Arthezé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arthezé
Mairie d'Arthezé
Mairie d'Arthezé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Malicorne-sur-Sarthe
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fléchois
Maire
Mandat
Pierre Bihoreau
2014-2020
Code postal 72270
Code commune 72009
Démographie
Gentilé Arthezéen
Population
municipale
379 hab. (2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 16″ N 0° 07′ 06″ O / 47.7877777778, -0.1182647° 47′ 16″ Nord 0° 07′ 06″ Ouest / 47.7877777778, -0.11826  
Altitude Min. 32 m – Max. 85 m
Superficie 8,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Arthezé

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Arthezé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arthezé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arthezé

Arthezé est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 379 habitants[1] (les Arthezéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Arthezé dans le département de la Sarthe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Arthezé, commune du sud du département de la Sarthe, est située au cœur du Maine angevin. Le village se trouve, en distances orthodromiques, à 33,4 km au sud-ouest du Mans, la préfecture du département, et à 10,5 km au nord-est de La Flèche, la ville la plus proche[2]. Les communes limitrophes sont Malicorne-sur-Sarthe, Bousse, Villaines-sous-Malicorne, Le Bailleul et Parcé-sur-Sarthe[3].

Communes limitrophes d’Arthezé
Parcé-sur-Sarthe Malicorne-sur-Sarthe Malicorne-sur-Sarthe
Le Bailleul Arthezé
Villaines-sous-Malicorne Bousse

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 865 hectares. L'altitude varie entre 32 et 85 mètres[4]. Le point le plus bas se situe au nord de la commune, sur le ruisseau de Coquelival, à la limite communale avec Malicorne-sur-Sarthe, tandis que le point le plus haut se situe au sud, à la limite communale avec Villaines-sous-Malicorne[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Riboux[5], affluent de la Vézanne, borde la commune à l'est. Il reçoit les eaux du ruisseau de Coquelival, qui prend sa source dans la commune voisine de Villaines-sous-Malicorne[6]. Son seul affluent, le ruisseau de Longue Noë, prend sa source à Arthezé et s'écoule sur 1,8 km[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Arthezé est soumis à un climat de type océanique dégradé. Les données climatiques sont comparables à celles de la station Le Mans-Arnage, située à moins de 30 km à « vol d'oiseau » d'Arthezé.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Arthezé est desservi par la RD 23, qui entre sur la commune au sud, en provenance du Bailleul, et repart au nord en direction de Malicorne-sur-Sarthe. La RD 253 arrive au sud-est en provenance de Villaines-sous-Malicorne. La RD 41, qui relie Villaines à Malicorne, traverse le territoire communal, mais ne dessert pas directement le bourg d'Arthezé[3].

La ligne 6 La FlècheLe Mans du réseau TIS traverse Arthezé. Deux arrêts sont préuvs sur la commune : l'un à proximité de la mairie, l'autre au lieu-dit la « Pinardière »[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Arthezé » viendrait de Articiacum ou villa Articii, du nom d'un propriétaire terrien de l'époque gallo-romaine dénommé Articius[9]. L'appellation « Artisiacus » est attestée au XIe siècle[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Arthezé faisait partie de la sénéchaussée angevine de La Flèche et de l'ancienne province d'Anjou.

Sous l'Ancien Régime, la commune était rattachée au pays d'élection de La Flèche.

Lors de la Révolution française, la commune fut, comme toutes celles de la sénéchaussée de La Flèche, rattachée au nouveau département de la Sarthe.

En 1801, lors du Concordat, la paroisse fut détachée du diocèse d'Angers pour celui du Mans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Joseph Chevrel    
mars 2001 en cours Pierre Bihoreau[11] SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 379 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
504 502 521 455 465 460 462 481 468
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 450 444 434 414 406 406 400 363
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
373 357 357 314 327 324 315 307 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
308 300 284 286 281 292 319 344 374
2011 - - - - - - - -
379 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 773 €, ce qui plaçait Arthezé au 14 416e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[14].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 246 personnes, parmi lesquelles on comptait 81,7 % d'actifs dont 74 % ayant un emploi et 7,7 % de chômeurs[A 1].

On comptait 36 emplois dans la zone d'emploi, contre 27 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 183, l'indicateur de concentration d'emploi est de 19,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi pour cinq habitants actifs[A 2].

L'économie de la commune est fortement liée au secteur primaire. Au 31 décembre 2010, Arthezé comptait 15 établissements : 10 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 2 dans la construction, 2 dans le commerce-transports-services divers et une seule relative au secteur administratif[A 3]. En 2011, une entreprise a été créée à Arthezé[A 4].

Lieux touristiques et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Kervella, Le Loir et ses terroirs : Le Pays fléchois, Le Mans, La Reinette,‎ 2013, 144 p. (ISBN 978-2-913566-72-9), p. 13-14

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Fiche Insee de la commune[modifier | modifier le code]

  1. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  2. EMP T5 - Emploi et activité.
  3. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  4. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. « Recherche d'orthodromie depuis Arthezé », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 8 juin 2013)
  3. a, b et c Arthezé sur Géoportail..
  4. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. « Fiche du ruisseau le Riboux (M0546000) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  6. « Fiche du ruisseau le Coquelival (M0546800) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  7. « Fiche du ruisseau le Longue Noë (M0547000) », sur le site du Service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le 8 juin 2013).
  8. « Plan de réseau TIS », sur www.lestis72.com (consulté le 9 juin 2013)
  9. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages de la Sarthe, Saint-Jean-d'Angély, Editions Jean-Michel Bordessoules,‎ 2002, 224 p. (ISBN 2-913471-42-0), p. 8
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Librairie Droz, Genève,‎ 1990, 704 p. (lire en ligne), p. 510
  11. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre,‎ 29 mars 2014 (consulté le 30 mars 2014).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 juin 2013).