Eugène Dieudonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dieudonné (homonymie).
Eugène Dieudonné
Eugene.Dieudonne2.jpg

Eugène Dieudonné en 1912

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Photos anthropométriques d'Eugène Dieudonné en 1912

Eugène Camille Dieudonné (né le à Nancy, mort le à Eaubonne) est un anarchiste français, accusé à tort d'être membre de la bande à Bonnot, puis innocenté par Albert Londres.

Il fréquente le siège du journal l'anarchie et bien qu'il soit innocenté par ses compagnons Jules Bonnot et Octave Garnier, il est accusé d'avoir participé au braquage de la Société générale de la rue Ordener à Paris en 1912. D'abord condamné à mort, sa peine est commuée en travaux forcés à perpétuité. Envoyé au bagne en Guyane, il réussit à s'évader en 1926 et rejoint le Brésil. Les journalistes Albert Londres et Louis Roubaud réussissent à obtenir sa grâce. Rentré en France, il exerce le métier d'ébéniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il rencontre Jules Bonnot lorsque celui-ci vient au siège de L'Anarchie, journal anarchiste dirigé par Victor Serge, auquel Eugène collabore. Il est arrêté le 29 février 1912, accusé d'être le quatrième homme du braquage de la Société générale de la rue Ordener par le garçon de recettes, principal témoin. Octave Garnier, par voie de presse le 19 mars, essaye de l'innocenter, tout en provoquant les forces de l'ordre. Bonnot dans son testament innocente également Eugène. Dieudonné comparaît le 3 février 1913 avec les rescapés de la bande à Bonnot, devant la cour d'assises de la Seine. Il est condamné à la peine capitale. Après le verdict, Raymond Callemin affirme lui aussi qu'Eugène n'est pour rien dans le braquage. Sa peine est commuée par Raymond Poincaré en travaux forcés à perpétuité.

Il est envoyé au Bagne des Îles du Salut où il occupe son temps comme menuisier ébéniste[1]. Transféré au bagne de Cayenne il s'en évade le 6 décembre 1926. Il est finalement gracié, après les campagnes d'Albert Londres et de Louis Roubaud. Il s'établit alors comme fabricant de meubles dans le Faubourg Saint-Antoine. Il écrit La Vie des forçats préfacée par Albert Londres. En 1934, il collabore au film Autour d'une évasion qui lui est consacré par Jacques-Bernard Brunius, écrivain et cinéaste proche du mouvement surréaliste.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Renaud Thomazo, Mort aux bourgeois ! : sur les traces de la bande à Bonnot, Larousse, coll. « L'Histoire comme un roman », 2007 (ISBN 2035833469) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Albert Londres, L'homme qui s'évada, les éd. de France, Paris, 1928, 240 p.
  • Albert Londres, Adieu Cayenne ! : nouvelle version de « L'homme qui s'évada », les éd. de France, Paris, 1932, 216 p.
  • Albert Londres, L'homme qui s'évada, Arléa, coll. « Arléa-poches », Paris, 1999, 125 p. (ISBN 2-86959-439-9)
  • Albert Londres, L'homme qui s'évada, 10/18, collection dirigée par Christian Bourgois, Paris, 1975, 320 p. (ISBN 2-264-00550-5)
  • Frédéric Lavignette, La bande à Bonnot à travers la presse de l'époque, Fage Editions, 2008, (ISBN 9782849751411)
  • Philippe Blandin, Eugène Dieudonné, Paris, Éditions du Monde Libertaire / Bruxelles, Éditions Alternative libertaire, 2001, (ISBN 2-903013-75-6).
  • Jacky Giraudo & Franck Sénateur, Des assiettes aux Durs, Paris, 2012.
  • Madeleine Leveau-Fernandez, Eugène Dieudonné, un libertaire à la Belle Époque, Paris, Edilivre, 2016, 315 p.

Notices[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Roussenq, L'Enfer du bagne, Libertalia, 2009, page 104.