Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre-qui-Vire.
Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire
Image illustrative de l'article Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire
Présentation
Culte catholique romain
Type abbaye
Rattachement Ordre de Saint-Benoît
Début de la construction 1850
Fin des travaux 1953
Style dominant gothique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Commune Saint-Léger-Vauban
Coordonnées 47° 21′ 40″ N 4° 03′ 24″ E / 47.361056, 4.056677 ()47° 21′ 40″ Nord 4° 03′ 24″ Est / 47.361056, 4.056677 ()  

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Sainte-Marie de la Pierre-qui-Vire

L'abbaye Sainte-Marie-de-la-Pierre-qui-Vire située dans la commune de Saint-Léger-Vauban, dans l'Yonne, est une abbaye bénédictine fondée en 1850 par le révérend père Jean-Baptiste Muard.

La communauté est située dans le nord du Morvan, au sud du département de l'Yonne, elle est établie dans un site sauvage et boisé, sur une rive du Trinquelin, petit torrent qui court entre des rochers granitiques.

Le nom du lieu-dit, la Pierre-qui-Vire, provient d'une caractéristique naturelle, à savoir une roche qui, posée sur une autre, pouvait être mise en mouvement par une simple pression humaine. Aujourd'hui scellée la roche est surmontée d'une statue de la Vierge Marie.

La renommée de l'abbaye est due en partie à la qualité de la collection Zodiaque, spécialisée dans l'art chrétien et fondée en 1951, dont les volumes ont été fabriqués à l'imprimerie intégrée à l'abbaye jusqu'au début des années 2000.

Historique[modifier | modifier le code]

La fondation[modifier | modifier le code]

Le père Muard
Article détaillé : Jean-Baptiste Muard.

Le monastère est fondé en 1850 par l'abbé Jean-Baptiste Muard (1809-1854), prêtre du diocèse de Sens. Désireux de fonder une communauté religieuse, il découvre la règle de saint Benoît lors d'un voyage à Subiaco (Italie). Saisi par l'équilibre de vie qu'elle propose entre travail et prière, il rentre en France en 1848 avec ses deux premiers compagnons et effectue son noviciat monastique à la trappe d'Aiguebelle. En 1850, il installe sa communauté naissante dans les forêts du Morvan, dans un domaine donné par la famille de Chastellux, au lieu-dit « la Pierre-qui-Vire ».

Le père Muard meurt le 19 juin 1854, à l'âge de 45 ans.

Une vingtaine de frères composent alors la communauté qui connaît une rapide expansion. En 1859, elle s'agrège à l'ordre bénédictin (Congrégation de Subiaco).

La politique de suppression des congrégations menée par la IIIe République contraint la communauté à l'exil en 1880, puis en 1904. Elle ne retrouve son monastère qu'après la première guerre mondiale, en 1921, et ne l'a plus quitté depuis. De 1954 à 1957, l'un des moines de la communauté, le frère Thomas, entretient une riche correspondance spirituelle avec Jacques Fesch, mystique chrétien condamné à mort, dont les lettres paraîtront dès 1971 sous le titre de "Lumière sur l'échafaud".

Les bâtiments actuels sont édifiés de 1850 à 1953. L'église, consacrée en 1871, a été profondément remaniée en 1992. En 2006 et 2007, des travaux importants sont menés pour mettre aux normes l'hôtellerie qui datait de 1952.

La communauté actuelle comprend environ soixante-dix moines partageant leur temps entre la prière, l'accueil, et le travail.

La Pierre-qui-Vire aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'hôtellerie

Une abbaye est par vocation un lieu de prière. C'est aussi un lieu de travail, en particulier dans le cas d'une abbaye bénédictine ou cistercienne. La formule « Ora et labora » (prie et travaille), bien que ne figurant pas dans la règle de saint Benoît, résume bien les prescriptions de la règle qui prône l'alternance harmonieuse de la prière et du travail. Le travail a un autre but, celui de permettre à la communauté de subvenir à ses besoins : « Les moines seront vraiment moines s'ils vivent du travail de leurs mains » (chap. 48).

L'hôtellerie[modifier | modifier le code]

L'hospitalité tient une place de premier rang dans la règle de saint Benoît : « Tous les hôtes seront reçus comme le Christ » (chap. 53). Les moines de la Pierre-qui-Vire accueillent ainsi au long de l'année (sauf en janvier) celles et ceux qui en font la demande. L'hôtellerie (remise aux normes en 2006-2007) leur permet d'accueillir une cinquantaine de retraitants, y compris des familles et des groupes.

L'imprimerie et la librairie[modifier | modifier le code]

En 1951, des moines de l'abbaye fondent, sous la direction de dom Surchamp, une collection d'art : les éditions Zodiaque. Parallèlement à l'activité d'édition, ils installent une imprimerie dans un bâtiment. Celle-ci fonctionnera jusqu'au début des années 2000. Devant les difficultés et le coût d'une modernisation devenue nécessaire, les frères décident de vendre les éditions Zodiaque en 2000.

Un bâtiment de l'abbaye abrite une librairie qui offre un large choix d'ouvrages de foi et de spiritualité, ainsi que des produits de l'artisanat monastique et des fromages de la ferme. Dans le même bâtiment, une exposition retrace l'histoire du monachisme et de la règle de saint Benoît. Elle présente la fondation de l'abbaye et permet une approche intéressante de la vie monastique.

La ferme de l'abbaye[modifier | modifier le code]

La ferme

En 1938, une ferme proche de l'abbaye est achetée afin d'être exploitée par les moines. À la fin des années 1950, l'abbaye se rallie à l'Institut national de la recherche agronomique. La ferme pratique alors l'agriculture intensive, et compense la pauvreté des sols par l'apport massif d'engrais et de fertilisants chimiques. En 1970, l'abbaye met fin à sa collaboration avec l'INRA et se tourne vers l'agriculture biologique. À partir des années 1980, la ferme adhère à la marque Bio-Bourgogne et se spécialise dans les fromages de lait de vache (proches du fromage d'Époisses) et depuis 1994 dans les fromages de chèvre.

En 1988, la ferme est confiée à un couple d'agriculteurs, afin de poursuivre la modernisation.

Aujourd'hui, la ferme est rentable, et fait vivre quatre familles. Six mille fromages "Pierre-qui-Vire" sont fabriqués chaque mois, leur nom est désormais une marque déposée et ils sont couronnés du fameux label AB (Agriculture Biologique).

L'abbaye dans la littérature[modifier | modifier le code]

Les derniers fragments (fragments 26 à 29) du livre Magnus de Sylvie Germain se déroulent à proximité de l'abbaye. Le protagoniste, Magnus, apprend de frère Jean, un ermite attaché à l'abbaye, à entendre « le souffle infime d'une feuille qui tombe sur fond des divers bruits de la forêt et de la basse continue des ruches ». Après la mort de frère Jean, il laissera aller son ours en peluche dans les eaux vives du Trinquelin.

Fondations[modifier | modifier le code]

L'abbaye a donné naissance à plusieurs abbayes en France, aux États-Unis, en Indochine française, au Congo, à Madagascar, etc., comme par exemple :

Homonyme[modifier | modifier le code]

L'Abbaye de la Pierre-qui-Vire est aussi le nom donné à :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Victor Petit, Description des villes et campagnes du département de l'Yonne, 1870, réédition Librairie Voillot, Avallon, 1988.
  • La Pierre-qui-Vire : réalisé par les Ateliers de la Pierre-qui-Vire, Yonne (ISBN 978-2-7215-0005-2)
  • Réseau de Fermes de Démonstration et de Référence BIOBOURGOGNE - Ferme de l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire 2003 - SEDARB

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]