Bernard VII d'Armagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard d'Armagnac.
Sceau de Bernard VII d'Armagnac

Bernard VII d'Armagnac, né vers 1360 à Paris, mort le 12 juin 1418, est comte de Charolais (1384-1391), puis comte d'Armagnac, de Fezensac, de Rodez (1391-1418), vicomte de Carlat, comte de Pardiac (1402-1418) et connétable de France. Il était le fils de Jean II, comte d'Armagnac, de Fézensac, de Rodez et de Charolais, et de Jeanne de Périgord.

Durant la guerre de Cent ans il fut le chef du parti des Armagnacs qui soutenait les intérêts français représentés par la maison d'Orléans opposés à la maison de Bourgogne alliée aux Anglais.

Il fut l'un des plus puissants personnages du royaume de France. Dans ses actions il acquit une réputation de cruauté. Il fit assassiner des membres de sa propre famille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il sert son père, puis collabore avec son frère Jean III contre les compagnies de routiers, qu'il combat, puis tente à deux reprises (1384 et 1389) de les emmener en Espagne. À la mort de son père, il était devenu comte de Charolais, comté qu'il revendit à Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne quand il devint comte d'Armagnac, de Fézensac et de Rodez, à la mort de son frère en 1391. Afin de conserver la mainmise sur le comté de Comminges, il force le mariage de Marguerite de Comminges, veuve de Jean III, avec un lointain cousin, Jean d'Armagnac († 1402), comte de Pardiac et vicomte de Fézensaguet. Il fera mourir ce dernier et ses enfants en prison pour récupérer ses terres, et gardera prisonnière la veuve, mais son fils ne parviendra pas à empêcher ni le remariage de Marguerite avec Mathieu de Foix en 1419, ni le don du comté de Comminges au roi Charles VII.

Il fréquente la cour de France, comme ses prédécesseurs, mais est le premier de sa famille à s’allier à la famille royale. Il épouse en effet Bonne de Berry, fille de Jean de France, duc de Berry et nièce du roi Charles V de France. Il se rapproche du prince Louis d'Orléans, ayant tous deux des intérêts convergents sur le Milanais : Louis d’Orléans épouse Valentine Visconti, tandis que la sœur de Bernard, Béatrice d'Armagnac, épouse Carlo Visconti.

Louis d’Orléans est assassiné en 1407 sur l’ordre de Jean sans Peur, duc de Bourgogne et Bernard d’Armagnac regroupe les partisans du duc d’Orléans. Pour affermir sa position, il marie sa fille en 1410 à Charles d'Orléans, le nouveau duc. Il marie également son second fils Bernard, comte de Pardiac, à une autre capétienne, Éléonore de Bourbon, comtesse de la Marche

À partir de 1410, il prend la tête du parti d’Armagnac et mène la lutte contre les partisans du duc de Bourgogne. Henri V, roi d’Angleterre en profite pour envahir la France et bat la chevalerie français à Azincourt en 1415, mais Bernard est nommé connétable et chef du gouvernement du dauphin cette même année et lutte contre les Bourguignons et la reine Isabeau de Bavière, ralliés aux Anglais.

En 1418, les Bourguignons organisent une insurrection dans Paris, qui éclate le 12 juin 1418, et au cours de laquelle Bernard d’Armagnac est massacré par les gens du duc de Bourgogne, Jean sans Peur, dirigés par le tueur Capeluche.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

De Bonne de Berry, il avait eu :

  • Jean IV (Rodez 15 septembre 1396 † L'Isle-jourdain 5 novembre 1450), comte d'Armagnac
  • Marie, (Gages 1397 - 1404)
  • Bonne (Lavardens 19 février 1399 † vers novembre 1415), mariée en 1410 avec Charles (1394 † 1465), duc d'Orléans
  • Bernard (26 mars 1400 † 4 mai 1456), comte de Pardiac, puis duc de Nemours et comte de la Marche par mariage
  • Anne, (Gages 1402 - Nérac en Albret décembre 1474) mariée le 23 mai 1418 avec Charles II, sire d'Albret (1407 † 1471)
  • Jeanne, (3 juillet 1403, morte jeune).
  • Béatrix, (9 avril 1406, morte jeune).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard de Dienne, Les Sciences occultes en Carladez. Le maître Guillaume de Carlat dans la tentative d'envoûtement de Bernard VII d'Armagnac. 4. - Le projet d'envoûtement (mai 1400). Enquête de 1401...5. - Vengeance de Bernard VII. 6. - Prise de Géraud à Monlezun. 7. - Interrogatoire et mort de ses enfants. 8. -... Mort de Bernard VII. 9. - Jean V et le duc de Nemours. 10. - Fin de la maison d'Armagnac... 11.- En appendice : Notice sur Etienne Pépin, dit aussi Olivier Acquitardi, RHA, XIII, 1911, 42-69.