Grande Jacquerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Jacquerie est un soulèvement paysan survenu en 1358 dans les campagnes d'Île-de-France, de Picardie, de Champagne, d'Artois et de Normandie, lors de la guerre de Cent Ans dans un contexte de crise politique, militaire et sociale. Cette révolte tire son nom de Jacques Bonhomme, surnom des vilains, puis sobriquet désignant le paysan français, probablement du fait du port de vestes courtes, dites jacques. Elle eut pour chef un dénommé Guillaume Carle[1].

Cette révolte est à l'origine du terme « jacquerie » repris pour désigner toutes sortes de soulèvements populaires. C'est sous la plume du chroniqueur Nicole Gilles, mort en 1503, contrôleur du Trésor royal sous Charles VIII de France que l'on trouve ce terme dans Les chroniques et annales de la France parues dès 1492.

Ses causes sont multiples, mais peu évidentes. Ainsi, l'impopularité de la noblesse en est une (après la défaite de Poitiers). La simultanéité des révoltes autour de Paris en mai-juin 1358, le mouvement insurrectionnel d'Étienne Marcel et les mouvements qui agitent les villes de Flandres interdisent de les traiter comme des phénomènes isolés[réf. nécessaire].

Article détaillé : Jacquerie.

L'événement[modifier | modifier le code]

Gaston Phébus et Jean de Grailly chargent les Jacques et les Parisiens qui tentent de prendre la forteresse du marché de Meaux où est retranchée la famille du Dauphin. (9 juin 1358). Jean Froissart, Chroniques. Miniature du XVe siècle

La Grande Jacquerie éclate à la fin du mois de mai 1358, peut-être le 28, à la frontière entre l'Île-de-France et le Clermontois et plus particulièrement dans un petit village appelé Saint-Leu-d'Esserent[2],[3].

Les origines immédiates de cette révolte sont mal connues mais semblent résulter d'échauffourées entre nobles et paysans ou d'une résistance victorieuse d'un groupe de paysans contre des nobles locaux. De façon plus générale, cette révolte s'inscrit dans le contexte difficile de la guerre de Cent Ans, assombri depuis 1348 par la Grande peste. La noblesse, après les défaites de Crécy en 1346 et de Poitiers en 1356, est déconsidérée. Les grandes compagnies, lorsqu'elles ne guerroient pas pour l'un ou l'autre des partis, rançonnent le pays. Au-delà, la pression fiscale, due au versement de la rançon du roi, la mévente des productions agricoles placent les paysans dans une situation intolérable. Étienne Marcel entretient sciemment l'agitation à son profit.

Quelle que puisse être l'étincelle qui déclenche la révolte, celle-ci est tout de suite décrite avec horreur sous le terme d'« effrois » et enflamme, de proche en proche, la moitié nord du pays. Les chroniques du temps dressent un catalogue des violences antinobiliaires qui se déchaînent alors sur le pays.

Ainsi, le chroniqueur Jean Froissart, dépeint, sous le terme de cruautés des « Jacques Bonhommes », un tableau pour le moins sinistre des méfaits de ceux qu'il qualifie de « chiens enragés ». Ce récit est ponctué de faits qui veulent souligner l'animalité des émeutiers :

« Ils déclarèrent que tous les nobles du royaume de France, chevaliers et écuyers, haïssaient et trahissaient le royaume, et que cela serait grands biens que tous les détruisent. […] Lors se recueillirent et s'en allèrent sans autre conseil et sans nulle armure, seulement armés des bâtons ferrés et de couteaux, en premier à la maison d'un chevalier qui près de là demeurait. Si brisèrent la maison et tuèrent le chevalier, la dame et les enfants, petits et grands, et brûlèrent la maison. […] Ils tuèrent un chevalier et boutèrent en un hâtier et le tournèrent au feu, et le rôtirent devant la dame et ses enfants. »

Quel que soit l'effroi des contemporains, d'autres chroniqueurs se montrent moins éloquents sur ses atrocités et l'on peut s'interroger sur la véracité des informations fournies par Froissart, qui semble offrir une version pro-noblesse des événements. Ainsi, Pierre Louvet, dans son « Histoire du Beauvoisis »', rappelle que « la guerre appelée la Jacquerie du Beauvoisis qui se faisait contre la noblesse du temps du roi Jean, et en son absence, arriva par le mauvais traitement que le peuple recevait de la noblesse » et le cartulaire d'une abbaye de Beauvais souligne que « la sédition cruelle et douloureuse entre le populaire contre les nobles s'éleva aussitôt. »

L'issue de la révolte, une forme de contre jacquerie, fut marquée par une grande violence qui marqua autant les contemporains que celle commise par les paysans. Après avoir exterminé bon nombre de révoltés, le comte de Foix et le captal de Buch, Jean de Grailly, assiégèrent la ville de Meaux[4] dont quelques quartiers furent incendiés[5]. De son côté, Charles le Mauvais participa à la répression et, le 9 juin lors du carnage de Mello[6], mit fin à la révolte à grands renforts d'atrocités. Le chef des révoltés, Guillaume Carle, ayant reçu l'assurance d'une trêve et d'une rémission, fut entraîné par traîtrise dans le camp des nobles où il fut supplicié et décapité. Cependant, par la suite, une certaine clémence royale se manifesta envers les principaux meneurs.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Les interprétations de cette révolte sont nombreuses et, au-delà de son caractère circonstanciel, elle peut être rattachée à nombre des révoltes et des émotions paysannes médiévales.

Elle a ainsi pu être comparée à la révolte anglaise de 1381, dite Révolte des travailleurs d'Angleterre, à l'insurrection des remensas en Catalogne, au mouvement taborite en Bohême ou encore au mouvement hussite. Dans une certaine mesure, la révolte de 1358 fait le lien entre les révoltes paysannes du Moyen Âge central et les mouvements messianiques de l'époque moderne.

Les historiens débattent de son caractère de lutte des classes et, étant donné la présence d'éléments nobles au sein du camp des Jacques, s'interrogent sur l'homogénéité du mouvement. Enfin, au-delà d'un refus de la pression fiscale, la révolte de 1358 peut se lire comme l'expression d'une revendication à la dignité de la part des masses paysannes. La Jacquerie devait profondément marquer les esprits et son nom a été retenu pour désigner toute révolte paysanne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve aussi Cale, Caillet ou Callet, Karle...
  2. Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Librairie Droz, 1982, p. 321
  3. Georges Duby, Histoire de la France - Dynasties et révolutions, de 1348 à 1852, Larousse, 1975, p. 16
  4. Gallica, Les chroniques de sire Jean Froissart
  5. François Tommy Perrens, Étienne Marcel et le gouvernement de la bourgeoisie au quatorzième siècle, Hachette, 1860, p. 259, 260
  6. Marie Thérèse de Medeiros, Jacques et chroniqueurs: une étude comparée de récits contemporains relatant la Jacquerie de 1358, Honoré Champion, 1979

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Froissart, Chroniques, publiées avec les variantes des divers manuscrits par Kervyn de Lettenhove, t. VI, réimpression de l'édition de 1867 - 1877, Osnabrück, 1967.
  • (en) D.M. Besson, « The Jacquerie: class war or co-opted rebellion ? », dans Journal of Medieval History, no  11, 1985.
  • Pierre Bonnassie, Les Cinquante mots clefs de l'histoire médiévale, Privat, Toulouse, 1981.
  • Raymond Cazelles, « La Jacquerie fut-elle un mouvement paysan ? », in Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Volume 122, n° 3, 1978, p. 654-666, [lire en ligne].
  • (en) Samuel Kline Cohn, Lust for liberty: the politics of social revolt in medieval Europe, 1200 – 1425 ; Italy, France, and Flanders, Harvard University Press, Cambridge, 2006.
  • Siméon Luce, Histoire de la jacquerie réédition Champion Paris 1894 (l'ouvrage de référence) consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5400862t
  • Raymond Dufour Les Effrois ou la Jacquerie du Beauvaisis, 1963, Bibliothèque de Travail n°548, ICEM, Grasse
  • Maurice Dommanget, La Jacquerie, Maspéro, Paris, 1970.
  • Michel Mollat et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi : les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Calmann-Lévy, 1970.
  • Émile Morel, « La jacquerie dans le Beauvaisis, principalement aux environs de Compiègne », dans Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie, 1891.
  • Pierre Rigault et Patrick Toussaint, La Jacquerie entre mémoire et oubli, 1358-1958-2008, actes du colloque de Clermont, éditions Encrage, mai 2012, (ISBN 978-2-36058-007-1)
    Ce colloque en 2008, a traité de la Jacquerie ainsi que partiellement de l'histoire des révoltes. L'ouvrage comprend des aperçus originaux sur la Jacquerie comme l'analyse des lettres de rémission faite par Ghislain Brunel. L'ouvrage comprend aussi une réédition in extenso de la première version de l'étude de la Jacquerie faite par Maurice Dommanget, publiée en 1958 par le SNI Oise sous le nom Les Effrois.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]