Élections européennes de 2014 en Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2009 Drapeau de l'Autriche
Élections européennes de 2014 en Autriche
élection des 18 députés européens pour l'Autriche
Électorat et résultats
Population  8 460 390
Inscrits  6 410 526
Votants 2 909 497
  
45,39 %
Votes valables 2 823 561
Votes nuls 85 936
Karas, Othmar-2508.jpg
Parti populaire - Othmar Karas
Voix 761 896
  
26,98 %
Députés élus 5 Red Arrow Down.svg 1
Präsentation von Eugen Freund, EU-Wahl (11980888044).jpg
Parti social-démocrate - Eugen Freund
Voix 680 180
  
24,09 %
Députés élus 5 Equal blue arrow.png 0
Harald Vilimsky 2013.jpeg
Parti de la liberté - Harald Vilimsky
Voix 556 835
  
19,72 %
Députés élus 4 Green Arrow Up.svg 2
Ulrike-Lunacek-2010.JPG
Les Verts - Ulrike Lunacek
Voix 410 089
  
14,52 %
Députés élus 3 Green Arrow Up.svg 1
Angelika-Mlinar-2014.jpg
NEOS - La nouvelle Autriche et le Forum libéral - Angelika Mlinar
Voix 229 781
  
8,14 %
Députés élus 1

Les élections européennes de 2014 ont eu lieu entre le 22 et le 25 mai selon les pays, et le dimanche 25 mai 2014 en Autriche. C'étaient les premières élections depuis l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, qui a renforcé les pouvoirs du Parlement européen et modifié la répartition des sièges entre les différents États-membres. Aussi, les Autrichiens n'ont pas élu 19 députés européens comme en 2009, mais 18 seulement.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2009, les deux partis au pouvoir, le SPÖ et l'ÖVP ont subi de fortes pertes, bien que restant tous les deux en tête du scrutin. Cette perte d'influence de ces deux partis ayant dirigé ensemble le gouvernement autrichien durant de nombreuses années depuis 1945[1], a par ailleurs été confirmée lors des élections législatives en 2013. Dans le même temps, alors que le FPÖ et les Verts ont renforcé leurs positions, deux nouveaux partis ont fait leur entrée au Parlement, Team Stronach et NEOS - La nouvelle Autriche. Ces même élections ont également été marquées par l'effondrement de la BZÖ, qui n'a pas réussi à obtenir de sièges.

De plus, plusieurs changements ont eu lieu au sein de la représentation autrichienne au Parlement européen depuis les élections de 2009. Aussi, Hubert Pirker a, en 2011, remplacé Ernst Strasser impliqué dans un trafic d'influence. Josef Weidenholzer et Heinz Becker, sont quant à eux devenus députés européens à la faveur de la ratification du traité de Lisbonne, qui a accordé deux sièges supplémentaires à l'Autriche. Enfin, trois députés ont quitté le parti, dont ils étaient membres lors de leur élection. Cela est le cas d'Angelika Werthmann et Martin Ehrenhauser, qui ont rendu leur carte de la Liste Martin, et de Ewald Stadler, qui a fait perdre à la BZÖ son seul député européen.

Groupe au PE PPE S&D Verts/ALE NI
Parti ÖVP SPÖ Grüne FPÖ MARTIN sans étiquette

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Les députés européens autrichiens sont élus au scrutin de liste proportionnel, et les sièges sont répartis entre les listes dépassant 5,27% des suffrages exprimés, selon la Méthode d'Hondt[2].

Lors de ces élections, peuvent voter :

  • Les citoyens autrichiens âgés de 16 ans ou plus au jour du scrutin et résidant en Autriche.
  • Les citoyens autrichiens âgés de 16 ans ou plus au jour du scrutin, résidant à l'étranger, et ayant présenté une notification de figurer sur les listes électoralse de la commune autrichienne où ils résidaient auparavant.
  • Les ressortissants de l'UE âgés de 16 ans ou plus, résidant en Autriche, et ayant présenté une notification à être inscrit sur la liste électorale de la commune autrichienne où ils résident.

Campagne[modifier | modifier le code]

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Tête de liste Parti politique européen
SPÖ
Sozialdemokratische Partei Österreichs
Centre-gauche
Social-démocratie, social-libéralisme, progressisme
Eugen Freund[3] PSE
ÖVP
Österreichische Volkspartei
Centre-droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Othmar Karas[4] PPE
FPÖ
Freiheitliche Partei Österreichs
Droite
Nationalisme, conservatisme, populisme
Harald Vilimsky[5] AEL
Les Verts
Die Grünen – Die Grüne Alternative
Centre-gauche
Écologie, progressisme
Ulrike Lunacek[4] PVE
NEOS
Neos – Das Neue Österreich
Centre
libéralisme
Angelika Mlinar[4] ALDE
EA
Europa Anders1
Gauche Martin Ehrenhauser[6] PGE-PPUE
REKOS
Die Reformkonservativen
Droite
Euroscepticisme, conservatisme
Ewald Stadler[7] MELD
BZÖ
Bündnis Zukunft Österreich
Droite
Nationalisme, conservatisme, populisme
Angelika Werthmann[8](2) -
EUSTOP
EU-Austritt, Direkte Demokratie, Neutralität, EU-Stop
Rudolf Pomaroli et Robert Marschall -

(1) Coalition entre le KPÖ, le Parti pirate, le parti "Der Wandel" (le changement)[9] et des indépendants tels que Martin Ehrenhauser[10].

(2) Ulrike Haider-Quercia, fille de Jörg Haider, désignée tête de liste du BZÖ en février, a retiré sa candidature en avril, suite aux critiques adressées par des membres du parti quant à ses positions pro-européennes[11],[12]

La présentation de listes par Team Stronach ne semble pas encore certaine.

En mars 2013, Hans-Peter Martin a annoncé la fin de sa carrière politique, renonçant ainsi à une nouvelle candidature au parlement européen[13].

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondage Market
14 mai 2014
 %
40
30
20
10
0
23 %
(-0,7 %)
22 %
(-8 %)
21 %
(+8,3 %)
16 %
(+6,1 %)
14 %
(+13,3 %)
1 %
(+0,3 %)
1 %
(-3,6 %)
2009

Sondage

Remarques :
e 2009 JuLis
f 2009 KPÖ seul

Voix[modifier | modifier le code]

Institut Date ÖVP SPÖ FPÖ Verts NEOS MARTIN TS BZÖ REKOS EA Autres
Karmasin[14] 08.11.2013 25 22 21 12 8 3 2 1 - PP 2, KPÖ
1, Ehrenhs 1
2
Karmasin[14] 07.12.2013 26 22 22 12 9, JuLis 1 2 1 1 1 - 4
Hajek[14] 12.12.2013 26 20 21 13 10 5 2 - - - 3
Gallup[14] 21.12.2013 24 22 22 13 10 3 2 - - - -
Oekonsult[14] 07.01.2014 23,2 21,7 22,7 15,8 10,8 2,5 2 1,5 - - -
Gallup[14] 11.01.2014 25 23 22 13 12 2 - - 1 - -
Gallup[14] 17.01.2014 24 24 23 13 12 2 - - 1 - -
IFES[14] 26.01.2014 20 24 22 14 12 3 - - - - 5
Gallup[14] 31.01.2014 23 23 22 14 13 1 - - 1 - 3
Meinungsraum.at[14] 07.02.2014 20 24 23 13 13 1 - - - - 6
Gallup[14] 14.02.2014 22 22 23 14 13 1 - - 1 - 3
Karmasin[14] 15.02.2014 22 23 22 14 12 2 - 1 1 - 3
Gallup 01.03.2014 22 22 23 14 13 2 - - 1 - -
Gallup 07.03.2014 22 23 22 14 12 2 1 2 - 1 1
Hajek 13.03.2014 24 25 22 10 12 3 - - 1 - 3
Market 17.03.2014 23 21 22 15 12 - 2 2 - 2 1
Unique Research 22.03.2014 26 23 20 11 13 3 4
Gallup 23.03.2014 24 23 20 15 12 2 4
Gallup 27.03.2014 22 24 21 13 13 - 1 2 1 1 2
Oekonsult 28.03.2014 25 22 21 13 12 - 2 2 1 1 1
Unique Research 04.04.2014 26 23 19 12 14 - 1 2 1 1 2
Gallup 10.04.2014 24 24 19 13 13 - - 1 2 2 2
Unique Research 12.04.2014 26 24 18 13 14 - - 5
Gallup 27.04.2014 23 24 20 13 13 - - 1 1 2 3
Gallup 01.05.2014 24 24 19 13 14 - - 1 1 3 3
Meinungsraum.at 08.05.2014 24 23 21 12 14 - - 1,5 1,5 1,5 -
Unique Research 09.05.2014 25 24 20 12 13 - - 1 2 3 -
Gallup 10.05.2014 24 24 20 13 12 - - 2 1 3 1
Market 14.05.2014 22 23 21 16 14 - - 1 - 1 2

Sièges[modifier | modifier le code]

Institut Date ÖVP SPÖ FPÖ Verts NEOS MARTIN
Market 14/05/2014 4 4 4 3 3 0
Gallup 10/05/2014 5 5 4 2 2 0
Unique Research 09/05/2014 5 5 4 2 2 0
Meinungsraum.at 08/05/2014 5 4 4 2 3 0
Gallup 01/05/2014 5 5 4 2 2 0
Unique Research 22/03/2014 5 5 4 2 2 0
Hajek 03/03/2014 5 5 4 2 2 0
Gallup 07/03/2014 4 5 4 3 2 0
Gallup 07/02/2014 4 5 5 2 2 0
Gallup 31/01/2014 4 5 4 3 3 0
Gallup[15] 27/01/2014 4 5 4 3 2 0
Sièges en 2009
Élections 2009 6 4 2 2 0 3

Thèmes[modifier | modifier le code]

En mars 2014, l'eurodéputé FPÖ sortant, et tête de liste de son parti, Andreas Mölzer, a créé la polémique après la révélation par le journal allemand Süddeutsche Zeitung de propos tenus en un mois auparavant lors d'un événement de son parti. Mölzer a notamment déclaré que que l'UE menaçait de devenir « un conglomérat de nègres, le chaos absolu ». « C'est vraiment ainsi, tous, des Portugais aux Estoniens, des Suédois aux Siciliens... se moquent de nous, les Allemands et les Autrichiens. Nous sommes les seuls qui commencent à travailler à 9 heures et pas seulement à 11 heures » et que comparé à l'UE, « le IIIe Reich était probablement informe et libéral » car il n'avait « pas autant de règles et de régulations ». À la suite de la révélation de ses propos, Mölzer a publié deux communiqués de presse dans lesquels il a fait valoir que « le choix des mots était mauvais » ainsi que le contexte « satirico-ironique » dans lequel ces propos ont été tenus, et le fait qu'il n'avait pas voulu « minimiser [...] le caractère criminel du régime nazi » mais dénoncer « l'absurde acharnement réglementaire de l'UE de manière drastique »[16]. Suite à la polémique suscitée par ses propos, Andreas Mölzer a renoncé à sa position de tête de liste[17].

Résultats[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

Voix  %
Inscrits 6 410 526 100%
Votants 2 909 497 45,39%
Votes nuls 85 936 2,95%
Exprimés 2 823 561 97,05%
Flag of Europe Élections au Parlement Européen de 2014
Parti Voix Sièges Groupe au PE
Nombre  % +/- Nombre +/-
  ÖVP 761 896 26,98 % -3,00 5 - 1 PPE
  SPÖ 680 180 24,09 % +0,35 5 = S&D
  FPÖ 556 835 19,72 % +7,01 4 + 2
  Die Grünen 410 089 14,52 % +4,59 3 + 1 Verts/ALE
NEOS 229 781 8,14 % +7,44[18] 1 + 1 ADLE
EUSTOP 77 897 2,76% N/A 0 N/A
Europa Anders 60 451 2,14% +2,07[19] 0 =
REKOS 33 224 1,18% N/A 0 N/A
BZÖ 13 208 0,47 % -4,13 0 =

Source : Gouvernement autrichien

Analyse[modifier | modifier le code]

La course pour la première place entre le SPÖ, l'ÖVP et le FPÖ telle qu'annoncée par les sondages, n'a au final pas au lieu, l'ÖVP arrivant près de trois points devant le SPÖ, suivi du FPÖ en dessous des 20%, bien qu'en progression de sept point par rapport à 2009.

L'absence de la Liste Hans-Peter Martin, arrivé troisième en 2009, a pour effet qu'aucun des principaux partis politiques autrichiens ne puisse être déclaré comme perdant de ces élections, le seul parti perdant des voix et un siège étant l'ÖVP pourtant arrivé en tête. De la même façon qu'entre les trois plus gros partis, la course annoncée entre Les Verts et NEOS pour la quatrième place n'a pas eu lieu, les premiers devançant les seconds de plus de six points. Les Verts remportent ainsi un troisième siège conformément à leurs attentes, et NEOS fait son entrée au Parlement européen, mais ne remportant qu'un siège, alors qu'il en attendait deux.

Le fait que l'ÖVP soit arrivé en première position du scrutin devrait permettre la reconduite de Johannes Hahn comme membre autrichien de la Commission européenne, conformément aux souhaits d'Angela Merkel[20].

Références[modifier | modifier le code]