Vincent de Moro-Giafferri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vincent de Moro-Giafferri
Fonctions
Parlementaire français
Député de Paris
19461956
Gouvernement IVe République
Groupe politique RRRS
Parlementaire français
Député de la Corse
19191928
Gouvernement IIIe République
Groupe politique PRS
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 77 ans)
Résidence Seine puis Corse

Vincent de Moro-Giafferri, né Xavier Étienne Eugène de Moro-Giafferri dans le 18e arrondissement de Paris le et mort le au Mans, est un avocat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Originaire du village corse de Brando, Vincent de Moro-Giafferri grandit néanmoins dans le quartier de Montmartre. Il est reconnu comme l'un des plus grands avocats français. Étudiant, il est proche des milieux bonapartistes. Rapidement après ses débuts au barreau de Paris, il appelle à la création de « la ligue pour la défense des petits criminels, pour les voleurs à la tire, les cambrioleurs plus ou moins invétérés, les assassins maladroits et solitaires... ». Outre son talent oratoire et littéraire, il se fait connaître pour sa défense des déshérités.

Il défend entre autres Landru, Joseph Caillaux, Eugène Dieudonné accusé d'être de la bande à Bonnot en 1913, le tueur en série Eugène Weidmann, qui sera le dernier condamné à mort à être exécuté en place publique, et le militant communiste bulgare Georgi Mikhailov Dimitrov, l'un des auteurs prétendus de l'incendie du Reichstag de Berlin dans la nuit du 27 au 28 février 1933. À cette occasion, il s'en prend directement au maréchal Hermann Göring qui tente de le faire arrêter par la Gestapo au début de la Seconde Guerre mondiale.

En 1939-1940, il défend Herschel Grynszpan, accusé d'avoir assassiné Ernst vom Rath, un conseiller de l'ambassade d'Allemagne le 7 novembre 1938.

Carrière ministérielle et parlementaire[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

La place de Moro-Giafferi dans le 14e arrondissement de Paris prend son nom en 1971. Au Palais de Justice de Paris, une plaque a par ailleurs été apposée en son honneur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Lanzalavi, Vincent de Moro Giafferri, éd. Albiana, 2011
  • Henri Rossi, D'enceintes judiciaires en arènes politiques c'était le grand Moro ou l'éloquence en marche, éd. EGC, 1999

Lien externe[modifier | modifier le code]