Troistorrents

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Troistorrents
Troistorrents
Troistorrents en vu depuis le sud-ouest.
Blason de Troistorrents
Blason
Drapeau de Troistorrents
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Valais Valais
District Monthey
Localité(s) Chemex, Chenarlier, Croix-du-Nant, Morgins, Propéraz, Vers-Ensier
Présidente Corinne Cipolla-Mariaux (PDC)
NPA 1872 Troistorrents
1875 Morgins
No OFS 6156
Démographie
Gentilé Chorgue
Population
permanente
4 806 hab. (31 décembre 2020)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 44″ nord, 6° 55′ 02″ est
Altitude 765 m
Superficie 36,98 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Troistorrents
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Troistorrents
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
Voir sur la carte administrative du canton du Valais
City locator 14.svg
Troistorrents
Liens
Site web www.troistorrents.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Troistorrents est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Monthey. Elle occupe une partie du val d'Illiez et la plus grande partie du val de Morgins. Troistorrents, village chef-lieu, est situé à 765 m d'altitude. On peut s'y rendre par route ou en prenant le train de l'AOMC en gare de Monthey.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Troistorrents fait partie du district de Monthey, dans le canton du Valais[3]. Situé dans le val d'Illiez, le village de Troistorrents se trouve à 5,5 kilomètres de Monthey, 53,7 kilomètres de Sion et 27,9 kilomètres de Montreux[4].

La commune comprend les villages de Troistorrents et Morgins ainsi que les hameaux de Chemex, Chenarlier, Croix-du-Nant, Propéraz et Vers-Ensier[3],[5].

Topographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique le territoire communal de Troistorrents s'étend sur 36,98 km2[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Troistorrents
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −5,5 −4,4 −1,6 1,7 5,5 8,7 10,6 10,1 8 3,9 −0,3 −3,9
Température moyenne (°C) −2 −0,6 2,9 6,5 10,7 14,2 16,3 15,6 13 8,1 3,1 −0,8
Température maximale moyenne (°C) 1,6 3,2 7,5 11,4 15,9 19,7 22 21,1 18 12,4 6,5 2,4
Précipitations (mm) 90 87 78 71 86 94 82 100 85 77 95 96
Source : climate-data.org[6]


Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Troistorrents est connu sous plusieurs noms durant son histoire. Le premier nom connu est « Trestorren » ou « Tretorren » en 1263, suivi par « homines de Trestorrentibus » en 1283, « Trestorrent » en 1352, « 3torrens » en 1412 puis enfin « Troistorrens » en 1505. Le nom vient du latin « Trans Torrentium », qui signifie « au-delà du torrent »[7].

Une fausse réinterprétation datant de 1283 et 1286 a donné comme nom latin « Tribustorrentibus », signifiant « des trois torrents », ce qui a probablement amené à la croyance selon laquelle le nom « Troistorrents » aurait comme origine la présence de trois torrents sur le territoire communal[7],[8].

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population de Troistorrents entre 1850 et 2020[9],[1]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Troistorrents présente plusieurs sites touristiques intéressants. Les fours à pains de Collaire (1610) et de Propéraz (1663), le site des Vieux Moulins de la Tine[10], l'église Sainte-Marie-Madeleine, construite en 1702, le chemin pédestre du Pont du Diable qui relie le village de Troistorrents à Chenarlier, hameau de la rive droite de la Vièze, et la Chapelle de Chemex dédiée aux Rois Mages (classée bien culturel valaisan).

Le village de Morgins (1350 m), station de sports d'hiver, fait partie du domaine international de ski des Portes du Soleil.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Troistorrents Blason
D’azur à trois sapins de sinople fûtés au naturel, plantés sur trois monts du même entre lesquels coulent deux ruisseaux en pal d’argent se jetant dans un troisième de fasce du même, le mont du milieu chargé d’une femme assise, vêtue de gueules et tenant sur ses genoux son enfant habillé d’argent et semant des grains d’or[11].
Détails
Les armoiries de Troistorrents apparaissent pour la première fois en 1742. Les trois cours d'eau représentent le torrent de Fayot et la Vièze de Morgins qui se jettent dans la Vièze. Les trois monts symbolisent trois sommets qui surplombent Troistorrents : la pointe de Bellevue, Savolaire, et la pointe de l'Au. Les trois sapins sont communs à toutes les communes du val d'Illiez. La femme et l'enfant évoquent la légende de l'invasion des Sarrasins, qui auraient été aveuglés par des cendres jetées par les femmes et enfants du village. Le costume rouge de la femme est un habit traditionnel local de la fin du XVIIIe siècle[11].
Les armoiries de la commune sont approuvées par le canton du Valais[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2020 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a et b « Le mot du Président : Commune de Troistorrents », sur www.troistorrents.ch (consulté le )
  4. Distances calculées sur Via Michelin.
  5. « Commune de Troistorrents - page d'accueil », sur www.troistorrents.ch (consulté le )
  6. « Climat Troistorrents: Pluviométrie et Température moyenne Troistorrents, diagramme ombrothermique pour Troistorrents - Climate-Data.org », sur fr.climate-data.org (consulté le )
  7. a et b « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch (consulté le )
  8. Patrick Elsig, Les Monuments d’art et d’histoire du canton du Valais : Le district de Monthey, (ISBN 978-3-03797-179-6), p. 378-379
  9. Office fédéral de la statistique, « Evolution de la population des communes 1850-2000 - Recensement fédéral de la population 2000 », sur Office fédéral de la statistique, (consulté le ).
  10. Les Vieux Moulins de la Tine.
  11. a et b Les armoiries de la commune, www.troistorrents.ch, consulté le 27 mars 2020
  12. Loi sur les communes, vs.ch, consulté le 27 mars 2020

Sur les autres projets Wikimedia :