Transport collectif en site propre de Martinique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Transport collectif en site propre de Martinique
TCSP arrivant au terminus de Fort-de-France – Almadies.
TCSP arrivant au terminus de Fort-de-France – Almadies.

Réseau Mozaïk
Ouverture 13 août 2018
Terminus Almadies Bô Kannal
Carrère
Mahault"
Exploitant Caraïbus
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Van Hool ExquiCity 24
Dépôt d’attache Lareinty
Longueur 13,9 km
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Schéma de la ligne
uSTR+l uBHFq uSTR+r
Almadies Bô Kannal
uSTRf uSTRg
uSTRl uABZ+lr uSTRr
BOOT uBHF
Pointe Simon
uSTR+l uABZlr uSTR+r
uSTRf uBHF(L)g
Félix Éboué
uBHF(R)f uSTRg
Caraïbes
uSTRf uBHF(L)g
François Mitterrand
uSTRl uABZ+lr uSTRr
uHST
Maurice Bishop
uHST
Croisée Manioc
uHST
Kerlys
uSTR+l uABZlr uSTR+r
uSTRf RA+l uSKRZ-Au RACONTfq
uSTRf RA uBHF(L)g
Morne Calebasse
uBHF(R)f RA uSTRg
Dillon
uBHF(R)f RA uBHF(L)g
Chateauboeuf
uBHF(R)f RA uBHF(L)g
Californie
uBHF(R)f RA uBHF(L)g
Acajou
uBHF(R)f RA uSTRg
Mangles
uABZgl uSKRZ-Auq uKRZol uKBHFeq
Mahault
uBHF(R)f RA uBHF(L)g
Lézarde
uABZg+l uSKRZ-Aoq uSTRr
FLUG uHST RA
Aéroport
uSTRl uSKRZ-Aoq uSTRq uKBHFeq
Carrère
RACONTf

Le Transport collectif en site propre (TCSP) de Martinique est une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) mise en exploitation commerciale le entre Fort-de-France et Le Lamentin[1].

Il a pour objectif de décongestionner Fort-de-France et le sud de l’agglomération (Aéroport international et Le Lamentin)[2] en permettant et en favorisant les déplacements sans voiture. D'une longueur de 13,9 km, il comporte 18 stations. Ses terminus sont pensés comme des pôles d'échange multimodaux, avec des correspondances bus et des parkings relais. Une autre ligne, vers Schœlcher au nord, est aussi prévue, ainsi que, dans un deuxième temps, une ligne vers Le Robert à l'est[2],[3].

Un partenariat public-privé (PPP) entre le Conseil régional de la Martinique (via le SMTCSP) et le groupe Vinci a été signé le 21 novembre 2013 pour une durée de 22 ans et une valeur de près de 100 millions d'euros[4]. Les bus sont 14 Van Hool ExquiCity hybrides de 24 mètres de long.

Origines du projet[modifier | modifier le code]

En réponse à la saturation du réseau routier, les collectivités locales envisagent la création d'un transport en commun en site propre dans l'agglomération foyalaise dès les années 1990. Le est créé le Syndicat Mixte du Transport en Commun en Site Propre (SMTCSP) pour assurer la maîtrise d'ouvrage de ce projet. En 2003 est adopté le projet de création de deux lignes entre Fort-de-France et Le Lamentin pour une mise en service envisagée en 2011[5].

Financement[modifier | modifier le code]

Le volume total d'investissement estimé est de 380 millions d'euros (dont 254,5 millions d'euros de financements Région Martinique et 87,5 millions d'euros de fonds européens (FEDER)) sur la période 2003-2015, dont plus de 200 millions d'euros de travaux à réaliser de 2013 à 2015 :

  • 93 millions d'euros (Partenariat public-privé) : centre de maintenance, pôles d'échanges de Carrère et de Mahault, traversée de l'Aéroport international Martinique Aimé Césaire, les 18 stations TCSP, l'acquisition des 14 BHNS, des systèmes électroniques et informatiques.
  • 40 millions d'euros (Région Martinique) : franchissement de Gaigneron au Lamentin, avec création de deux ponts 2x2 voies de 80 mètres de long.
  • 34,7 millions d'euros (Région Martinique) : réaménagement de l'Avenue Maurice Bishop à Fort-de-France, avec élargissement de la chaussée (de 16 à 32 mètres), expropriations, dévoiement des réseaux (eau, assainissement, télécoms, etc.), création (en axial) de deux voies TCSP (site propre), réalisation de giratoires.
  • 29,6 millions d'euros (Région Martinique): réaménagement de l'échangeur de la Pointe des Sables au Lamentin, avec création de deux tunnels au Sud et de trois viaducs aériens au Nord (dont un viaduc TCSP de 210 mètres de long).
  • 12,5 millions d'euros (Région Martinique) : réaménagement de certaines zones du centre-ville de Fort-de-France, avec notamment une profonde réorganisation du front de mer (suppressions de parkings, élargissement de trottoirs, création de giratoires et de voies dédiées au TCSP, modification des entrées/sorties de la Gare multimodale de la Pointe Simon.
  • 6,9 millions d'euros (Région Martinique) : mise à trois voies de la section "Echangeur de Carrère à Echangeur de l'Aéroport", au Lamentin.
  • 5,2 millions d'euros (Région Martinique) : réaménagement de l'échangeur de Dillon, à Fort-de-France.
  • 3,8 millions d'euros (Région Martinique) : réaménagement de l'échangeur de la Lézarde, au Lamentin.

Historique des travaux et la mise en service[modifier | modifier le code]

En décembre 2004 sont terminés les travaux de la première phase relatifs à l’élargissement de l'autoroute A1 et de la RN1[6].

En novembre 2013, alors que les travaux sont très en retard au point qu'il y a un risque de retrait des fonds européens, le Conseil régional de la Martinique signe via le Syndicat Mixte du Transport en Commun en Site Propre (SMTCSP) un partenariat public-privé (PPP) avec la société Caraïbus, filiale du groupe Vinci afin de terminer le chantier avant la fin 2015[7] et les élections territoriales.

La mise en service était initialement prévue pour décembre 2015. Repoussée une première fois à mars 2016, elle l'est une seconde fois en septembre 2016, puis une troisième fois en juin 2017.

En février 2017, il est annoncé que la mise en service aurait lieu en juin 2017[8] après des essais. Le , devant l'ultimatum que l'Union Européenne avait mis aux différents acteurs en menaçant de récupérer son investissement de 80 millions d'euros, la marche à blanc a commencé[9]. Elle se poursuit chaque jour de la semaine, à raison de 4 véhicules quotidiens.

La nouvelle majorité au sein de l'Assemblée de Martinique dissout le SMTCSP en juillet 2017 alors que le TCSP n'est toujours pas en service[10]. Dans le même temps Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil éxécutif de Martinique, refuse de payer Vinci et sa filiale Caraïbus et menace de dénoncer le PPP signé par la précédente majorité[11].

En août 2017, la marche à blanc est terminée. Les bus roulent au centre de maintenance[12].

Début janvier 2018, les reports successifs de mise en service du TCSP font l'objet d'un billet critique dans Le Canard enchaîné qui précise que la Commission européenne donne au préfet de Martinique pour ultime délai la fin janvier pour la mise en service[13]. Quelques jours après, Louis Boutrin du Conseil exécutif de Martinique s'engage pour une mise en service le 15 janvier, puis à la fin du mois de janvier sans parvernir à tenir cet engagement[14].

Fin juin 2018, une nouvelle marche à blanc est lancée en vue de la future mise en exploitation avec une augmentation des tarifs et une baisse de la fréquence et de l'amplitude horaire par rapport au projet initial[15]. Après une nouvelle série d'annonces non tenues, le président de Martinique Transport, Alfred Marie-Jeanne, annonce qu'un accord a été trouvé pour payer une année de marche à blanc et, pour la première fois fin juillet, une date pour le lancement commercial du TCSP : le [16].

Tracé[modifier | modifier le code]

Station terminus Almadies-Bô Kannal.
Borne d'information voyageurs du TCSP en test.
Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur OpenStreetMap (aide), Google Maps (aide), Bing Maps (aide) (carte limitée à 200 lieux) ou télécharger au format KML (aide).

Le bus à haut niveau de service relie la Pointe Simon (Fort-de-France) à Carrère (Le Lamentin)[17]

Stations Communes desservies Coordonnées Correspondances[18]
  Almadies Bô Kannal Fort-de-France 14° 36′ 11″ N, 61° 04′ 21″ O
  Félix Éboué Fort-de-France
  Charles de Gaulle Fort-de-France 14° 36′ 11″ N, 61° 04′ 21″ O
  Fruitières Fort-de-France
  Parnasse Fort-de-France
  Croisée Manioc Fort-de-France 14° 36′ 54″ N, 61° 03′ 43″ O
  Kerlys Fort-de-France 14° 36′ 49″ N, 61° 03′ 08″ O
  Centre commercial Fort-de-France 14° 36′ 55″ N, 61° 03′ 00″ O
  Quartier Dillon Fort-de-France 14° 36′ 54″ N, 61° 02′ 46″ O
  Arawaks Fort-de-France 14° 36′ 59″ N, 61° 02′ 35″ O
  Californie Le Lamentin 14° 37′ 05″ N, 61° 01′ 48″ O
  Acajou Le Lamentin 14° 37′ 06″ N, 61° 01′ 28″ O
  Mangles Le Lamentin 14° 37′ 07″ N, 61° 01′ 19″ O
  La Lézarde Le Lamentin 14° 36′ 33″ N, 61° 00′ 20″ O
  Aéroport Aimé Césaire Le Lamentin 14° 35′ 44″ N, 60° 59′ 58″ O
  Carrère Le Lamentin 14° 35′ 22″ N, 60° 59′ 33″ O

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « C'est parti pour les BHNS du TCSP entre le Lamentin et Fort-de-France ! », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  2. a et b revues.org, Les enjeux territoriaux du TCSP de la Martinique
  3. Les enjeux territoriaux du TCSP de la Martinique - Journal openedition / Revue Géographique de l'Est - octobre 2012
  4. « VINCI signe le contrat de partenariat du Transport Collectif en Site Propre de la Martinique », sur Vinci,
  5. Les enjeux territoriaux du TCSP de la Martinique Colette Ranély Vergé-Dépré, « Les enjeux territoriaux du TCSP de la Martinique », Revue Géographique de l'Est [En ligne, vol. 52 / 1-2 | 2012, mis en ligne le 16 octobre 2012, consulté le 23 juin 2018]
  6. « Le conseil régional de la Martinique a terminé, pour 6,3 millions d'euros, l'élargissement de l'autoroute A1 et de la RN1, entre l'échangeur du Dillon (Fort-de-France) et la place Mahault (Lamentin)«  LeMoniteur - 24 décembre 2004
  7. « TCSP : Une phase décisive est entamée », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  8. « Test grandeur nature pour le TCSP », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  9. Joseph Nodin, « TCSP : les bus sortent enfin du hangar ! », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  10. Alain Livori et Jean-Claude Samyde, « Le TCSP prend une nouvelle voie », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  11. Jean-Marc Pulvar, « L'avenir du TCSP menacé par un conflit financier entre la CTM et Vinci », RCI,‎ (lire en ligne)
  12. Constance Daire, « Couacs administratifs : en Martinique, des bus flambant neufs… qui ne démarrent pas ! », Capital,‎ (lire en ligne)
  13. Anne-Sophie Breleur, « TCSP : « les bus fantômes de la Martinique », épinglés par Le Canard enchaîné », Mediaphore,‎ (lire en ligne)
  14. Peggy Pinel-Fereol, « Début du TCSP d'ici à la fin janvier ? », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  15. « Les bus sont à l'essai avant une mise en service...dès la prochaine rentrée des classes », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  16. Guy Etienne et Peggy Pinel-Féréol, « Les bus du TCSP attendent les premiers passagers le 13 août 2018 », Martinique La Première,‎ (lire en ligne)
  17. TCSP : En 2015 les martiniquais prendront le Bus à Haut Niveau de Service
  18. Pour alléger le tableau, seules les correspondances avec les transports guidés (métros, trains, tramways...) et les correspondances en étroite relation avec la ligne sont données. Les autres correspondances, notamment les lignes de bus, sont reprises dans les articles de chaque gare.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]