Cancon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cancon
Cancon vue depuis la D124
Cancon vue depuis la D124
Blason de Cancon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Villeneuve-sur-Lot
Canton Canton de Cancon
Intercommunalité Communauté de communes Bastide et Châteaux en Guyenne
Maire
Mandat
Carole Roire
2014-2020
Code postal 47290
Code commune 47048
Démographie
Gentilé Canconnais, canconnaises
Population
municipale
1 332 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 12″ N 0° 37′ 35″ E / 44.5366666667, 0.626388888889 ()44° 32′ 12″ Nord 0° 37′ 35″ Est / 44.5366666667, 0.626388888889 ()  
Altitude 175 m (min. : 90 m) (max. : 217 m)
Superficie 24,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Cancon

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Cancon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cancon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cancon

Cancon est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située sur la route nationale 21 entre Castillonnès et Villeneuve-sur-Lot, sur le Tolzac.

Elle s'enorgueillit d'être la capitale de la noisette depuis 1985, année où l’ANPN (Association Nationale des Producteurs de Noisettes) et la coopérative Unicoque se sont installées dans la commune. À l'heure actuelle, plus de 95 % des noisettes produites en France (6 000 tonnes en 2009) transitent par Cancon. Grâce à une importante mécanisation de la récolte, du séchage et du triage, la filière de la noisette est une opportunité de développement pour Cancon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au temps préhistoriques, dans la région couverte de forêts, il y a eu certainement un habitat humain. Mais en l'absence de témoignages irréfutables, on en est réduit à de simples hypothèses.

Durant la période gallo-romaine, le territoire de Cancon faisait partie du royaume des Nitiobroges. Après les campagnes de Jules César, les 500 ans de la Pax Romana, les Invasions barbares, celles des Arabes et des Normands, après les règnes de Charlemagne et les luttes féodales, aurait été établi à Cancon, sur l'escarpement rocheux, un château datant du XIe siècle. Au début du XIIIe siècle, Cancon appartenait aux Madaillan et son premier seigneur connu serait Pons-Amanieu. Le seigneur de Cancon répondit à l'appel d'Édouard II qui avait demandé à ses vassaux de Guyenne de le seconder durant les Guerres d'indépendance de l'Écosse.

Au XVIe siècle le protestantisme ne pénétra guère dans les remparts de Cancon.

En juin 1652, la Peste fit son apparition à Cancon dans une ville surpeuplée. En quelques mois, on enregistra plus de cent décès. La peste éloigna de Cancon les Frondeurs (de la Fronde) ainsi que les troupes royales.

Après la Révolution de 1789, on avait élu la première municipalité révolutionnaire avec Antoine Courborieu, premier maire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cancon Blason Palé d'or et de gueules de huit pièces à la bordure de sable chargée de huit besants d'argent[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Jean-Claude Gouget PRG Conseiller général, retraité de l'agriculture, député de la troisième circonscription de Lot-et-Garonne de juin 2012 à avril 2013 suite à la nomination puis à la démission de Jérôme Cahuzac du poste de ministre du budget.
2014 en cours Carole Roire   Comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 332 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 266 944 1 470 1 456 1 641 1 686 1 642 1 650 1 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 526 1 539 1 552 1 504 1 557 1 544 1 446 1 341 1 274
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 241 1 220 1 216 1 012 1 109 1 189 1 117 1 178 1 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 227 1 305 1 602 1 334 1 324 1 287 1 283 1 282 1 332
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le plus ancien est sans doute le château dont il ne reste que la base d'une tour et d’autres murs débarrassés de la végétation qui y poussait au début des années 2000. Il est situé au sommet de la colline où est flanquée le village et on y a un point de vue sur les habitations et la campagne environnante.
  • Une des places du village est occupée par une halle construite en métal au XIXe siècle.
  • Non loin de là se trouve le monument aux morts des guerres récentes ayant affectées la population locale : la première et la seconde guerres mondiales, ainsi que des conflits en Afrique du Nord.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cancon est le lieu de naissance de l'architecte Fernand Pouillon.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

En septembre 2003, Cancon accueille une réunion des altermondialistes organisée par José Bové en parallèle au sommet de l'Organisation mondiale du commerce de Cancún. Un événement similaire a eu lieu en décembre 2010 parallèlement au sommet de l'ONU sur le changement climatique de Cancún.

Fin octobre, tous les deux ans, se déroule une fête de la Noisette dans le village. La dernière a eu lieu les 22 et 23 octobre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cancon en Agenais, Lucien MASSIP,Editions du Roc de Bourzac, 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Armorial de France
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011