court et long ainsi que la turbine Pontarlier.
    • la firme SMD Productions produit en kit le chasse-neige français du type Nevers et le type Flanger 80.
    • la firme Brassline produit le chasse-neige français du type Aurillac.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978, pages 468 à 481
  2. a, b, c, d et e Revue bimestrielle Voies Ferrées numéro 41 mai-juin 1987 "chasse-neige préparez l'hiver" page70, chasse-neige SNCF réel et construction en HO
  3. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 325, Éditions La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  4. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 331, Éditions La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail,‎ 1969 et réédition 1978Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail,‎ 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.
  • Bernard Ciry, Les chasse-neige SNCF et leur reproduction en H0 (Article RMF n°561, 568, 571, 574), Rigel Editions,‎ 2012 et 2013 (ISSN 0033-8737)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]