Attentat du Métropolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat du Métropolis
Image illustrative de l'article Attentat du Métropolis
Périmètre de police à proximité du Métropolis après la fusillade du 4 septembre 2012 à Montréal.

Localisation Montréal, Québec, Canada
Cible Rassemblement du Parti québécois
Coordonnées 45° 30′ 39″ N 73° 33′ 48″ O / 45.510903, -73.563277 ()45° 30′ 39″ Nord 73° 33′ 48″ Ouest / 45.510903, -73.563277 ()  
Date Mardi 4 septembre 2012
23 h 58 (UTC-5)
Type Fusillade, incendie criminel
Arme(s) Arme longue, arme de poing de calibre 9 mm
Mort(s) 1
Blessé(s) 1
Auteur(s) présumé(s) Richard Henry Bain

L'attentat du Métropolis est une attaque perpétrée aux dernières heures du 4 septembre 2012 par un tireur au Métropolis, à Montréal, pendant le discours de Pauline Marois, nouvellement élue première ministre du Québec à la suite de l'élection générale québécoise de 2012.

La fusillade[modifier | modifier le code]

Le Métropolis sur la rue Sainte-Catherine après la fusillade.

Le 4 septembre 2012, à 23 h 58, un homme armé s'approche de l'entrée des artistes située à l'arrière du Métropolis, une salle de spectacles du centre-ville de Montréal où sont réunis des partisans du Parti québécois fêtant l'élection de Pauline Marois comme nouvelle première ministre du Québec le soir de l'élection générale québécoise de 2012[1]. À l'extérieur, le suspect tire une seule balle qui atteint deux personnes[2]. Denis Blanchette, un technicien de scène des Productions du Grand Bambou âgé de quarante-huit ans, meurt sur le coup[2],[3]. Dave Courage, un autre technicien de scène âgé de vingt-sept ans est hospitalisé dans un état critique. Il est opéré dans la nuit et est déclaré hors de danger le lendemain[2],[3],[1]. L'arme du tireur s'est enrayée ne permettant pas à l’assassin de décharger ses balles[4].

Peu après, le présumé tireur est arrêté par les policiers du Service de police de la Ville de Montréal à l'extérieur de l'édifice alors que des milliers de personnes se trouvent toujours à l'intérieur du Métropolis. Cagoulé et vêtu d'un peignoir[1],[5], le suspect menotté lance aux médias filmant son arrestation « Les Anglais sont arrivés » ou « Les Anglais se réveillent » et "It's gonna be fucking payback" [6],[7]. L'arrestation du suspect est diffusée en direct par la télévision de Radio-Canada et du Réseau de l'information, un caméraman de la chaîne se trouvant à proximité du Métropolis ayant été alerté par une déflagration et par un incendie qui venait de prendre naissance[8].

Par la suite, un véhicule suspect est trouvé près du Métropolis[9]. Une arme longue et une arme de poing[1] de calibre 9 mm[3] sont saisis par les policiers.

À l'intérieur, le discours que donne Pauline Marois après sa victoire à l'élection est brusquement interrompu, un bruit d'abord identifié comme une grenade assourdissante[10] ayant été entendu[11]. Bien que Pauline Marois n'ait pas été directement menacée par le tireur, elle est escortée hors de scène par deux agents de sécurité. Elle revient par la suite sur scène terminer son discours et demander aux gens de quitter la salle dans le calme. Les personnes à l'intérieur ignorent à ce moment ce qui vient de se produire[12].

Un incendie, possiblement allumé par le suspect, est circonscrit à l'arrière du bâtiment près d'une des sorties de l'amphithéâtre[13]. Des témoins rapportent avoir vu le suspect lancer une bonbonne d'accélérant dans un conteneur à proximité[14].

Les enquêteurs sont au lendemain du drame incapables de dire si l'incident était une tentative d'assassinat contre Pauline Marois et l'enquête est confiée à la Sûreté du Québec[12].

Réactions[modifier | modifier le code]

Vigile devant le Métropolis le 5 septembre 2012.

À h 44 le 5 septembre, le Parti québécois réagit par communiqué. La première ministre élue dénonce la « violence gratuite »[15]. Les réactions viennent aussi des adversaires politiques du PQ : la Coalition avenir Québec qualifie l'attentat d'« incident déplorable » et se dit « soulagée que Mme Marois n'ait pas été blessée »[13]. Québec solidaire condamne l'attaque. L'attaché de presse du chef du Parti libéral du Québec Jean Charest et l'attaché de presse du premier ministre du Canada Stephen Harper expriment aussi leur consternation[13].

Le matin du 5 septembre, le premier ministre canadien Stephen Harper se dit « furieux » et « peiné » qu'un exercice démocratique soit entaché par un événement violent[12].

Le caucus du Nouveau Parti démocratique s'ouvre à Saint-Jean de Terre-Neuve par une minute de silence en mémoire des victimes[16].

Lors d'une réunion du caucus du Parti libéral du Canada à Montebello, le chef intérimaire du parti, Bob Rae, a également exprimé son désarroi devant le tragique évènement.

L'attaque suscite de vives réactions au sein de la communauté anglophone du Québec, qui dénonce la violence de ce soir d'élections et se dissocie du geste du tireur et des propos lancés par le suspect à son arrestation[17]. Le maire de Montréal Gérald Tremblay, dissocie également la communauté anglophone des actes attribués au suspect[18].

Dans la soirée du mercredi 5 septembre, moins de 24 heures après la tuerie, une vigile a lieu devant le Métropolis à Montréal. Des discours en français et en anglais ont lieu pour unir les francophones et les anglophones devant cette tragédie, à la lumière des propos antifrancophones tenus par le suspect[19],[20].

Le suspect[modifier | modifier le code]

Le suspect appréhendé sur les lieux dans les premiers instants du 5 septembre est un homme de 61 ans[21], Richard Henry Bain[1], mais dont l'identité n'est pas immédiatement dévoilée. Il s'est exprimé en anglais et en français avec un accent anglophone[22],[23]. La police de Montréal indique qu'il n'est pas connu des autorités[24], hormis une arrestation pour conduite en état d'ébriété et des infractions mineures au code de la route[21].

Bain est un Québécois qui n'est pas originaire de Montréal selon les policiers[25] mais qui y a déjà habité[26] et qui réside à La Conception dans les Laurentides[27], où, depuis sa retraite, il vend des forfaits de pêche et de randonnées équestres[26]. Chrétien fréquentant occasionnellement une église baptiste, Bain possédait des armes puisqu'il s'adonnait à la chasse[27]. Il était traité pour des problèmes de santé mentale[27].

Le suspect est hospitalisé dans la matinée du 5 septembre après avoir souffert d'un léger malaise durant son interrogatoire[28]. Il comparaît au Palais de justice de Montréal le jeudi 6 septembre sous 16 chefs d'accusations dont meurtre prémédité, trois tentatives de meurtre sur un collègue de Dave Courage, un autre technicien de scène Elias Ames-Bull et le policier Stéphane Champagne[29], possession de matériel explosif[30] et possession d'arme prohibée[31]. Bain possédait 22 armes, une seule n'était pas enregistrée[31].

Procès[modifier | modifier le code]

Le 6 septembre 2012, il est inculpé de meurtre avec préméditation et de trois tentatives de meurtre. Il comparait devant un tribunal de Montréal pour se faire signifier au total 16 chefs d'accusation et la date de la prochaine audience, le 11 octobre[32]. La cause est ensuite remise le 3 mai 2013, et reprend le 3 septembre 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Attentat contre le PQ : un mort, Hugo Pilon-Larose, La Presse, 5 septembre 2012.
  2. a, b et c Gabrielle Duchaine et David Santerre, « Denis Blanchette est mort en héros », sur http://www.lapresse.ca, La Presse,‎ 6 septembre 2012
  3. a, b et c Fin de soirée d'élections tragique, Alexandre Lebrun, Charles Payette, 98,5 FM], 5 septembre 2012.
  4. Métropolis - l'arme du tireur s'est enrayée après un coup de feu, Vincent Larouche, David Santerre, La Presse, 6 septembre 2012.
  5. (en) 1 dead after shooting at Quebec premier-elect's victory speech, Holly Yan, CNN, 5 septembre 2012.
  6. Vidéo de Radio-Canada
  7. Attentat contre le PQ : un mort, Olivier Pontbriand, La Presse, 5 septembre 2012.
  8. Un homme armé bouleverse le rassemblement de victoire du PQ, Radio-Canada, 5 septembre 2012.
  9. Un périmètre de sécurité dressé autour d'un véhicule suspect, Marie-Claude Malboeuf, La Presse, 5 septembre 2012.
  10. « La Bibliothèque hantée », sur jcoupal.blogspot.ca,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 7 septembre 2012)
  11. Élections Québec 2012 - Attentat lors du discours de Marois : une victime décédée, Florence Meney, Radio-Canada, 5 septembre 2012.
  12. a, b et c (en) Angry year in Quebec politics reaches its nadir in tragedy, Nelson Wyatt, La Presse canadienne, 5 septembre 2012.
  13. a, b et c Un attentat au rassemblement du PQ fait un mort, Mélanie Julien, Radio-Canada, 5 septembre 2012.
  14. (en) One person shot dead at PQ victory party, Jan Ravensburger, Christopher Curtis, Monique Muise, Charlie Fidelman, The Gazette, 5 septembre 2012.
  15. Réaction du Parti Québécois à la suite des événements survenus au Métropolis, site du Parti québécois, 5 septembre 2012.
  16. (en) Thomas Mulcair responds to PQ party shooting death: NDP ‘in a state of shock’, Joan Bryden, La Presse canadienne, 5 septembre 2012.
  17. La communauté anglophone se dissocie du geste de Bain, La Presse, 6 septembre 2012.
  18. Gérald Tremblay: Bain «n'a rien à voir» avec la communauté anglophone, Karim Benessaieh, La Presse, 5 septembre 2012.
  19. Hommage aux victimes du Métropolis, Radio-Canada, 6 septembre 2012.
  20. (en) Vigil held for election-night shooting victim, Christopher Curtis, The Gazette, 6 septembre 2012.
  21. a et b (en) « Il est malade », Daniel Renaud, Le Journal de Montréal, 5 septembre 2012.
  22. Jessica Nadeau, « Attentat au Métropolis lors du discours de Pauline Marois », sur http://www.ledevoir.com, Le Devoir,‎ 5 septembre 2012
  23. « QUEBEC. Attentat mortel lors du discours de la Première ministre », sur http://tempsreel.nouvelobs.com,‎ 5 septembre 2012
  24. Un attentat perturbe le discours de Pauline Marois, Métro, 5 septembre 2012.
  25. (en) Suspect in fatal PQ victory rally shooting not from Montreal, CBC, 5 septembre 2012.
  26. a et b Attentat du Métropolis : portrait du principal suspect, La Presse, 5 septembre 2012.
  27. a, b et c Richard Henry Bain: «il était fin avec tout le monde», Christiane Desjardins, La Presse, 6 septembre 2012.
  28. Attentat au Métropolis: un drame qui a fait le tour du monde, Pierre-André Normandin, La Presse, 6 septembre 2012.
  29. Richard Henry Bain accusé de meurtre prémédité, Christiane Desjardins, La Presse, 6 septembre 2012.
  30. (en) Quebec shooter facing 16 charges, Phil Couvrette, KSRO (en), 6 septembre 2012.
  31. a et b (en) Shooting suspect Richard Henry Bain arraigned on 16 charges, including first-degree murder, Sue Montgomery, The Gazette, 6 septembre 2012.
  32. Fusillade au Québec : le suspect inculpé, Le Figaro, 6 septembre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]