Zacharie Astruc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zacharie Astruc
Zacharie Astruc by Félix Bracquemond.jpg
Félix Bracquemond, Portrait de Zacharie Astruc (vers 1865), eau-forte, New York Public Library.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Distinction

Zacharie Astruc né à Angers (Maine-et-Loire) le et mort à Paris le est un critique d’art, poète, peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zacharie Astruc s’intéressa et participa activement à la vie culturelle de la deuxième moitié du XIXe siècle, se posant en partisan d’un renouveau vers une peinture plus moderne. Comme critique et ami, il défendit activement les peintres Édouard Manet, Claude Monet, Henri Fantin-Latour et Alphonse Legros. Il était également un grand spécialiste des arts japonais et se lia durablement avec le peintre Carolus-Duran. Il participa à la Première exposition des peintres impressionnistes à Paris en 1874 et figure sur le célèbre tableau d'Henri Fantin-Latour, Un atelier aux Batignolles (1870, Paris, musée d'Orsay), où il est assis à côté de Manet[1].

Enterré à Paris au cimetière du Montparnasse (22e division), son tombeau est l'œuvre du sculpteur Raymond Sudre[2].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les quatorze stations du Salon, suivies d’un Récit douloureux, préface de George Sand, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859.
  • Les Alhambras, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1908.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, Tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 52.
  • Virginie A. Duzer, « Zacharie Astruc, modèle et personnage au carrefour des arts », in Histoires littéraires, Éd. J. Bogousslavsky, coll. « Le texte et l’image », 2014, pp. 101-111 (en ligne).
  • (en) Sharon Flescher, Zacharie Astruc: Critic, Artist and Japoniste (1833–1907), New York, Garland Publishing, 1978.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Virginie A. Duzer, « Zacharie Astruc, modèle et personnage au carrefour des arts », sur www.academia.edu, (consulté le 6 février 2020).
  2. « Les œuvres de Raymond Sudre, sculpteur », in L'Album catalan, Perpignan, juillet 1910.