CN 4 (SNCF)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

CN 4 (SNCF)

Le CN4 en action.

Le CN4 en action.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation CN 4
Type Chasse-neige (ferroviaire)
Motorisation Diesel
Construction 1983
Constructeur(s) Martin Beilhack à Rosenheim RFA
Nombre 1 exemplaire
Livraison 1984
Effectif 1 au 01/10/2010
Affectation Infra
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'B'
Écartement métrique
 Carburant gazole
Moteur thermique 1 * Deutz 10 cylindres en V 2 000 tr/min
Moteurs de traction Turbines 1 * Deutz F.8.l
à injection direct de 221 kW,
12 cylindres en V, 2 500 tr/min
 Puissance continue 145 kW
 Transmission électrique hydrostatique
Masse en service 27 t
Dimensions
 Longueur 9,730 m
 Largeur 2,650 m
 Hauteur 3,700 m
Empattement 4,200 m
Vitesse maximale acheminement 40
travail 15 km/h km/h

[1]

Le CN 4 est un chasse-neige ferroviaire utilisé sur la ligne Saint-Gervais-les-Bains-Le Fayet - Vallorcine.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le CN 4 est un chasse neige diesel construit en 1983 par la firme allemande Martin Beilhack.

La traction est assurée par un moteur diesel de 145 kW qui actionne les deux essieux par l'intermédiaire d’une transmission hydrostatique.

Un vérin hydraulique situé sous le châssis permet de soulever l'engin sur la voie et de le retourner complètement sans avoir recours à une plaque tournante[1].

Le CN 4 dispose de quatre systèmes de freinage : freinage automatique, freinage direct, freinage dynamique agissant sur la transmission et freinage électromagnétique actionnant trois patins magnétiques de chaque côté du chasse-neige[1].

Les turbines du chasse-neige sont actionnées par un moteur diesel de 221 kW. Les turbines à l'avant mesurent 1,10 m. Elles sont aussi aidées par cinq couteaux d'ébauche rotatifs (deux en bas, un au centre et deux supérieurs)[1]. Les fraises de dé-boudinage, situées sous la cabine, sont actionnées par un circuit hydrostatique mis sous pression par le moteur diesel du groupe de déneigement[1]. Elles sont munies de quatre tuyères d'échappements[1].

L'engin peut travailler dans une couche de trois mètres de neige d'épaisseur.

La conception modulaire du véhicule permet, une fois l'équipement de déneigement enlevé, et montage en lieu et place d'un plateau central et grue de manutention, une utilisation de l'engin pour la maintenance ou les manœuvres[1].

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 331, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]