Élections européennes de 2014 en Estonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2009 Drapeau de l'Estonie 2019 Suivant
Élections européennes de 2014 en Estonie
élection des 6 députés européens pour l'Estonie
'
Électorat et résultats
Inscrits  329 766
Votants 902 873
  
36,52 %
Votes valables 328 493
Portrait Andrus Ansip.jpg
Parti de la Réforme
Voix 79 854 Green Arrow Up.svg 31,2 %
  
24,3 %
Députés élus 2 Green Arrow Up.svg 1
Edgar Savisaar 2005.jpg
Parti du Centre
Voix 73 424 Red Arrow Down.svg 29,1 %
  
22,4 %
Députés élus 1 Red Arrow Down.svg 1
Tunne Kelam 07.jpg
Union Pro Patria et Res Publica
Voix 45 755 Red Arrow Down.svg 5,6 %
  
19,3 %
Députés élus 1 Equal blue arrow.png 0
Marju Lauristin 2010.jpg
Parti social-démocrate
Voix 44 562 Green Arrow Up.svg 29,1 %
  
13,6 %
Députés élus 1 Equal blue arrow.png 0
Tarand, Indrek-9984.jpg
Indrek Tarandsans étiquette
Voix 43 373 Red Arrow Down.svg 57,7 %
  
13,2 %
Députés élus 1 Equal blue arrow.png 0

Les élections européennes de 2014 ont eu lieu entre le 22 et le 25 mai selon les pays, et le dimanche 25 mai 2014 en Estonie. C'étaient les premières élections depuis l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne qui a renforcé les pouvoirs du Parlement européen et modifié la répartition des sièges entre les différents États-membres. Néanmoins, les Estoniens ont élu le même nombre de députés européens qu'auparavant, soit 6.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Lors de ces élections peuvent voter les citoyens de l'Union européenne âgés de 18 ans ou plus au jour du scrutin et dont l'adresse est inscrite dans le registre de la population. Les personnes ayant été privées de leurs capacité juridique ou purgeant une peine dans un établissement pénitentiaire, ne peuvent pas voter. L'âge minimum pour l'éligibilité en Estonie est de 21 ans. Les membres des forces armées sont dépourvus du droit de vote[1].

Les électeurs estoniens peuvent voter par internet au moyen d'une signature numérique jusqu'à quatre jours avant les jours des élections.

Les députés estoniens sont élus selon le principe de la représentation proportionnelle, dans une circonscription unique à l'échelle du pays. Il n'existe par ailleurs aucun seuil électoral. Les sièges sont répartis selon la méthode d'Hondt. Contrairement au scrutin de 2009, le scrutin de 2014 utilise des listes "ouvertes". La désignation des élus parmi les candidats des listes ayant obtenu des sièges se fait sur la base du nombre de voix obtenues par les différents candidats de la liste, et non sur la base d'un ordre préétabli avant le scrutin.

Campagne[modifier | modifier le code]

La liste des candidats pour les élections européennes de 2014 a été entérinée par la commission élection d'Estonie le 15 avril 2014[2]. La commission a validé les candidatures de 88 personnes, dont 16 candidats sans étiquette. Cinq partis (Parti de la Réforme, Parti du Centre, Union Pro Patria et Respublica, Parti social-démocrate, Parti conservateur populaire estonien) présentent des listes complètes (12 candidats), trois des listes incomplètes.

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondage TNS Emor
26 mars au 16 avril 2014
 %
30
20
10
0
17 %
(+4,8 %)
16 %
(+0,7 %)
16 %
(-10,1 %)
16 %
(+7,3 %)
11 %
(-14,8 %)
3 %
(inc.)
2009

Sondage

Date Institut IRL ER EK SDE Tarand EKRE Autres
26.03-16.04-2014 TNS Emor 17% 16% 16% 16% 11% 3% -

Thèmes[modifier | modifier le code]

Ces élections sont considérés comme un test pour le gouvernement de coalition du Premier ministre Andrus Ansip, au pouvoir depuis 2005, et membre du Parti réformiste estonien, avant les élections législatives de 2015. Une attention toute particulière doit être portée aux eurosceptiques du Parti populaire conservateur (EKRE), fondé en 2012. Ce parti, fondé et dirigé par l'historien et ancien candidat au Parlement européen, Mart Helme, a en effet fait de son opposition à l'appartenance de l'Estonie à l'UE un point majeur de son programme. Un autre sujet important est la politique migratoire de l'UE. Martin Helme, fils du dirigeant du EKRE et membre de la direction du parti, a provoqué de nombreuses protestations, après avoir demandé lors d'une émission de télévision, de mettre "les Noirs à la portes" (Kui on must, näita ust)[3].

Résultats[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Parti / Candidat Tête de liste Groupe au PE Nombre de voix Score Sièges +/-
Parti de la Réforme Andrus Ansip ADLE 79854 24,3% 2 +1
Parti du Centre Edgar Savisaar ADLE 73424 22,4% 1 -1
Union Pro Patria et Res Publica Tunne Kelam PPE 45755 13,9% 1 =
Parti social-démocrate Marju Lauristin S&D 44562 13,6% 1 =
Indrek Tarand Verts/ALE 43373 13,2% 1 =
Parti populaire conservateur d'Estonie Martin Helme 13248 4,0% 0
Tanel Talve 10073 3,1% 0

Les autres candidats ont obtenu moins de 2 % des suffrages exprimés : Silver Meikar (1,8%), le Parti de l'indépendance estonienne (1,3%), Kristiina Ojuland (0,9%), Krista Mulenok (0,4%), Les Verts (0,3%), Rene Kuulmann (0,2%), Jevgeni Krištafovitš (0,2%), Imre Mürk (0,1%), Olga Sõtnik (0,1%), le Parti de la gauche unie estonienne (0,1%), Svetlana Ivnitskaja (0,1%), Taira Aasa, Roman Ubakivi, Dmitri Silber, Andres Inn, Lance Gareth Edward Boxall et Joeri Wiersma (0,0%).

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec une participation de 36,52% les Estoniens se sont bien moins rendus aux urnes qu'en 2009, où la participation avait été de 43,88%.

Le Parti du centre qui avait remporté un quart des voix en 2009 et remporté deux sièges, s'est vu dépasser lors de ces élections par le Parti de la réforme, à qui il a dû céder un siège. Les deux autres partis ayant chacun remporté un siège en 2009, l'Union Pro Patria et Res Publica et le Parti social-démocrate, ont pu le conservé lors de ces élections, réalisant des scores similaires. Quant à l'eurodéputé indépendant sortant Indrek Tarand, tout en s'assurant de sa réélection, il a perdu plus de douze points et est passé de la seconde à la sixième place. Enfin, le très eurosceptique Parti populaire conservateur a connu un échec majeur en ne rassemblant que 4% des suffrages, faisant de l'Estonie l'un des plus pays où les forces politiques eurosceptique ont réalisé leur plus mauvais score.

Députés élus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]