Eugène Weidmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weidmann.
Eugène Weidmann
Tueur en série
Image illustrative de l'article Eugène Weidmann
Information
Naissance
à Francfort en Allemagne
Décès (à 31 ans)
à Versailles (Seine-et-Oise, aujourd'hui dans les Yvelines)
Surnom Le tueur au regard de velours, le monstre de la Voulzie
Cause du décès Décapitation
Condamnation
Sentence Guillotine
Meurtres
Victimes 6
Période -
Pays Drapeau de la France France
Régions Île-de-France
Ville La Celle-Saint-Cloud, Fontainebleau
Arrestation

Eugène Weidmann, en allemand Eugen Weidmann, est né le à Francfort-sur-le-Main[1], et est mort guillotiné, le à Versailles. Surnommé le « tueur au regard de velours », c'est un assassin célèbre des années 1930, le dernier condamné à mort exécuté en place publique en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et premiers crimes[modifier | modifier le code]

Issu d’un milieu petit-bourgeois, il a été élevé par ses grands-parents maternels à Cologne (Allemagne) après que son père se fut trouvé dans l'obligation de quitter le domicile familial pour servir son pays dans l'armée du Kaiser durant la Première Guerre mondiale. Adolescent, il fait un séjour en maison de correction, à Burg Dehrn (Hesse) après avoir volé une montre dans les vestiaires de la piscine. Jeune adulte, il quitte l'Allemagne pour le Canada, où il commet d'autres méfaits, ce qui lui vaut de passer quelque temps en prison avant d'être renvoyé dans son pays natal, en 1931. Prétextant créer une société de taxi, il se fait offrir par ses parents une voiture avec l'intention de faire fortune dans le kidnapping. Il prévoit d'enlever un riche héritier mais la tentative échoue par manque d'organisation : il est très vite arrêté et jugé. Il écopera d'une peine de prison ferme de 5 ans et 8 mois, et terminera sa peine dans le camp de travail de Börgermoor. Dans la prison de Preungesheim, il rencontre deux Français, incarcérés pour trafic de devises : Roger Million et Jean Blanc. Ceux-ci sympathisent avec Weidmann qui est le seul à parler leur langue maternelle. Weidmann est libéré le premier après un passage de trois jours dans les services de la Gestapo de Wiesbaden. Après six mois passés chez ses parents à Francfort sur le Main, il partira les rejoindre à Paris où il arrive le 15 mai 1937. Ayant un casier judiciaire, Weidmann n'avait pourtant, théoriquement, pas le droit de quitter l'Allemagne. Néanmoins, il franchit sans encombre la frontière. La police française cherchera à établir si cela fut fait régulièrement ou clandestinement, et si Weidmann a été missionné ou non par la Gestapo pour éliminer des opposants en France au régime nazi, communistes et juifs[2].

Escalade criminelle[modifier | modifier le code]

Les trois complices, ainsi que la maîtresse de Jean Blanc, Renée Tricot qui se faisait prénommer "Colette" décident de faire des enlèvements à répétition : l'Exposition universelle vient de s'ouvrir, les rues sont pleines de riches badauds étrangers. Weidmann utilise son physique avantageux, son intelligence et sa maîtrise de l'anglais pour raconter autour de lui qu'il s'est fait engager comme interprète à l'exposition, mais il n'y a jamais été embauché. La bande loue également, comme pied-à-terre, sous le faux nom de « Karrer », La Voulzie, une villa à La Celle-Saint-Cloud, pour y séquestrer ses victimes[3].

Les motivations exactes des crimes qui s'ensuivent ne sont pas claires : peur des ravisseurs face à leurs victimes, sadisme de serial killer, obéissance aux ordres nazis – le père de Weidmann était inscrit au parti national-socialiste. Ce dernier point est parfois évoqué comme étant la raison secrète des meurtres de Weidmann mais, à ce jour, il ne repose sur aucun élément avéré. Il semble que la motivation principale soit l'envie d'argent immédiat[4].

Le , la première personne enlevée est la danseuse américaine Jean de Koven, tombée en un regard amoureuse de Weidmann-«Hunter» et qu'il n'a eu aucune peine à emmener chez lui à La Voulzie. Mais après une soirée de discussion, Jean est droguée, puis étranglée. Weidmann enterre son cadavre sous le perron de la villa. Le butin récupéré sur elle comportera notamment 500 Dollars en travellers chèques[5], que "le bel Eugen" dépensera en partie sur les grands boulevards, après avoir appris à imiter la signature de sa victime. Ils tenteront également d'obtenir plus d'argent mais sans y parvenir, en effectuant un chantage auprès d'Ida Sackheim, tante de la jeune Américaine qui l'avait accompagnée à Paris.

Cinq autres personnes seront tuées par Weidmann (aidé par Million), d’une balle dans la nuque, pour des sommes dérisoires. Le 6 septembre, le chauffeur de grande remise Joseph Couffy tombe sous les balles de l'assassin qui lui dérobe 1 400 francs et repart avec sa limousine Vivastella.

Le 4 octobre 1937, Jeannine Keller, femme de chambre divorcée recrutée par une fausse annonce recherchant une dame de compagnie, sera la victime suivante. Weidmann et Million la tuent dans la forêt de Fontainebleau au lieu dit « La Caverne des Brigands », d'un coup de revolver dans la nuque[6]. Son corps sera enterré dans la dite caverne.

Le 16 octobre 1937, Roger Leblond, ancien imprésario recherchant des investisseurs par petite annonce, est assassiné à La Voulzie et son cadavre est emporté dans sa voiture trop facilement reconnaissable dans une rue déserte de Neuilly. Million et Weidmann se partagent ses 5 000 francs.

Le 20 novembre, Fritz Frommer, juif allemand qu'Eugen Weidmann avait connu en prison à Preungesheim, est également assassiné et enterré dans la cave de La Voulzie, de peur qu'il les dénonce.

Enfin, Raymond Lesobre, agent immobilier, est la dernière victime de Weidmann, le . Grâce aux indications de sa secrétaire, les policiers retrouvent dans son bureau la carte de visite déposée par le dernier client avec qui il avait rendez-vous, Arthur Schott (représentant en lingerie). Ce dernier a un alibi solide. Il était en Alsace au moment des faits, mais il leur révèle que son neveu Fritz Frommer, demeurant à Paris, possédait quelques exemplaires de ses cartes de visite. Ce dernier se montrant introuvable, la police recherche un de ses compagnons, un dénommé "Karrer"[2].

Interpellation et procès[modifier | modifier le code]

Début décembre, la police retrouve la trace du nommé Karrer. Le 8 décembre 1937, l'interpellation de Weidmann à La Voulzie (où Jean de Koven sera retrouvée enterrée sous le perron et Frommer dans la cave) est très mouvementée : il blesse les deux inspecteurs de police, Poignant et Bourquin, avant d'être blessé à son tour, l'un des policiers, non armé, ayant utilisé un marteau de tapissier pour l'assommer. La photo de Weidmann la tête enturbannée de bandages restera célèbre et sera commentée par Jean Genet qui la transporte partout avec lui[7], l'écrivain commençant son premier roman Notre-Dame-des-Fleurs par une description de l'assassin : « Son beau visage multiplié par les linotypes s'abattit sur Paris et sur la France, au plus profond des villages perdus, dans les châteaux et les chaumières, révélant aux bourgeois attristés que leur vie quotidienne est frôlée d'assassins enchanteurs, élevés sournoisement jusqu'à leur sommeil qu'ils vont traverser, par quelque escalier d'office qui, complice pour eux, n'a pas grincé. Sous son image, éclataient d'aurore ses crimes : meurtre 1, meurtre 2, meurtre 3 et jusqu'à six, disaient sa gloire secrète et préparaient sa gloire future[8]. »

L'interrogatoire est mené par le commissaire à la Sûreté nationale Marcel Sicot. Weidmann avoue assez rapidement ses crimes mais ne dénonce aucun de ses complices. Ceux-ci se livreront spontanément à la justice quelques jours après l'arrestation de Weidmann. Après plus d'un an d'instruction, en mars 1939, le quatuor comparaît devant la cour d'assises de Seine-et-Oise. La défense de Weidmann est assurée par le grand ténor du Barreau, Maître Vincent de Moro Giafferi. Les psychiatres le qualifient de « dégénéré supérieur »[7]. Le 31 mars, le verdict tombe : indulgent d'un côté (acquittement pour Colette Tricot, 20 mois de prison pour Jean Blanc), sévère de l'autre (la mort pour Million et Weidmann)[5].

Le 16 juin, Roger Million voit sa peine commuée en prison à perpétuité par le président de la République Albert Lebrun[9].

Exécution[modifier | modifier le code]

Weidmann est guillotiné le lendemain, le , place Louis Barthou à l'entrée de la prison de Versailles par le bourreau Jules-Henri Desfourneaux. L'exécution se déroule dans des circonstances très particulières. Une erreur, peut-être délibérée, à moins qu'il ne s'agisse d'un désaccord entre Desfourneaux et le procureur de Versailles au sujet de l'heure – légale ou solaire – de l'exécution, cause un retard de quarante-cinq minutes. Le soleil est déjà bien haut dans le ciel quand Weidmann paraît aux yeux de tous, ce qui permet à des journalistes de prendre la plus importante série de photographies d'une exécution capitale ; celle-ci est également filmée[10]. De plus, la foule qui assiste au « spectacle » parvient à déborder le service d'ordre, et l'histoire raconte que certaines femmes hystériques se précipitent au pied de la guillotine pour tremper leur mouchoir dans le sang du supplicié, ce qui est censé leur apporter la fertilité[11]. Cette version est toutefois contredite, les journaux de l'époque ayant tendance à exagérer les faits. L'acteur anglais Christopher Lee qui, adolescent, assista à l'événement, donne ce détail dans son autobiographie. Weidmann est enterré dans une tombe anonyme du cimetière des Gonards à Versailles, une amie de cœur connue en prison lui évitant la fosse commune en obtenant du procureur une sépulture sans nom[12].

Le gouvernement s'émeut de ces désordres et, le 24 juin, le président du Conseil Édouard Daladier promulgue un décret-loi abolissant les exécutions capitales publiques. Après cette exécution-spectacle, les condamnés à mort furent guillotinés dans l'enceinte des prisons à l'abri des regards de la foule. La mesure fut effective dès l'exécution suivante, celle de Jean Dehaene, le 19 juillet à Saint-Brieuc[5].

C'est ainsi qu'Eugène Weidmann reste dans l'histoire de la justice française comme le dernier guillotiné en public[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvain Larue, Les Grandes Affaires Criminelles de France, Éditions De Borée, , p. 300.
  2. a et b Jacques Pradel, « L'affaire Eugène Weidmann » invité Michel Ferracci-Porri dans L'heure du crime sur RTL, 21 février 2012
  3. (en) Jay Robert Nash, The Great Pictorial History of World Crime, Scarecrow Press, , p. 684.
  4. Christine Mattei, Crimes et criminels … des histoires à perdre la tête, Lulu.com, , p. 218.
  5. a, b, c et d Frédéric Lewino et Qwendoline Dos Santos, « 17 juin 1939 : VIDÉO. Le guillotiné Weidmann est le dernier condamné à perdre la tête en public », sur Le Point.fr,
  6. Philippe Charlier, Seine de crimes, Artège, , p. 87.
  7. a et b Dr Catherine CARRE-ORENGO, Eugen Weidmann vu par une psychiatre
  8. cf. Colette Piquet, « Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour », L’Unebévue no 19, Follement extravagant. Le psychanalyste, un cas de nymphe ?, p. 131-148
  9. Beaux Ténèbres, La Pulsion du Mal d'Eugène Weidmann de M. Ferracci-Porri.
  10. « Execution of Eugen Weidmann », sur youtube.com, .
  11. Antoine Cléry, Les dossiers du crime 7 affaires qui ont marqué l'histoire, Ixelles Editions, , p. 147.
  12. le cimetière des Gonards

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Oubert, Max Roussel, La monstrueuse affaire Weidmann, Paris, Denoël, 1939, 186 p.
  • Stéphane Pizella, Weidmann, le tueur ! Ses crimes, sa vie, ses "amis", Un reportage hallucinant de Stéphane Pizella, Paris, La Technique du livre, 1939, 62 p.
  • C.-A. Dupin, Weidmann, le tueur, Paris, Éditions du Chardon, 1954, 191 p.
  • Marcel Sicot, Servitude et grandeur policières, Productions de Paris, 1959, chap. VIII (« Quarante ans à la sureté »).
  • Renée Jardin Birnie, Le cahier rouge d'Eugène Weidmann, Gallimard, collection « L'air du temps » (n°226), 1968, 256 p.
  • Roger Colombani, L'affaire Weidmann : la sanglante dérive d'un dandy allemand au temps du Front populaire, Paris, Albin Michel, 1989, 320 p.
  • Alphonse Boudard, Les Grands Criminels, Le Pré aux Clercs, 1989, chap. III (« Weidmann ou en attendant Adolphe »).
  • Georges Moréas (conseiller technique) et Bill Waddell (conseiller technique), Dossier meurtre. Enquête sur les grands crimes de notre temps, vol. 50 : Un charme vénéneux. Eugène Weidmann : il était séduisant et charmeur, mais ne pouvait s’empêcher de tuer, Paris, ALP, , 30 p.
  • Philippe Randa, L'affaire Weidmann, Paris, Fleuve noir, collection « Crime story », 1992, 271 p.
  • Michel Ferracci-Porri, Beaux Ténèbres - La Pulsion du Mal d'Eugène Weidmann, Normant Ed.2008, 412 p.

Recherches[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

  • « Eugène Weidmann, Dandy meurtrier » dans Des crimes presque parfaits sur Planète+ CI.
  • « Eugène Weidmann, le tueur au visage d'ange » le 4 juillet 2015 dans Stéphane Bourgoin raconte sur Planète+ Justice.

Chanson[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]