Chard (dessinatrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chard et Pichard.

Françoise Pichard, née le [1] à Lion-en-Sullias (Loiret), également connue les pseudonymes de Chard et Pscharr, est une dessinatrice française, connue à la fois comme caricaturiste de presse et illustratrice de livres pour la jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

De sensibilité d'extrême droite, elle publie ses dessins dans l'hebdomadaire Rivarol depuis 1967, dans le quotidien Présent depuis 1982, dans Signal d'Alarme depuis sa fondation en avril 2006, et dans la lettre mensuelle de Guillaume Faye.

Parallèlement à son activité de dessinatrice de presse, elle illustre divers ouvrages d'auteurs dont elle partage la sensibilité et illustre divers ouvrages pour la jeunesse.

Le , elle est déclarée coupable par la 17e chambre du Tribunal de grande instance de Paris du délit de complicité de provocation à la discrimination, à la haine, ou à la violence raciale envers la communauté noire pour un dessin diffusé dans Rivarol du .

Le 1er novembre 2006, elle obtient le deuxième prix ex-aequo du concours international de caricatures sur l'Holocauste (à l'initiative de l'Iran) pour un dessin négationniste. Le , la dessinatrice déclare dans un communiqué paru sur le site de l'hebdomadaire Rivarol qu'elle n'avait pas donné son autorisation pour que son dessin soit sélectionné au concours, et qu'elle refusait donc le prix décerné[2]. Elle a également dédicacé un ouvrage pour le négationniste Ernst Zündel[3].

Recueils de dessins de presse[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Chard :

  • le Chardnaval de la Ve (recueil de dessins parus dans Rivarol)
  • le Chardnaval socialiste (recueil de dessins parus dans Rivarol)
  • Chard à la une de Présent (recueil de dessins parus dans Présent)
  • Chard... gez ! : Chard 1989-1991 : le combat national en dessins, Éditions Nationales, Paris, 1991, 396 p. (ISBN 2-909178-03-X)
  • 20 ans de malheur, éditions des Tuileries, 1994.
  • De droite à gauche, 1993-1997 : 215 dessins publiés dans "Rivarol", Éditions des Tuileries, Paris, 1997, 175 p. (ISBN 2-9511633-0-4)
  • Sarko prézydent !, Éditions des Tuileries, Paris, 2004, 64 p.

Illustration d'autres auteurs[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Chard :

  1. Francis Bergeron, Le Secret de la statue volée, 1988. Réédition (préface de Jean-Louis Girault) : Éditions du Triomphe, Paris, 2000, 110 p. (ISBN 2-84378-077-2)
  2. Francis Bergeron, Le Secret d'Argentomagus (préface de Gérard Coulon). Éditions Elor, Saint-Vincent-sur-Oust, 1990, 125 p. (ISBN 2-907524-18-6). Réédition  : Éditions de l'Europe buissonnière, Paris, 1992, 113 p. (ISBN 2-909933-01-6). Réédition (nouvelle préface d'Isabelle Fauduet) : Éditions du Triomphe, Paris, 2000, 110 p. (ISBN 2-84378-097-7)
  3. Francis Bergeron, Le Secret des mille étangs (avec une préface de Dom Forgeot), 1991, 107 p. Réédition : Éditions de l'Europe buissonnière, Paris, 1992, (ISBN 2-909933-02-4) Réédition : Éditions du Triomphe, Paris, 2000, 108 p. (ISBN 2-84378-098-5)
  4. Francis Bergeron, Le Secret du grand-père disparu, 1991, 182 p. Réédition : Éditions de l'Europe buissonnière, Paris, 1992 (ISBN 2-909933-03-2)
  5. Francis Bergeron, Le Secret du phare des Baleines, Éditions du Triomphe, Paris, 1995, 95 p. (ISBN 2-909811-78-6)
  6. Francis Bergeron et Alain Sanders, Le Secret du bandit éthiopien, Éditions du Triomphe, Paris, 1995, 156 p. (ISBN 2-909811-79-4)
  7. Francis Bergeron, Le Secret du bagnard de Saint-MartinÉditions du Triomphe, Paris, 1996, 94 p. (ISBN 2-909811-83-2)
  8. Francis Bergeron, Le Secret du clocher d'Ars, Éditions du Triomphe, Paris, 1997, 127 p. (ISBN 2-909811-95-6)
  9. Alain Sanders, Le Secret de l'abbaye de Clairac, Éditions du Triomphe, Paris, 1998, 158 p. (ISBN 2-84378-011-X)
  10. Francis Bergeron, Le Secret des ânes en culottes, Éditions du Triomphe, Paris, 1998, 95 p. (ISBN 2-84378-021-7)
  11. Francis Bergeron, Le Secret de Trousse-Chemise. Éditions du Triomphe, Paris, 1999, 94 p. (ISBN 2-84378-051-9)
  12. Francis Bergeron, Le Secret du Moulin de Bois-Plage. Éditions du Triomphe, Paris, 2000, 125 p. (ISBN 2-84378-078-0)
  13. Francis Bergeron, Le Secret de la rue Pierre Loti, Éditions du Triomphe, Paris, 2002, 93 p. (ISBN 2-84378-187-6)
  14. Francis Bergeron, Le Secret du tombeau d'Obazine, Éditions du Triomphe, Paris, 2003, 92 p. (ISBN 2-84378-224-4)
  15. Francis Bergeron, Le Secret de Fort Boyard, Éditions du Triomphe, Paris, 2005, 90 p. (ISBN 2-84378-237-6)

Sous le nom de Françoise Pichard :

  • ouvrages pour la jeunesse d'Alfred Hitchcock (éditions françaises, Hachette, coll. « Bibliothèque verte »), dans des traductions de Claude Voilier :
    • Le Testament énigmatique (The Mystery of the Dead Man's Riddle), 1979
    • Le Lion qui claquait des dents (The Mystery of the Nervous Lion), 1980
    • Le Tableau se met à table (The Mystery of the Shrinking House), 1980
    • Le Miroir qui glaçait (The Secret of the Haunted Mirror), 1981
    • L'Épouvantable Épouvantail (The Mystery of the Sinister Scarecrow), 1981

Liste non exhaustive

  • ouvrages pour les enfants, de K. R. Whittington (éditions françaises, Hachette, coll. « Bibliothèque rose »), dans des traductions de Marie Tenaille :
    • Les Maladresses d'Oscar Belloie (Oswald, the Silly Goose), 1976
    • Oscar Belloie fait des siennes (Oswald again), 1977
    • Oscar Belloie, prends garde à toi ! (titre anglais non connu), 1979
  • Paul Biegel, La Table de 7 (Ik wou dat ik anders was), Paris : Hachette, coll. « Bibliothèque rose », 1977 (traduction d'Olivier Séchan)
  • Paul Biegel, Le Petit Capitaine et le trésor du pirate (De kleine kapitein en de schat van Schrik en Vreze), Paris : Hachette, coll. « Bibliothèque rose », 1977 (traduction d'Olivier Séchan)
  • James Oliver Curwood, Les Neiges du Grand Nord (The Honour of the big snows), Paris : Hachette, coll. « Bibliothèque verte », 1977(traduction de Louis Postif)
  • Jerome K. Jerome, Trois hommes dans un bateau (Three Men in a Boat), Paris : Hachette, 1974 (traduction de Maurice Beerblock)
  • Contes du Lyonnais. Récits du folklore lyonnais, choisis et adaptés par Henriette Bichonnier, Malesherbes : impr. Maury, 1978

Liste non exhaustive

Autres[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Chard ou Pscharr :

  • Au fil de l'Achéron (évocations d'un Paris disparu), Cahiers du Tartare, 1980
  • Le 14 juillet 1789 : récit du citoyen Sçaevola Chicot (textes et dessins de Chard), Éditions de Présent, Paris, 1988, 27 p. (ISBN 2-905781-06-8)
  • Profanation, L'Æncre, Paris, 1996, 95 p. (ISBN 2-911202-17-1)
  • La France métisse de A à Z, Editions des Tuileries, 2002, 30p.
  • Chard et Konk, Le petit révisionniste illustré, MDK-Éditions du Samizdat, 2005, 72 p.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Ratier, Encyclopédie politique française, Faits & Documents, Paris, 1992, 864 p. (ISBN 2-909-769-00-3)
  2. Communiqué de Chard paru sur le site Internet de Rivarol le 3 novembre 2006 :
    « Une dépêche Associated Press consacrée au "concours iranien de caricatures de l'Holocauste, qui a suscité de vives protestations internationales", m’a appris le 2 novembre que le premier prix de ce concours est échu au dessinateur marocain Abdollah Derkaoui et que "la dessinatrice française Chard, qui publie régulièrement dans l'hebdomadaire d'extrême-droite Rivarol, a obtenu le deuxième prix, doté de l'équivalent de 6 300 euros, ex-aequo avec le Brésilien Carlos Latuff". Je ne peux que répéter ce que j’avais déjà précisé en août au Nouvel Observateur quand l’un de ses journalistes m’avait interrogée sur ma "participation" à ce concours (voir RIV. du 1er septembre 2006) : je n’ai jamais envoyé le moindre dessin à quelque Iranien que ce soit, qu’il s’agisse du personnel de l’ambassade ou des organisateurs du concours — dont je m’étonne qu’ils n’aient pas pris soin d’authentifier les dessins retenus et de s’assurer de l’accord de leur auteur —, je n’ai jamais eu le moindre contact avec un officiel iranien, avant ou après la publication du "palmarès". Quant au dessin "primé", que j’ai vu pour la première fois le 3 novembre sur quelques sites Internet, il était destiné à un usage strictement privé… et il date d’une bonne dizaine d’années. J’ajoute que je n’ai aucune intention d’encaisser le montant du prix (en fait, 4 000 dollars selon le site iranien publiant le "palmarès") qui, s’il était un jour versé, irait intégralement au Comité d’entraide aux prisonniers européens (CEPE) s’occupant de Michel Lajoye, à l’exception d’un don au "Refuge du Chat". Chard. Vendredi 3 novembre 2006. »
  3. « "Rivarol", Chard et leurs amis n'aiment pas les juifs », RésistanceS, .

Lien externe[modifier | modifier le code]