Antoine Compagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Compagnon.

Antoine Compagnon, né le à Bruxelles, est un écrivain et critique littéraire français.

Spécialiste notamment de Marcel Proust, il mène plusieurs carrières dont celle d'enseignant, de romancier et de critique littéraire. Il est depuis 2006 professeur au Collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Fils du général Jean Compagnon et de Jacqueline Terlinden, Antoine Compagnon a quatre sœurs et un frère.

Il passe son enfance en Tunisie, à Londres, puis à Washington, au gré des affectations de son père[1]. Après la mort précoce de sa mère[1], il achève ses études secondaires au Prytanée national militaire de La Flèche, puis entre à l'École polytechnique (promotion 1970) et devient ingénieur des ponts et chaussées.

À 25 ans, s'étant rendu compte que « construire des ponts n'[était] pas sa passion », il bifurque vers les lettres[1]. Docteur en littérature française en 1977 (sous la direction de Julia Kristeva)[2], il devient docteur d'État ès lettres en 1985 (sous la directive de Jean-Claude Chevalier)[3]. Il se définit comme « un quasi autodidacte en littérature »[1].

Étude de la littérature[modifier | modifier le code]

S'étant « converti à la littérature » par le biais de Roland Barthes (avec qui il dîne une fois par semaine[1], et qui l'évoque par ses initiales dans ses Fragments d'un discours amoureux[4]), il fait ses débuts comme pensionnaire de la Fondation Thiers et attaché de recherche au CNRS en linguistique et littérature françaises (1975-1978).

Après sa première thèse, il enseigne à l’École polytechnique dans le département « Humanités et sciences sociales » (1978-1985), à l'Institut français du Royaume-Uni à Londres (1980-1981), et devient maître de conférences à l'université de Rouen en 1981. En 1985, après sa thèse d'État, il part comme professeur à l'université Columbia à New York, où il sera nommé Blanche W. Knopf Professor of French and Comparative Literature en 1991. En France, il est professeur à l'université du Maine (1989-1990), puis à l'université Paris IV-Sorbonne (1994-2006).

En 2005, il publie son « ouvrage phare », Les Antimodernes[1]. Depuis 2006, il occupe au Collège de France la chaire de « Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie ». Il fait partie, entre 2006 et 2011, du Haut Conseil de l'éducation et, entre 2006 et 2013, du Haut Conseil de la science et de la technologie.

Pendant l'été 2012, il propose une chronique quotidienne sur France Inter sous le titre Un été avec Montaigne accompagnée des lectures du comédien Daniel Mesguich[5]. Cette chronique donnera lieu à la publication d'un ouvrage qui constituera un grand succès de librairie de l'été suivant[6]. Il revient sur cette station dans le cadre de la grille d'été 2014 afin d'assurer une chronique intitulée Un été avec Baudelaire[7].

Il est aussi[Depuis quand ?] président du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.

Prises de position[modifier | modifier le code]

En 2014, ses propos sur la féminisation de l'enseignement (« La féminisation massive de ce métier a achevé de le déclasser, c'est d'ailleurs ce qui est en train de se passer pour la magistrature[8] ») lui ont valu de vives réactions dans les médias[9]'[4],[10]. Il s'en est expliqué peu après[11],[4].

En , il signe le « manifeste contre le nouvel antisémitisme » paru dans Le Parisien[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu une bourse Guggenheim en 1988 et le prix Claude Lévi-Strauss de l'Académie des sciences morales et politiques en 2011.

Il est docteur honoris causa du King's College de Londres, en 2010, de HEC Paris en 2012 et de l'Université de Liège en 2013.

Il est membre (fellow) de l'Académie américaine des arts et des sciences (1997), de l'Academia Europaea (2006), correspondant (corresponding fellow) de la British Academy (2009).

Candidat à l'Académie française au fauteuil de Pierre-Jean Rémy (élection du 13 juin 2013)[13],[14], il obtient dix puis sept voix ; c'est Xavier Darcos[15] qui est élu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

  • Le Deuil antérieur, roman, Seuil, coll. Fiction et Cie, 1979.
  • Ferragosto, récit, Flammarion, 1985
  • La Classe de rhéto, Gallimard, 2012 ; Folio, 2014.
  • L’Âge des lettres, Gallimard, 2015.

Essais[modifier | modifier le code]

  • La Seconde Main ou le travail de la citation, Seuil, 1979.
  • Nous, Michel de Montaigne, Seuil, 1980.
  • La Troisième République des Lettres, Seuil, 1983.
  • Proust entre deux siècles, Seuil, 1989, rééd. 2013.
  • Les Cinq Paradoxes de la modernité, Seuil, 1990.
  • Chat en poche : Montaigne et l’allégorie, Seuil, 1993.
  • Connaissez-vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis, Seuil, 1997.
  • Le Démon de la théorie, Seuil, 1998.
  • Baudelaire devant l’innombrable, PUPS, 2003.
  • Les Antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Gallimard, 2005, prix Pierre-Georges Castex de l'Académie des sciences morales et politiques, prix de la critique de l'Académie française.
  • La Littérature, pour quoi faire ? Collège de France / Fayard, 2007.
  • Le Cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l'indignité nationale, Gallimard, coll. « La Suite des temps », 2009.
  • Un été avec Montaigne, France Inter / Éditions des Équateurs, 2013 (ISBN 978-2849902448)
  • Une question de discipline, entretiens avec Jean-Baptiste Amadieu, Flammarion, 2013.
  • Baudelaire l'irréductible, Flammarion, 2014.
  • Un été avec Baudelaire, France Inter / Éditions des Équateurs, 2015.
  • Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche, avec Pierre Corvol et John Scheid, Gallimard, 2015.
  • Petits Spleens numériques, Éditions des Équateurs, 2015.
  • Hommage à Georges Blin, Collège de France, 2015.
  • Les chiffonniers de Paris; Paris (Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires), 2017.

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • De l'autorité. Colloque annuel du Collège de France, Odile Jacob, 2008.
  • Proust : la mémoire et la littérature, Odile Jacob, 2009.
  • Morales de Proust, en collaboration avec Mariolina Bertini, Cahiers de Littérature française, no 9-10, 2010.
  • 1966, annus mirabilis. Actes du séminaire donné au Collège de France, Fabula LhT, no 11, 2013 et Acta fabula, vol. 14, no 9, 2013.
  • Swann le centenaire, en collaboration avec Kazuyoshi Yoshikawa et Matthieu Vernet, Hermann, 2013.

Antoine Compagnon a édité Du côté de chez Swann dans la collection « Folio » (Gallimard, 1988), Sodome et Gomorrhe dans la « Pléiade » et « Folio » (Gallimard, 1988 et 1989), ainsi que les Carnets de Proust (Gallimard, 2002), Réflexions sur la politique (Laffont, « Bouquins », 2007) et Réflexions sur la littérature (Gallimard, « Quarto », 2007) d'Albert Thibaudet, La Grande Guerre des écrivains (Gallimard, « Folio », 2014).

Il est membre des comités de rédaction de Critique, The Romanic Review, Bulletin de la Société des amis de Montaigne, The French Review, Études françaises, Genesis, Technè, L'Année Baudelaire, Revue d'histoire littéraire de la France, Les Cahiers du judaïsme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Pierre de Gasquet, « Antoine Compagnon, le boxeur des lettres », sur lesechos.fr, .
  2. http://www.sudoc.fr/008694877.
  3. http://www.sudoc.fr/041139844.
  4. a, b et c Juliette Cerf, « Antoine Compagnon, star discrète des amphis », sur telerama.fr, Télérama, 1er et 3 mars 2014 (consulté le 20 janvier 2015).
  5. « La page de la chronique sur le site de France Inter »
  6. Thierry Clermont, « Montaigne sur toutes les plages », Le Figaro, 10 août 2013, p. 14.
  7. « La chronique sur le site de la station »
  8. Entretien avec Marie-Estelle Pech, « Professeur, un métier sans évolution », sur lefigaro.fr, Le Figaro, 6 et 7 janvier 2014 (consulté le 20 janvier 2015).
  9. Monsieur Samovar, « Antoine Compagnon, meilleur ami de Montaigne mais pas des femmes », sur rue89.com, Rue89, (consulté le 13 janvier 2017).
  10. Carole Boinet, « Antoine Compagnon tient des propos sexistes : une blogueuse féministe lui répond », sur lesinrocks.com, Les Inrockuptibles, (consulté le 20 janvier 2015).
  11. Edouard Launet, « Antoine Compagnon, chaire à canon », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 20 janvier 2015).
  12. « Manifeste contre le nouvel antisémitisme », sur leparisien.fr, .
  13. Site de l'Académie française.
  14. « Antoine Compagnon candidat à l'Académie française », sur lefigaro.fr, Le Figaro, .
  15. Site de l'Académie française.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :