Élections européennes de 2009 en Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elections européennes de 2009 en Suède
 %
30
20
10
0
24,41 %
18,83 %
13,58 %
11,02 %
7,13 %
5,66 %
5,47 %
4,68 %
3,55 %
Variation :
par rapport à 2004
 %p
   8
   6
   4
   2
   0
  -2
  -4
  -6
  -8
-10
-12
-0,15 %
+0,48 %
+3,72 %
+5,06 %
+7,13 %
-7,13 %
-0,79 %
-1,00 %
-10,92 %

Les élections européennes se sont déroulées le dimanche 7 juin 2009 en Suède et ont désigné les 18 députés européens suédois au Parlement européen, pour la législature 2009-2014.

Les eurodéputés suédois sont élus au scrutin proportionnel plurinominal, conformément à une version modifiée de la méthode de Sainte-Laguë, dans une seule circonscription électorale recoupant l'ensemble du pays. Seules les listes ayant obtenu au moins 4 % des suffrages exprimés sont admises à la répartition des sièges.

La Suède élisait 18 députés européens, un de moins qu'à l'élection de 2004.

Résultats[modifier | modifier le code]

Flag of Europe Elections au Parlement Européen de 2009
Parti Parti
européen
Groupe
politique
Votes Sièges
No. +− % No. +−
  Parti social démocrate (S) PSE S&D 773 513 24,41 −0,15 5 0
  Parti du rassemblement modéré (M) PPE PPE 596 710 18,83 +0,58 4 0
  Parti du Peuple - Les Libéraux (FP) ELDR ADLE 430 385 13,58 +3,72 3 +1
  Parti de l'environnement-Les Verts (MP) PVE V/ALE 349 114 11,02 +5,06 2 +1
  Parti pirate (PP) V/ALE 225 915 7,13 +7,13 1 +1
  Parti de gauche (V) AGVN GUE/NGL 179 182 5,66 −7,14 1 −1
  Parti du Centre (C) ELDR ADLE 173 414 5,47 −0,79 1 0
  Les chrétiens-démocrates (KD) PPE PPE 148 141 4,68 −1,01 1 0
  Liste de Juin (JL) 112 355 3,55 −10,92 0 −3
  Démocrates suédois 103 584 3,27 +2,14 0 0
  Initiative féministe 70 434 2,22 +2,22 0 -
  Autres N/A 5 799 0,18 - 0 -
Suffrages exprimés 3 168 546 100,00 18 -1
Blancs et nuls 59 015 1,83 −0,98    
Total 3 227 561
(45,53 %)
  +7,68  

Source: Autorité électorale suédoise[1]

Députés élus[modifier | modifier le code]

Analyse des résultats[modifier | modifier le code]

Ces élections, marquées par un fort recul de l'abstention qui reste néanmoins élevée (54,47 %, soit 7,7 points de moins qu'en 2004), ont très clairement dégagé trois grands vainqueurs et deux grands perdants.

Avec 7,13 % des suffrages exprimés, le Parti pirate, pour sa première participation à une élection européenne, bouscule le paysage politique suédois en faisant mieux que trois des sept principaux partis de gouvernement. On est bien loin du score dérisoire qu'avait obtenu le PP, qui en était alors à ses balbutiements, à l'occasion des élections générales suédoises de 2006 (0,6 % des voix). Devenue la troisième organisation politique du royaume en nombre d'adhérents (plus de 50 000), ce parti sans autre programme que la réforme de la loi sur les droits d'auteur, l'abolition des brevets et l'amélioration de la vie privée enverra un eurodéputé siéger au Parlement de Strasbourg. Phénomène typiquement local, cette percée des défenseurs du piratage informatique est sans équivalent dans toute l'Union européenne. Autre grand vainqueur de ce scrutin, les Verts, avec un score historique de 11 % des voix, gagnent cinq points par rapport à 2004 et deviennent la quatrième force politique du pays. Ils créent ainsi un nouveau changement des rapports de force au sein de la gauche suédoise et seront en mesure de peser sur le débat en vue des élections législatives de l'année prochaine. Même topo, à droite, pour le Parti libéral qui, avec ses 13,6 %, est en mesure de contester aux Modérés du Premier ministre Fredrik Reinfeldt leur hégémonie au sein du camp conservateur.

Les eurosceptiques de la liste de Juin, qui avaient créé la surprise en 2004, doivent ici faire face à une chute vertigineuse de plus de onze points. Un score en dessous du seuil de représentativité et la perte de ses trois sièges d'eurodéputés ont signé l'arrêt de mort de ce parti, qui a annoncé son autodissolution juste après la publication des résultats. Avec à peine 5,7 % des voix, le Parti de gauche subit un brutal effondrement en perdant plus de sept points par rapport à 2004. Il confirme ainsi son reflux de 2006 et voit son influence diminuer au sein de la gauche suédoise.

Les autres formations politiques conservent à peu de choses près leur niveau de 2004. Les chrétiens-démocrates, notamment, font mentir les sondages en conservant de justesse leur siège d'eurodéputé avec un score tout juste au-dessus du seuil de représentativité. Les Modérés ne sont pas parvenus à passer en tête comme certaines enquêtes pouvaient le laisser envisager : le Parti social démocrate demeure le premier parti politique du royaume comme cela a toujours été le cas depuis 1914. Au total, la majorité de droite (M, FP, C, KD) capitalise 42,56 % des suffrages, contre 41,28 % à l'opposition de gauche (S, MP, V). Ces résultats extrêmement serrés ne permettent pas d'établir de pronostiques viables sur les prochaines élections générales qui doivent avoir lieu en septembre 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]