Genouillac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Genouillac.

Genouillac
Genouillac (Charente)
Mairie de Genouillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Bonnieure
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jacques Mursac
2019-2020
Code postal 16270
Code commune 16149
Démographie
Gentilé Genouillacois
Population 612 hab. (2016 en diminution de 2,08 % par rapport à 2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 13″ nord, 0° 34′ 19″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 267 m
Superficie 14,59 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Terres-de-Haute-Charente
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Genouillac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Genouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Genouillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Genouillac

Genouillac (Janolhac en limousin, dialecte occitan) est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine). Depuis le , elle est une commune déléguée de Terres-de-Haute-Charente.

Ses habitants sont les Genouillacois et les Genouillacoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Genouillac est une commune de la Charente limousine située à 39 km au nord-est d'Angoulême.

Elle appartient au canton de Saint-Claud, et se trouve au sud de la route nationale 141 d'Angoulême à Limoges. Elle est à 9 km au sud-est de Saint-Claud, 4 km au sud-ouest de Roumazières-Loubert, 10 km au nord-est de Chasseneuil, 9 km au nord de Montembœuf et 20 km de Confolens[2].

La commune est traversée par la D 86 qui passe dans le bourg, et qui va de Fontafie (Nieuil) à Lésignac-Durand au sud-est. La D 16, route de Montmoreau à Confolens par Montbron, Montembœuf et La Péruse, passe perpendiculairement à 2 km au sud du bourg[3].

La commune est aussi bordée au nord par la voie ferrée Angoulême-Limoges. La gare la plus proche est celle de Roumazières-Loubert, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg de Genouillac est assez petit et la commune est composée de nombreux hameaux.

Le village ouvrier de Fontafie est né à partir de la route nationale, la voie ferrée et la tuilerie. Ce hameau est en partie sur la commune de Nieuil (toute la partie le long de la nationale) et possède un arrêt sur la voie ferrée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Genouillac[3]
Nieuil Roumazières-Loubert
(Terres-de-Haute-Charente)
Suaux Genouillac Suris
(Terres-de-Haute-Charente)
Mazières
(Terres-de-Haute-Charente)
Cherves-Châtelars Lésignac-Durand

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, une grande partie de la commune est dans le Massif central, au sud-est du bourg inclus. La partie nord a un sol tertiaire recouvrant le calcaire du Bassin aquitain, composé surtout d'argile rouge[4],[5],[6], ce qui a contribué à l'implantation de la tuilerie Perrusson et l'agglomération ouvrière de Fontafie.

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief est celui d'un plateau légèrement incliné vers l'ouest d'une altitude moyenne de 210 m, avec la Bonnieure formant une vallée relativement profonde au centre. Le point culminant de la commune est situé sur la limite sud-est à Bellevue, à 267 m d'altitude. Le point le plus bas est à l'ouest le long de la Bonnieure, 154 m. Le bourg s'étage entre 190 et 220 m sur le versant nord de la vallée de la Bonnieure[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Bonnieure qui passe au pied du bourg, et qui prend sa source dans la commune voisine de Roumazières. De nombreux ruisseaux y affluent, comme celui du Mesnieux, ou celui de Roche en limite avec Mazières[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Article connexe : Climat de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est assez boisée. Le reste est occupé par des prés où il se fait de l'élevage, principalement de la vache limousine, à robe rouge. Il y a très peu d'agriculture, car la terre est ingrate.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme Genoliaco en 1281[7].

L'origine du nom de Genouillac remonterait à un personnage gallo-romain Gennulius, issu du gaulois Gennos, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Genolliacum, « domaine de Gennulius »[8],[Note 1].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[9]. Elle s'écrit Janolhac en occitan[10],[Note 2].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne voie romaine de Saintes à Lyon passait au sud de la commune près de la Pouyerie[11].

En 1875 la voie ferrée d'Angoulême à Limoges est mise en service.

La tuilerie Perrusson[modifier | modifier le code]

En 1880 Jean-Marie Perrusson crée à Fontafie la tuilerie Perrusson, peu après l'arrivée du chemin de fer. En 1900, le patron devient Dominique Audoin, maire de la commune, qui laisse la place à son fils Jean en 1937. En 1957, Philippe Audoin reprend la direction.

En 1963, la Grande tuilerie mécanique Perrusson (GTMP) s'associe avec les Grandes tuileries et briqueteries (GTB, de Guy Rohmer) à Loubert et devient d'abord la Sodima, puis la Céramique du Midi Perrusson-Rohmer (CMPR) en 1968. La production en 1972 était de 600 000 t[12].

En 1988 la production est transférée à l'unité de Loubert et l'usine de Fontafie est fermée[13].

Article connexe : Fontafie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , elle fusionne avec Mazières, Péruse, Roumazières-Loubert et Suris pour former la commune nouvelle de Terres-de-Haute-Charente dont la création est actée par un arrêté préfectoral du [14].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1995 En cours Jacques Marsac LR Retraité consultant en gestion
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de Haute-Charente qui regroupe 35 communes et dont le siège est à Roumazières.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2016, la commune comptait 612 habitants[Note 3], en diminution de 2,08 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
869750818911850908900910881
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
834787757813827971865886876
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
9571 016899975952943788843914
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
900863715574575568595609612
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Genouillac en 2007 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
1,7 
12,3 
75 à 89 ans
11,2 
11,3 
60 à 74 ans
18,0 
24,0 
45 à 59 ans
19,0 
18,0 
30 à 44 ans
16,9 
15,7 
15 à 29 ans
15,3 
18,0 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Genouillac a connu sa plus forte population entre 1900 et 1980 grâce à l'activité de la tuilerie de Fontafie.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Un élevage de visons, situé à Beauregard près de Fontafie depuis les années 1980. La société actuelle Visons de Beauregard (SARL) est née en 1995, et comptait 11 employés en 2007[21].
  • Une usine de fabrication d'agglomérés en béton[22].
  • Une carrière de diorite au sud de la commune, à Puybarraud (carrières Garandeau)[23].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoles et le monument aux morts en 1930

La commune dispose d'une école primaire, située entre Fontafie et le bourg. Elle comporte cinq classes et accueille les enfants de la maternelle au CM2. Le secteur du collège est Roumazières-Loubert[24].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Genouillac

L'église paroissiale Saint-Martial est un édifice roman du XIIe siècle (nef), mais le chœur a été refait au XVe siècle[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme Génolhac (Gard), Genouillac (Creuse), Genouillé (Charente-Maritime, Vienne), Genouilly (Cher, Saône-et-Loire), Genouilleux (Ain), Ginouillac (Lot).
  2. La prononciation est la même qu'en français.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 12 décembre 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 31
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 316.
  9. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  10. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 12 décembre 2014)
  11. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 159
  12. « Tuilerie CMPR de Fontafie », notice no IA00066279, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. charente.free.fr, « Fontafie, terre d'histoire et d'argile », Catillus Carol Corp., (consulté le 6 novembre 2009)
  14. Marie Lajus, « Arrêté portant création de la commune nouvelle Terres-de-Haute-Charente par fusion des communes de Genouillac, Mazières, La Péruse, Roumazières-Loubert et Suris », Recueil des actes administratifs spécial n°16-2018-043,‎ , p. 18-20 (lire en ligne)
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. « Evolution et structure de la population à Genouillac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  21. [PDF] La Charente Libre
  22. « Usine Fontafie Béton », notice no IA00066280, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Béatrice Soucaret, « Carrières Garandeau », (consulté le 6 novembre 2009)
  24. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 28 février 2013)
  25. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 186

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]