Charles Stewart Parnell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parnell.
Charles Stewart Parnell
Image illustrative de l'article Charles Stewart Parnell
Fonctions
Membre du Parlement pour le comté de Meath
21 avril 18755 avril 1880
Membre du Parlement pour Cork
5 avril 18806 octobre 1891
Biographie
Date de naissance 27 juin 1846
Lieu de naissance Comté de Wicklow, Leinster
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Date de décès 6 octobre 1891 (à 45 ans)
Lieu de décès Brighton, Angleterre
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Nationalité Irlandaise
Parti politique Irish Parliamentary Party
Conjoint Katharine O'Shea
Diplômé de Magdalene College, Université de Cambridge
Religion Anglicanisme

Charles Stewart Parnell, dit « le roi sans couronne d'Irlande », né à Avondale (comté de Wicklow) le 27 juin 1846 et mort à Brighton le 6 octobre 1891, était un homme politique irlandais, figure de proue du nationalisme.

Un parfait représentant du landlordisme protestant[modifier | modifier le code]

Charles Stewart Parnell était le troisième enfant d'une famille qui en comprenait six. Son père, John Henry Parnell, était un riche propriétaire terrien[1] d'Avondale. Sa mère, Delia Stewart, une Américaine, était la fille d'un héros de la marine américaine, le commandant Charles Stewart[2]. Elle disposait d'une parenté lointaine avec la famille royale britannique. John Henry Parnell était lui-même le cousin d'un des principaux aristocrates irlandais, Lord Powerscourt.

Le profil de Charles Stewart Parnell ne semblait donc pas le destiner à la contestation de l'ordre anglais établi : il était grand propriétaire terrien, « parfait représentant du landlordisme »[1], protestant anglican en tant que membre de l'Église établie d'Irlande (composée essentiellement d'unionistes), lié à l'aristocratie par ses cousins, les Powerscourt, et même, de manière lointaine, à la famille royale. Cependant, c'est en tant que leader du nationalisme irlandais qu'il bâtit sa réputation.

Le jeune Parnell étudia au Magdalene College de Cambridge et, en 1874, devint sheriff du comté de Wicklow.

Entrée au Parlement[modifier | modifier le code]

Portrait et citation de Parnell : « La propriété est faite pour l'homme, et non l'homme pour la propriété. »

Parnell fut élu pour la première fois au Parlement à 29 ans dans le comté de Meath, en avril 1875, à l'occasion d'une élection partielle[3]. Il rejoignit à cette occasion le parti indépendantiste irlandais, le Home Rule Party, dirigé par Isaac Butt. Même s'il avait étudié surtout en Angleterre, Parnell, à son entrée au Parlement, exprima ses sentiments anti-Anglais[1] en adoptant à la Chambre des communes la tactique d'obstruction systématique conçue par un autre député irlandais, lié aux Fenians, Joseph Biggar[4]. Cette tactique, qui permit à Parnell de démontrer son habileté à exploiter toutes les ressources de la procédure, revenait à faire des discours extrêmement longs et ennuyeux sur n'importe quel sujet qui arrivait à la Chambre, y compris ceux qui n'avaient rien à voir avec l'Irlande ou l'Empire. Les députés irlandais furent les premiers à adopter cette stratégie au sein d'une assemblée[4], en s'appuyant sur le fait que le temps de parole des orateurs n'était pas limité et que le speaker ne pouvait les interrompre[5]. Le scandale que cela provoqua eut les effets souhaités : la question irlandaise revint au centre des débats et les obstructionnistes devinrent très populaires en Irlande.

Le « roi sans couronne » d'Irlande[modifier | modifier le code]

Parnell se révéla un habile organisateur. À partir de 1880, il remplaça Isaac Butt et William Shaw à la présidence de l'Irish Parliamentary Party, anciennement Home Rule Party[6]. Le fait qu'il soit protestant donnait au mouvement une « façade d'œcuménisme »[7], mais elle était trompeuse dans la mesure où « le nationalisme irlandais s'identifiait de plus en plus à la communauté catholique majoritaire, une évolution que reflétait le soutien croissant des protestants au maintien de l'Acte d'Union (1800)»[7].

Sous sa présidence, l'Irish Parliamentary Party devint une formation politique particulièrement bien organisée : il instaura la sélection professionnelle des candidats, avec des délégués élus au sein du parti, qui s'était jusque-là distingué par son manque d'unité.

Parnell devint le leader incontesté du mouvement nationaliste irlandais durant les années 1880-1882 ; on l'appelait alors le « roi sans couronne » d'Irlande. Il reçut des soutiens financiers considérables, en provenance des États-Unis. Parnell, en 1880, se rendit ainsi aux États-Unis avec John Dillon et y collecta plus de 26 000 livres.

Question agraire et agitation nationaliste[modifier | modifier le code]

Parnell s'adressant à un meeting politique en 1881.

Malgré sa volonté nationaliste de fer, Parnell n'était en rien un démocrate et se caractérisait par son conservatisme social, et notamment son fort attachement au droit de propriété privée. Comme le souligne François Bédarida, pour unir sous son égide les forces des plus modérés comme des plus extrémistes des nationalistes irlandais, « son habileté consista, tout en soutenant une politique relativement modérée quant au fond, à ne pas hésiter à user d'un langage audacieux, voire violent »[1]. Cela lui permit en outre de mieux contrôler les initiatives des plus radicaux des patriotes irlandais, notamment en termes de réforme agraire. En effet, s'il était convaincu que résoudre la question des terres devait être le premier pas vers une autonomie de l'Irlande, Parnell, fidèle aux intérêts de son milieu social d'origine, ne souhaitait pas de remise à plat radicale de la propriété des terres en Irlande telle que l'envisageaient certains[8]. C'est pourquoi lorsque le 21 octobre 1879, à Dublin, Michael Davitt, ancien Fenian issu du prolétariat et rêvant « d'une Irlande à la foi libre et égalitaire dans laquelle la propriété individuelle des terres serait abolie et le sol nationalisé »[4], fonda l'Irish National Land League (la Ligue pour un territoire national irlandais), Parnell veilla à en saisir la présidence en s'appuyant sur son indéniable popularité.

Les principaux objectifs de la ligue se résumaient dans l'expression des « 3 F » : Fair rent, c'est-à-dire fixation équitable de la rente versée par les paysans irlandais au propriétaire de la terre qu'ils exploitaient, y compris si nécessaire en faisant appel à l'arbitrage ; Fixity of tenure, soit l'assurance pour tout locataire qu'il ne pourrait être exclu de sa tenure s'il versait régulièrement le loyer ; et enfin Free sale, c'est-à-dire la possibilité pour un fermier de céder son bail s'il le souhaitait au prix du marché[8]. L'objectif à long terme était de permettre aux paysans d'accéder à la propriété des terres. En encourageant les paysans irlandais à défendre leurs droits et à en revendiquer de nouveaux, la Land League devint bientôt un mouvement très populaire.

Dans un contexte de crise agraire profonde, l'agitation autour de la question des terres grandit, déclenchant des vagues de violence. Les difficultés économiques du moment renforcèrent le caractère explosif de la situation politique de l'Irlande : « les tensions sociales se mêlèrent aux fermentations nationalistes, en exerçant naturellement un effet multiplicateur »[4]. La montée des tensions se manifesta dans la radicalité de la stratégie utilisée par la Ligue agraire, reposant sur le boycottage, stratégie nommée ainsi en référence au traitement qui fut réservé au capitaine Boycott, le régisseur d'un landlord du comté de Mayo. Parnell en expliqua le principe lors d'un discours à Ennis, le 19 septembre 1880 : « Quand un homme a pris une ferme d'un autre qui a été renvoyé, [...] vous devez l'éviter dans les rues du village, vous devez l'éviter dans les boutiques, vous devez l'éviter dans le parc et sur la place du marché, et même au lieu de culte, en le laissant seul, en le mettant en « quarantaine morale », en l'isolant du reste de son pays comme s'il était le lépreux de nos ancêtres, vous devez lui montrer votre dégoût pour le crime qu'il a commis. » Ce type de « quarantaine morale » à l'égard de ceux qui expulseraient un fermier locataire ou même accepteraient d'en reprendre la tenure prit rapidement, « dans un pays de communauté villageoise aussi fortement structurées que l'Irlande, [...] une redoutable signification »[8].

En février 1881, le premier ministre libéral William Ewart Gladstone proposa au Parlement une nouvelle loi, le « Coercition Act », destinée à combattre la ligue. Malgré l'opposition de Parnell et des députés irlandais qui « le combattirent par une obstruction désespérée mais furent finalement expulsés de la Chambre des communes après une séance de 46 heures de discours ininterrompus »[9], la loi fut votée, ce qui permit l'arrestation des chefs de la Ligue agraire, Parnell et Davitt, mais également John Dillon, Tim Healy et William O'Brien. Gladstone trouva finalement un accord avec Parnell en mars 1882, par le traité « Kilmainham », du nom de la prison où Parnell était retenu. Les prisonniers furent libérés, l'agitation s'interrompit et la politique de réforme des terres commencée avec le Land Act de 1881 put se poursuivre. À la libération de Parnell, et afin de marquer une nouvelle ère de paix, Lord Frederick Cavendish fut envoyé en Irlande en tant que secrétaire en chef. Mais, le jour de son arrivée, le 6 mai 1882, il fut assassiné, ainsi que son sous-secrétaire T.H. Burke, dans le Phoenix Park par des membres d'une société secrète, les Invincibles. Parnell condamna les meurtres et, malgré ce revers, l'attitude de Gladstone resta inchangée.

Le bloc irlandais unifié de Parnell parvint à dominer la scène politique britannique, dans le milieu des années 1880, faisant et défaisant les gouvernements libéraux et conservateurs, afin d'aboutir à la reconnaissance d'un gouvernement autonome de l'Irlande au sein du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande, le « Home Rule » (qu'on pourrait traduire par « autonomie »). À cette époque, le chef du parti libéral, William Ewart Gladstone engagea son parti à soutenir la cause de l'« Irish Home Rule », en proposant la première loi dans ce sens en 1886, la « Home Rule Bill », qui rencontra une vive opposition de la part des Conservateurs, qui voyaient là une trahison envers l'empire, ainsi qu'envers les loyalistes et les protestants d'Irlande. Gladstone perdit son poste lors des élections générales de 1886, devenant ainsi le premier, en Grande-Bretagne, à être battu sur la question de l'autonomie. Cela marqua un tournant capital dans les relations entre la Grande-Bretagne et l'Irlande : pour la première fois, un parti politique important s'était battu pour accorder à terme un gouvernement autonome à l'Irlande.

Les faux Pigott[modifier | modifier le code]

En mars 1887, une série de lettres, publiées dans The Times sous le titre accusateur « Le parnellisme et le crime », accusèrent Parnell d'avoir été impliqué dans le meurtre de Lord Frederick Cavendish et de son sous-secrétaire. The Times publia des fac-similés de lettres signées de la main de Parnell, dont l'une semblait excuser ou fermer les yeux sur les meurtres qu'il avait à l'époque publiquement condamnés. Immédiatement, Parnell dénonça ses lettres comme des faux. Le gouvernement créa une commission spéciale pour examiner les charges à son encontre et à l'encontre de son parti. La commission siégea pendant près de deux ans. En février 1889, l'un des témoins, Richard Pigott, avoua avoir contrefait les lettres ; il s'enfuit peu après à Madrid, où il se suicida. Parnell fut totalement blanchi, et The Times lui versa une importante somme d'argent en dédommagement. Cette affaire est restée sous le nom de « Piggot Forgeries » (les faux Piggot)[10].

Dans les derniers mois de 1889, la popularité de Parnell atteignit son apogée. Il reçut ainsi une standing ovation à la Chambre des communes, fut présenté à la foule à Édimbourg et fut reçu à Harwarden par Gladstone.

Madame O'Shea[modifier | modifier le code]

Statue de Parnell à O'Connell Street, Dublin.

En décembre 1889, alors que la popularité de Parnell atteignait son zénith, il fut révélé (bien que les faits étaient connus des politiciens de Westminster) que Parnell entretenait depuis des années une liaison avec Katharine O'Shea (généralement appelée Kitty O'Shea), épouse d'un parlementaire, le capitaine Willie O'Shea, avec lequel elle était en instance de divorce, et qu'ensemble, ils avaient eu des enfants. Parnell ne se défendit pas, et la plupart des gens considérèrent cette nouvelle accusation comme une calomnie. Cependant, cette fois, l'information était exacte.

Mme O'Shea et Parnell s'étaient rencontrés en 1880 et avaient immédiatement entamé une liaison. Le couple O'Shea était en instance de divorce et, depuis 1886, Parnell et Catherine O'Shea vivaient ensemble. Il n'y a aucun doute sur le fait que le capitaine était au courant de la relation de Parnell avec sa femme. Les raisons pour lesquelles le capitaine O'Shea attendit décembre 1889 pour demander le divorce ne sont pas établies. D'après une hypothèse, il espérait un gros héritage, venant de l'oncle de sa femme, souffrant, mais qui tardait à trépasser. À sa mort, l'oncle laissa la totalité de sa fortune à Catherine, d'une certaine manière pour que son mari ne puisse pas en profiter. On dit que le capitaine O'Shea aurait fait du chantage à sa femme pour obtenir 20 000 livres, mais elle refusa de payer. C'est après cela qu'il demanda un procès.

Le procès pour divorce fit sensation en Grande-Bretagne et en Irlande. Les hommes politiques de tous bords étaient convaincus que le leader irlandais allait se retirer de la vie publique, au moins pour un court instant. Cependant, Parnell, trop fier, ne montra aucune intention de se retirer. Le chef du parti libéral, Gladstone, sous la pression du courant religieux de son parti, se trouva dans l'obligation d'annoncer qu'il ne pouvait plus soutenir l'Irish Parliamentary Party tant que Parnell resterait son leader. Un meeting du parti dut même être annulé, durant la première semaine de décembre 1890. Le refus de Parnell d'abandonner son poste provoqua une rupture à l'intérieur du parti, entre les parnellites et les anti-parnellites. Quarante-quatre membres suivirent Justin McCarthy, le vice-président, et renouèrent une alliance avec le parti libéral, tandis que vingt-sept autres restaient aux côtés de Parnell.

Lors d'un meeting du parti, où Parnell avait rétorqué à l'intervention de Gladstone : « Qui est le maître du parti ? », le député Tim Healy lui répondit : « Qui est la maîtresse du parti ? »

Ses dernières défaites[modifier | modifier le code]

Parnell avait perdu la tête de son parti, mais il refusa d'accepter le verdict : il fit campagne lors de trois élections partielles en Irlande, en 1891, mais son candidat fut chaque fois battu. Par la suite, il engagea une guerre à outrance contre ses détracteurs mais finit par s'épuiser.

Il se maria avec Catherine, peu après son divorce, le 25 juin 1891, à Steyning, dans le Sussex Ouest. Peu après, probablement à cause de la tension énorme, due aux meetings qui se succédaient, il mourut, à Brighton, le 6 octobre 1891. Il n'avait alors que quarante-cinq ans. Bien qu'il fut anglican, il fut inhumé dans le plus grand cimetière catholique romain de Dublin, Glasnevin.

Son échec disqualifia pour longtemps la voie constitutionnelle, ou légaliste, comme outil efficace du nationalisme irlandais[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bédarida 1974, p. 129
  2. lors de la guerre de 1812 le Congrès des États-Unis avait octroyé à son grand-père la médaille d'or du courage
  3. Bédarida 1974, p. 129 Parnell fut ensuite élu, en 1880, député de la ville de Cork. Jean Lozes, lexique d'histoire et de civilisation irlandaises, Ellipses, 1999, p. 165
  4. a, b, c et d Bédarida 1974, p. 130
  5. Guiffan 1989, p. 55
  6. Jean Lozes, op.cit., p. 165
  7. a, b et c Sean Duffy (dir), Atlas historique de l'Irlande, éditions Autrement, 2002, p. 106
  8. a, b et c Bédarida 1974, p. 131
  9. Guiffan 1989, p. 57
  10. (en) Raymond L. Schults, Crusader in Babylon : W. T. Stead and the Pall Mall Gazette, Lincoln, University of Nebraska Press,‎ 1972, 277 p. (ISBN 0-8032-0760-3), p. 227.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Paul Bew, Charles Stewart Parnell, Gill & Macmillan Ltd, 1990
  • John Haney, Charles Stewart Parnell, Chelsea House Publishers, 1990
  • Robert Kee, The Laurel and the Ivy, Penguin, 1994
  • François Bédarida, L'Angleterre triomphante 1832-1914, Paris, Hatier,‎ 1974, 224 p.
  • Jean Guiffan, La question d'Irlande, Paris, Complexes,‎ 1989 (1997)

Filmographie[modifier | modifier le code]