Al Green

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Green.

Al Green

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Al Green à Santa Ynez (Etat de Californie - Etats-Unis), le 27 mai 2006.

Informations générales
Nom de naissance Al Greene
Naissance 13 avril 1946 (68 ans)
Forrest City (Etat de l'Arkansas
- Drapeau des États-Unis États-Unis)
Activité principale Chanteur et compositeur
Genre musical R&B, soul et gospel
Années actives 1967 - présent
Labels Hi Records

Al Green, né le 13 avril 1946, est un auteur, compositeur, producteur et chanteur soul américain. Bercé par les pionniers du genre (Ray Charles, Sam Cooke, Solomon Burke), il en fut l'un des plus célèbres représentants durant les années 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premiers pas[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Arkansas, fils d'un métayer, il est le sixième des dix enfants qu'auront ses parents de condition modeste. Il commence à chanter à l'âge de neuf ans dans un quartet de gospel de Forrest City que lui et ses 3 frères avaient fondé, les "Greene Brothers". Ils partirent en tournée dans le Sud-Est des États-Unis au milieu des années 1950 jusqu'à ce que la famille déménage à Grand Rapids dans le Michigan. Ils chantent alors dans le Michigan et dans la partie nord des États-Unis (Chicago). Son père le sortit du groupe après l'avoir surpris en train d'écouter Jackie Wilson.

Adolescent, Al Green forma un groupe appelé "Al Greene & the Creations" avec des amis du lycée. Deux d'entre eux, Curtis Rogers et Palmer James, créèrent un label indépendant appelé Hot Line Music Journal. Le groupe, bientôt rebaptisé "Al Greene and the Soul Mates", enregistra un single pour le jeune label, faisant de Back up train (1967) le premier tube du jeune prodige (5e des ventes R&B). Alors que le succès des Soul Mates s'essoufflait, Greene rencontra Willie Mitchell, no 2 de Hi Records à Memphis. Le musicien l'embaucha comme chanteur pour son groupe lors d'un spectacle au Texas et, par la suite, fit signer Greene en solo. Sa carrière solo était lancée pour atteindre son apogée avant de connaître un brusque changement au cours des années 1970. Il faudra attendre 2003 pour voir son retour sur la scène internationale dans un registre soul & funk qui fera danser de nombreux fans.

Un succès progressif[modifier | modifier le code]

Al Green en 1973

Engagé au début des années 1970 chez Hi Records, Al Green (qui a ôté un "e" à son nom de scène) enregistre Green is Blues (1971), un tout premier album produit par Mitchell. Si l'album reçoit un succès mitigé, aucun des titres ne parvenant à se classer dans le Top R&B, Green is Blues pose les bases de l'œuvre Green : valorisation de la basse, nombreux vents, primauté de la voix du chanteur. Celle-ci, particulière, ne décolle réellement qu'avec la reprise du tube des Beatles I Wanna hold your Hand ; Tomorrow's dream et Get back baby révèlent clairement, en outre, le potentiel musical du jeune chanteur.

Si la recette ne change pas véritablement, l'accueil que le public fait à son deuxième album lance la carrière d'Al Green. Sur Al Green Gets Next to You (1971) apparaissent en effet ses premiers tubes, bien servis par une voix que le chanteur maîtrise mieux désormais. You Say It, Right Now Right Now, I Can’t Get Next to You et Tired of Being Alone sont bientôt remplacés dans les charts R&B et Pop par les extraits du troisième album de Green, Let's Stay Together (1972). La machine commerciale est bien lancée et se poursuivra jusqu'en 1975, le sommet étant atteint avec You Ought to Be with Me, du 4e et probablement meilleur album du chanteur, I'm Still in Love with You (décembre 1972) (la concurrence avec Call Me, sorti quelques mois plus tard, fait certes rage en 1973).

Ainsi se succèdent les titres qui font d'Al Green, au début de la décennie 1970, un des représentants les plus emblématiques de la musique soul. La voix maîtrisée, la basse a quelque peu laissé place à la première guitare et au clavier, donnant souvent aux singles une efficacité imparable : Let's Stay Together (premier des ventes R&B et Pop), Look What You Done for Me, I’m Still in Love With You, Call Me (Come Back Home), Here I Am (Come and Take Me), Sha La La (Make Me Happy), L-O-V-E (Love).

Le tournant dramatique[modifier | modifier le code]

C'est ainsi bien au sommet de sa carrière qu'Al Green voit son destin frappé par le malheur : le 18 octobre 1974, Mary Woodson, sa petite amie de l'époque, l'agressa en versant de la pâte de maïs bouillante sur lui alors qu'il s'apprêtait à se doucher. Brûlé gravement, criant de douleur, il entend son agresseuse prendre la fuite et se donner la mort dans la chambre voisine[1]. Profondément choqué, Green voit dans le drame un signe divin et décide d'agir en conséquence. Bientôt converti au christianisme, il achète une église et se fait ordonner pasteur du Full Gospel Tabernacle à Memphis.

La révolution de l'homme transparait peu à peu dans l'œuvre de l'artiste, les LPs Full of fire et Have a Good Time témoignant d'une certaine gravité jusque là absente du repertoire musical de Green. Le chanteur ne classe guère plus ses singles dans les charts Pop, et sa relation avec Mitchell se détériore, amenant le couple à rompre leur travail commun en 1976. Green monte son label, American Music, et produit seul The Belle Album (1977), sa dernière œuvre soul saluée et reconnue.

Victime d'un nouvel accident, cette fois sur scène (1979), Green décide radicalement de mettre un terme définitif à sa carrière R&B. Raréfiant ses apparitions, désormais réservées aux offices religieux, il multiplie les projets gospel (pour lesquels il remportera un total de 8 Grammy). En 1984, Robert Mugge lui rend hommage en réalisant Gospel according to Al Green, un documentaire incluant des interviews du chanteur et des extraits d'offices en son église.

Un difficile retour[modifier | modifier le code]

Après avoir passé quelques années à ne chanter que du gospel, Al Green renoue avec ses origines musicales. Entre des albums plus orientés R&B, donc, il enregistre un duo avec Annie Lennox, Put a little love in your heart (1988) ; En 1994, son duo avec le chanteur de country Lyle Lovett mélangea country et R&B, lui faisant gagner un neuvième Grammy, cette fois dans la catégorie pop music. Son album Your heart's in good hands (1995), reçoit de bonnes critiques mais ne convainc pas le public ; il entre au Rock and Roll Hall of Fame la même année. Son morceau Let's Stay Together fait partie de la bande originale du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino, film culte qui relance la soul et la funk des années 1970 (ainsi que la Surf Music des années 1960).

En 2000, il publia Take me to the river (Amène-moi à la rivière), un livre retraçant sa carrière. Il reçut un Grammy pour l'ensemble de son œuvre en 2002. En 2003 il sort un album non religieux I can't stop, la première collaboration avec Willie Mitchell depuis l'album de 1985 He is the light. Puis en mars 2005 sort Everything's ok, la suite de I can't stop.

Al Green est entré au Gospel Music Hall of Fame de la Gospel Music Association. Il continue ses tournées et prêche toujours au Full Gospel Tabernacle de Memphis.

Al Green est apparu en guest star - au même titre que Barry White - dans la série télévisée Ally McBeal, lors de la saison 2 et 3.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Meilleur classement USA Meilleur classement GB
Back up train (1967)
Green is Blues (1969) 19
Al Green gets next to you (1971) 58
Let's Stay Together (1972) 8
I'm still in love with you (1972) 4
Call me (1973) 10
Livin' for you (1973) 24
Al Green explores your mind (1974) 15
Al Green is love (1975) 28
Al Green's greatest hits (1975) 17 18
Full of fire (1976) 59
Have a good time (1976) 93
The belle album (1977) 103
Al Green's greatest hits (1977), Vol. 2 134
Truth n' time (1978)
The lord will make a way (1980)
Higher plane (1981)
Tokyo live (1981)
Precious lord (1982)
I'll rise again (1983)
The Christmas Album (1983)
Trust in God (1984)
He is the light (1985)
White Christmas (1986)
Soul survivor (1987) 131
Hi life - The best of Al Green (1988) 34
I get joy (1989)
Love is reality (1992)
Gospel soul (1993)
Your heart's in good hands (1995)
Don't look back (1997)
Take me to the river (compilation) (2000) 186
Feels like Christmas (2001)
Love - The essential Al Green (2002) 18
I can't stop (2003) 53
The love songs collection (compilation) (2003) 91
Everything's OK (2005)
Lay It Down (2008)
How Can You Mend A Broken Heart ? (compilation reprises) (2008)

Singles[modifier | modifier le code]

Meilleur classement USA Meilleur classement GB
"Tired of being alone" (1971) 11 4
« Let's Stay Together » (1972) 1 7
"I'm still in love with you" (1972) 3 35
"Look what you done for me" (1972) 4 33
"You ought to be with me" (1972) 3
"Call me (Come back home)" (1973) 10
"Here I am (Come and take me)" (1973) 10
"Sha-la-la (Make me happy)" (1974) 7 20
"Let's get married" (1974) 32
"Livin' for you" (1974) 19
"L-O-V-E (Love)" (1975) 13 24
"Full of fire" (1975) 28
"Keep me cryin'" (1977) 37
"Put a little love in your heart" (avec Annie Lennox) (1988) 9 28
"The message is love" (Arthur Baker and The Backbeat Disciples feat. Al Green) (1989) 38
"Love is a beautiful thing" (1993) 56

Faits[modifier | modifier le code]

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. Les résultats de l'enquête entourant le drame restent floues ; il semblerait que la jeune femme, malade psychologiquement, ait agi de la sorte après avoir affronté le refus d'une demande au mariage qu'elle avait faite au chanteur.

Liens externes[modifier | modifier le code]