Équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée de cricket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée de cricket représente la Papouasie-Nouvelle-Guinée au cricket international. Elle dispute son premier match en 1972, et devient membre associée de l'International Cricket Council (ICC) l'année suivante. Elle participe régulièrement au tournoi de qualification pour la Coupe du monde, sans s'y être jamais qualifiée, et a remporté l'épreuve de cricket aux Jeux du Pacifique (anciennement, Jeux du Pacifique Sud) à six reprises, à chaque fois que celle-ci a été organisée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cricket est introduit en Papouasie par des missionnaires à la fin du XIXe siècle et dans les années 1920 par des Australiens dans le territoire de Nouvelle-Guinée, sous mandat australien après la Première Guerre mondiale[1]. L'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée, alors composée d'une large majorité d'expatriés européens, dispute son premier match international contre une équipe australienne[1] en 1972 à Port Moresby[2]. La fédération papouasienne-néo-guinéenne devient membre associée de l'International Cricket Conference (future International Cricket Council) en 1973[3]. En 1975, la Papouasie-Nouvelle-Guinée affronte à domicile l'équipe des Indes occidentales. À compter de ce match, les nationaux sont plus nombreux que les expatriés dans la composition de l'équipe[1].

En 1979, les Océaniens prennent part au premier Trophée de l'ICC, qualificatif pour la deuxième Coupe du monde de l'histoire. Ils échouent au premier tour du tournoi[4]. La même année, le cricket figure pour la première fois aux Jeux du Pacifique Sud (futurs Jeux du Pacifique), et la Papouasie-Nouvelle-Guinée remporte la médaille d'or[5]. En 1982, l'équipe termine troisième du Trophée de l'ICC, échouant en demi-finale contre les Bermudes mais remportant la petite finale contre le Bangladesh[6]. En 1986, elle ne passe pas le premier tour de la même compétition[7] et, en 1990, s'arrête au deuxième tour[8]. Dans le Trophée 1994, les Papouasiens-Néo-Guinéens perdent au premier tour mais sont reversés dans une compétition de classement, dans laquelle ils atteignent la finale mais, comme leurs adversaires, les États-Unis, ne peuvent la disputer à cause d'une réservation de billets d'avion[9]. La sélection ne passe toujours pas le premier tour du tournoi en 1997[10], 2001[11] et 2005[12]. Parallèlement à ces compétitions mondiales, et après sa victoire en 1979, elle remporte la médaille d'or lors de chaque Jeux du Pacifique où un tournoi de cricket est organisé, en 1987, en 1991 à domicile, en 2003, 2007 et 2011, battant à chaque fois les Fidji en finale[13]. Lors de cette compétition, en 2007, elle établit un record du monde pour un match international joué sur une journée (tous niveaux confondus), en marquant 572 courses contre la Nouvelle-Calédonie[14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours par compétition[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Le principal terrain de l'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée est Amini Park, situé à Port Moresby, la capitale[19]. Il est notamment le théâtre du premier match international de la sélection, organisé en 1972 contre une équipe australienne[20].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

L'Australien Peter Anderson est nommé entraîneur de l'équipe début 2012. Il remplace son compatriote Brad Hogg qui, ayant interrompu sa retraite de joueur et retrouvé la sélection australienne, ne peut honorer son contrat[21]. De 2009 à 2011, un autre Australien, Andy Bichel, ancien international, est « directeur du cricket » en charge de l'entraînement au sein de la fédération papouasienne-néo-guinéenne[22].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Morgan 2007, p. 171
  2. (en) « Australia XI in Papua New Guinea 1971/72 », Cricketarchive (consulté le 25 février 2012)
  3. (en) « Papua New Guinea », Cricketarchive (consulté le 25 février 2012)
  4. a et b (en) Morgan 2007, p. 301
  5. (en) Morgan 2007, p. 288
  6. a et b (en) Morgan 2007, p. 304
  7. a et b (en) Morgan 2007, p. 307
  8. a et b (en) Morgan 2007, p. 310
  9. a et b (en) Morgan 2007, p. 315
  10. a et b (en) Morgan 2007, p. 318
  11. a et b (en) Morgan 2007, p. 323
  12. a et b (en) Morgan 2007, p. 331
  13. (en) « A Timeline of Papua New Guinea Cricket », CricketEurope (consulté le 25 février 2012)
  14. (en) Andrew Nixon, « Papua New Guinea run riot », CricketEurope,‎ 2007 (consulté le 25 février 2012)
  15. (en) « Nsubuga steers Uganda to victory », ESPNcricinfo,‎ 2007 (consulté le 25 février 2012)
  16. (en) « Afghanistan and Uganda through to World Cup Qualifiers », ESPNcricinfo,‎ 2009 (consulté le 25 février 2012)
  17. (en) « Hong Kong take title », ESPNcricinfo,‎ 2011 (consulté le 25 février 2012)
  18. (en) « UAE ease to Division Two title », ESPNcricinfo,‎ 2011 (consulté le 25 février 2012)
  19. (en) Morgan 2007, p. 172
  20. (en) « Other matches played on Amini Park, Port Moresby (26) », Cricketarchive (consulté le 22 février 2012)
  21. (en) « Peter Anderson named Papua New Guinea coach », ESPNcricinfo,‎ 2012 (consulté le 22 février 2012)
  22. (en) Peter Della Penna, « Andy Bichel has brought professionalism to PNG », ESPNcricinfo,‎ 2011 (consulté le 22 février 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roy Morgan, Encyclopedia of World Cricket, Cheltenham, SportsBooks Ltd,‎ 28 juin 2007, 344 p. (ISBN 978-1899807512)