Équipe des Indes occidentales de cricket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Indes occidentales
Équipe multi-nationale jouant des matchs internationaux, statut de « test »

Surnom The Windies
Représente Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Barbade, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Montserrat, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Trinité-et-Tobago
Stade(s) Plusieurs stades
Couleurs Bordeaux (en ODI)
Historique
Débuts 1928 1973 2006
- Test cricket 1928
- One-day International 1973
- Twenty20 international 2006
Palmarès
Coupe du monde 2 (1975, 1979)
Trophée des champions 1 (2004)
ICC World Twenty20 1 (2012)

L'équipe des Indes occidentales (en anglais West Indies) de cricket est une sélection qui représente au niveau international la confédération sportive des territoires des Caraïbes suivants : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, la Barbade, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Montserrat, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Trinité-et-Tobago. Elle dispute son premier test-match en 1928.

L'équipe devient de plus en plus compétitive après la Seconde Guerre mondiale. Elle domine le cricket international du milieu des années 1970 au milieu des années 1990, et remporte les deux premières Coupe du monde de l'histoire, en 1975 et en 1979. Elle connaît un déclin significatif de ses performances après cette période.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières tournées, premières visites[modifier | modifier le code]

En 1886, quatorze amateurs originaires du Demerara, de la Barbade et de la Jamaïque effectuent la première tournée d'une équipe des Indes occidentales[1]. Ils se rejoignent à Montréal puis disputent un total de treize rencontres au Canada puis aux États-Unis. Les joueurs, regroupés sous l'appellation West Indies team, financent eux-mêmes leur voyage[2]. La « sélection », qui compte quelques absents de marque, ne comprend aucun joueur noir : il est à l'époque inconcevable pour les Blancs de disputer des rencontres avec ou contre des Noirs[2]. En 1887-1888, les Américains rendent effectuent à leur tour une visite dans les Caraïbes mais n'affrontent pas d'équipe représentant plusieurs territoires[3].

Des Anglais menés par R. Slade Lucas font une tournée dans les Caraïbes en 1894-1895. Deux ans plus tard, deux équipes menées respectivement par Lord Hawke et Arthur Priestley effectuent des voyages similaires. Membre du groupe de Lord Hawke, Plum Warner reconnaît l'apport des Noirs de l'équipe de Trinité, qui inaugure l'inclusion de joueurs de couleur dans les sélections locales[4].

Lord Hawke invite les Caribéens à effectuer une tournée sur le sol anglais en 1900. Aucher Warner, frère de Plum, en est le capitaine. Les matchs de cette équipe des Indes occidentales, qui compte des joueurs de nombreuses colonies, ne sont pas reconnus comme « first-class »[5]. Des voyages similaires sont organisés en 1906 puis en 1923, tous deux sous la conduite de H. B. G. Austin[6]. À cette période, les tournées anglaises se multiplient, le Marylebone Cricket Club (MCC) envoyant en particulier ses deux premières équipes officielles en 1911 et 1913[7]. Suite aux résultats de 1923, six victoires pour sept défaites en vingt rencontres first-class, et aux succès du batteur barbadien George Challenor, les Indes occidentales sont invitées dans les années qui suivent à fonder une fédération sportive et à rejoindre l'Imperial Cricket Conference (ICC) en vue de disputer des test-matchs[8].

Premiers test-matchs (1928-1939)[modifier | modifier le code]

L'équipe des Indes occidentales en tournée en Australie en 1930-1931.

Suite au succès sportif de l'équipe des Indes occidentales au cours de leur tournée en Angleterre en 1923, les Caribéens sont invités à rejoindre l'Imperial Cricket Conference[8]. Ils disputent leurs premiers test-matchs contre l'équipe d'Angleterre, sur son sol, en 1928[note 1]. La tournée est cette fois-ci un échec, les Indes occidentales perdant notamment lourdement les trois premiers tests de leur histoire par une manche d'écart[9].

Les Anglais, sous la bannière du Marylebone Cricket Club (MCC), se déplacent à leur tour en 1930. Ils se privent volontairement de la plupart de leurs meilleurs joueurs[9]. Cette série marque les débuts du batteur jamaïcain George Headley. Durant la décennie qui suit, il est le joueur sur qui repose l'équipe[10]. Le troisième des quatre test-matchs, disputé à Georgetown, est l'occasion de la première victoire des Indes occidentales à ce niveau[11]. La série s'achève sur le score de 1-1[12].

Les Indes occidentales se rendent en Australie en 1930-1931. La sélection perd chacun des quatre premiers test-matchs par de larges écarts avant de remporter le dernier, ce qui est l'occasion de la première victoire à l'extérieur de son histoire[13]. L'équipe perd une nouvelle série en Angleterre en 1933, 2-0 en trois matchs.

En 1934-1935, la visite de l'Angleterre permet aux Indes occidentales de remporter leur première série, 2-1 en quatre matchs. Headley réussit notamment 270 runs dans la première manche du quatrième match, décisif.

La dernière tournée à laquelle participent les Caribéens avant la Seconde Guerre mondiale a lieu en 1939, encore face aux Anglais. Les prémices da la guerre interrompent la série.

Succès irréguliers (1948-1975)[modifier | modifier le code]

Photographie représentant les joueurs Frank Worrell, Everton Weekes et Clyde Walcott, prise en 1951.
Les « trois W », Frank Worrell, Everton Weekes et Clyde Walcott, sont des batteurs importants pour l'équipe dans les années 1950.

Si la Seconde Guerre mondiale interrompt les rencontres internationales de cricket, divers matchs sont organisés entre Trinité, la Barbade et la Guyane britannique. Ils permettent à de jeunes joueurs de débuter ou de se perfectionner[14]. Les Indes occidentales accueillent l'Angleterre début 1948. Les visiteurs se passent encore de certains de leurs meilleurs éléments[15], tandis que les locaux remportent facilement la série de quatre test-matchs 2-0[16]. Côté Indes occidentales, les trois batteurs barbadiens Frank Worrell, Clyde Walcott et Everton Weekes, les « trois W », figurent parmi les débutants, tandis que, de manière significative, le vétéran George Headley devient le premier capitaine noir de l'équipe, pour un match[15]. En 1948-1949, les Caribéens battent l'Inde, chez elle, 1-0 après cinq matchs[17]. En 1950, ils se rendent en Angleterre, avec deux jeunes spin bowlers sans expérience, Sonny Ramadhin et Alf Valentine. Ils jouent un rôle décisif dans la première victoire des Indes occidentales en Angleterre, à Lord's, et, avec les trois W ainsi qu'Allan Rae et Jeffrey Stollmeyer, dans leur gain de la série, 3-1 après quatre rencontres[18],[19].

Au sommet du cricket mondial (1976-1995)[modifier | modifier le code]

Le déclin (1995 aux années 2000)[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Coupe du monde de cricket

  • 1975 : vainqueur
  • 1979 : vainqueur
  • 1983 : finaliste
  • 1987 : premier tour
  • 1992 : premier tour
  • 1996 : quart de finale
  • 1999 : premier tour
  • 2003 : premier tour
  • 2007 : deuxième tour

Trophée des champions de l'ICC

Championnat du monde de Twenty20

  • 2007 : premier tour
  • 2009 : demi-finale

Trophées particuliers[modifier | modifier le code]

Les Indes occidentales disputent, en particulier, les trophées suivants :

Stades[modifier | modifier le code]

Liste des stades utilisés par l'équipe des Indes occidentales en matchs internationaux officiels[20] :

Stade Lieu Années Utilisation
Albion Sports Complex Albion, Guyana 1977-1985 ODI
Antigua Recreation Ground Saint John's, Antigua 1978-2009 Test cricket, ODI
Arnos Vale Ground Kingstown, Saint-Vincent 1997-2009 Test cricket, ODI
Beausejour Cricket Ground Gros Islet, Sainte-Lucie 2002-2009 Test cricket, ODI
Bourda Georgetown, Guyana 1930-2006 Test cricket, ODI
Kensington Oval Bridgetown, Barbade 1930-2009 Test cricket, ODI, Twenty20
Mindoo Philip Park Castrie, Sainte-Lucie 1978-1984 ODI
National Cricket Stadium Saint-Georges, Grenade 1999-2008 Test cricket, ODI
Providence Stadium Providence, Guyana 2007-2009 ODI
Queen's Park Saint-Georges, Grenade 1983 ODI
Queen's Park Oval Port-d'Espagne, Trinité 1930-2009 Test cricket, ODI, Twenty20
Sabina Park Kingston, Jamaïque 1930-2009 Test cricket, ODI
Sir Vivian Richards Stadium North Sound, Antigua 2007-2009 Test cricket, ODI
Warner Park Basseterre, Saint-Christophe 2006-2009 Test cricket, ODI, Twenty20
Windsor Park Roseau, Dominique 2009 ODI

Personnalités[modifier | modifier le code]

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Photographie représentant Darren Sammy, prise en 2010.
Darren Sammy en 2010.

Chaque année, plusieurs joueurs sont sous contrat d'un an avec le West Indies Cricket Board (WICB). Ce qui ne le sont pas peuvent toutefois être sélectionnés. Les joueurs sous contrat à partir d'octobre 2011 sont classés en trois catégories, des mieux payés (catégorie A) à ceux qui le sont moins (catégorie C). Une quatrième catégorie regroupe ceux qui reçoivent un « contrat de développement ». Ce sont les joueurs suivants[21] :

Principaux joueurs[modifier | modifier le code]

Capitaines de l'équipe en Test cricket[modifier | modifier le code]

Joueur Période[22]
1 Karl Nunes 1928-1930
2 Teddy Hoad 1930
3 Nelson Betancourt 1930
4 Maurice Fernandes 1930
5 Jackie Grant[note 2] 1930-1935
6 Rolph Grant[note 2] 1939
7 George Headley 1948
8 Gerry Gomez 1948
9 John Goddard 1948-1957
10 Jeffrey Stollmeyer 1952-1955
11 Denis Atkinson 1955-1956
12 Gerry Alexander 1958-1960
13 Frank Worrell 1960-1963
14 Garfield Sobers 1965-1972
15 Rohan Kanhai 1973-1974
16 Clive Lloyd 1974-1985
17 Alvin Kallicharran 1978-1979
Joueur Période[22]
18 Deryck Murray 1979
19 Viv Richards 1980-1991
20 Gordon Greenidge 1988
21 Desmond Haynes 1990
22 Richie Richardson 1992-1995
23 Courtney Walsh 1994-1997
24 Brian Lara 1997-2006
25 Jimmy Adams 2000-2001
26 Carl Hooper 2001-2002
27 Ridley Jacobs 2002
28 Shivnarine Chanderpaul 2005-2006
29 Ramnaresh Sarwan 2007-2008
30 Daren Ganga 2007
31 Chris Gayle 2007-2010
32 Dwayne Bravo 2008
33 Floyd Reifer 2009
34 Darren Sammy 2010-

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Indes occidentales sont ainsi la quatrième équipe à ce niveau, après l'Australie et l'Angleterre (1877) et l'Afrique du Sud (1889)
  2. a et b Jackie et Rolph Grant sont frères.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Beckles 2007, p. xi
  2. a et b (en) Beckles 2007, p. xiii
  3. (en) Beckles 1999 (tome 1), p. 23
  4. (en) Beckles 1995, p. 24-25
  5. (en) Beckles 1995, p. 27
  6. (en) Birbalsingh 1997, p. 19
  7. (en) Manley 1988, p. 23
  8. a et b (en) Manley 1988, p. 24
  9. a et b (en) Birbalsingh 1997, p. 32
  10. (en) Gideon Haigh, « The great black hope », Wisden Asia Cricket,‎ 2002 (lire en ligne)
  11. (en) Manley 1988, p. 30-31
  12. (en) Birbalsingh 1997, p. 38
  13. (en) Birbalsingh 1997, p. 41-42
  14. (en) Manley 1988, p. 439
  15. a et b (en) Birbalsingh 1997, p. 53
  16. (en) Birbalsingh 1997, p. 58
  17. (en) Manley 1988, p. 75-76
  18. (en) Manley 1988, p. 92-93
  19. (en) Birbalsingh 1997, p. 69
  20. (en) « Grounds / West Indies », Cricinfo (consulté le 24 janvier 2010)
  21. (en) « Samuels, Fidel Edwards given WICB contracts », ESPNcricinfo,‎ 2011 (consulté le 31 octobre 2011)
  22. a et b (en) « Records/West Indies/Test matches/List of captains », Cricinfo (consulté le 13 novembre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Manley, A History of West Indies cricket,‎ 1988 (réimpr. Andre Deutsch, édition révisée par Donna Symmonds, 2002) (ISBN 023305037X)
  • (en) Hilary Beckles et Brian Stoddart (dir.), Liberation cricket : West Indies cricket culture, Manchester, Manchester University Press,‎ 1995, 416 p. (ISBN 9768125861)
  • (en) Hilary Beckles (dir.), A Spirit Of Dominance: Cricket And Nationalism In The West Indies, Canoe Press,‎ 1999, 194 p. (ISBN 9768125373)
  • (en) Frank Birbalsingh, The Rise of West Indian Cricket: From Colony to Nation, St John's, Hansib Publishing,‎ 1996 (réimpr. Hansib Publishing, 1997), 306 p. (ISBN 1870518470)
  • (en) Hilary Beckles, The Development of West Indies Cricket: The Age of Nationalism, Pluto Press,‎ 1999, 256 p. (ISBN 0745314627)
  • (en) Hilary Beckles (éd.), The First West Indies Cricket Tour: Canada and the United States in 1886, Canoe Press,‎ 2007, 140 p. (ISBN 9768125861)

Liens externes[modifier | modifier le code]