Soulomès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soulomès
Soulomès
L'église Sainte-Marie-Madeleine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Gourdon
Canton Causse et Vallées
Intercommunalité Communauté de communes du Causse de Labastide-Murat
Maire
Mandat
Christian Pons[1]
2014-2020
Code postal 46240
Code commune 46310
Démographie
Population
municipale
115 hab. (2015 en diminution de 4,17 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 01″ nord, 1° 35′ 41″ est
Altitude Min. 271 m
Max. 450 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soulomès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soulomès

Soulomès est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur une crête (altitude 434 mètres au niveau de l'église), la commune est l'un des points culminants du Causse central.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Soulomès[2]
Cœur de Causse
Soulomès[2] Caniac-du-Causse
Les Pechs du Vers

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Soulomès serait peut-être basé sur les mots sol et òme qui signifieraient qu'il ne restait qu'un seul habitant après la guerre de Cent Ans ou sur Soulomies qui indiquerait que ce lieu était au centre des terres des templiers[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1160, l'Ordre du Temple y implanta une commanderie dont on peut voir quelques vestiges attenant à l'église (mais ils ont été remaniés au XIXe siècle). Les vestiges anciens sont visibles à l'intérieur (c'est une habitation privée). Une porte permet la communication directe entre l'église et l'ancienne commanderie.

La métairie de Lolmède était une dépendance de cette commanderie, qui a été par la suite remaniée au XVIIIe siècle (tour d'escalier en vis rasée, construction d'un escalier droit, suppression des fenêtres à meneaux et mise en place de fenêtres à linteaux cintrés au goût du jour, etc.). La date 1787, effacée par l'érosion, est inscrite sur le linteau au-dessus de la porte d'entrée.

De l'époque médiévale subsistent les latrines (face nord de la maison), des traces d'ouvertures murées datant de l'ancien escalier à vis. Les fondations de la tour d'escalier subsistent dans le sol devant l'entrée de la maison.

N.B.: Cette demeure remarquable fut celle du maire Jean-Baptiste Lalo (maire de 1871 à 1915!) qui y fit bâtir une immense grange voûtée couverture par une toiture en ardoises, pas de style régional mais de style bavarois.Les incendies puis l'abandon firent peu à peu tomber l'édifice en ruines.

En 1995, des travaux d'électrification du village de Soulomès mirent au jour une nécropole du IXe siècle regroupant une vingtaine de sarcophages (un sarcophage double est exposé dans l'église).

Un cimetière jouxtait l'église jusqu'au XIXe siècle[4].

Soulomès et Saint-Sauveur-la-Vallée formaient initialement une seule et même commune mais furent séparées en 1865, Saint-Sauveur-la-Vallée ayant choisi d'avoir sa propre école en raison de la distance qui empêchait de nombreux enfants de se rendre à celle de Soulomès[5].

De l'ancienne seigneurie de Nougayrols subsistent des restes du château médiéval (sur une petite route menant à Saint-Sauveur) et les armes de la famille de Nougayrols sculptées sur la clé de voûte d'une chapelle latérale de l'église Sainte-Marie-Madeleine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1798 Bernard Cazard    
1798 1799 Guillaume Andrieu    
1799 1800 Pierre Balaye    
1800 1830 Bernard Cazard    
1830 1843 Jean Besse    
1843 1869 Pierre Balaye    
1869 1871 Pierre Salgues    
1871 1915 Jean-baptiste Lalo    
1915 1929 Jean Delpech    
1929 1945 Charles Rossignol    
1945 1965 Henri Marty    
1965 2008 René Cazal    
2008 2014 Albert Perie    
2014   Christian Pons    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2015, la commune comptait 115 habitants[Note 1], en diminution de 4,17 % par rapport à 2010 (Lot : -0,67 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5094991 082994895795810910861
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
769805432462470458441432370
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
334287274217210185172161152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
137135131128129107114116117
2013 2015 - - - - - - -
118115-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Soulomès. Une équipe rajeunie », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 18 mars 2017)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 117 (lire en ligne)
  4. « Patrimoine Midi Pyrenées: l'église Sainte Marie Madeleine (Soulomès) » (consulté le 23 juin 2018)
  5. Dépliant touristique de la commune - Office de Tourisme de Labastide-Murat
  6. « Les maires de Soulomès », sur Site francegenweb, (consulté le 18 mars 2017).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :