Caniac-du-Causse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caniac-du-Causse
Lac Saint-Namphase dans la forêt de la Braunhie.
Lac Saint-Namphase dans la forêt de la Braunhie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Gourdon
Canton Causse et Vallées
Intercommunalité Communauté de communes du Causse de Labastide-Murat
Maire
Mandat
Jean-Pierre Sabrazat
2014-2020
Code postal 46240
Code commune 46054
Démographie
Gentilé Caniacois
Population
municipale
346 hab. (2014 en augmentation de 3,9 % par rapport à 2009)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 20″ nord, 1° 38′ 38″ est
Altitude Min. 309 m
Max. 465 m
Superficie 35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Caniac-du-Causse

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Caniac-du-Causse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caniac-du-Causse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caniac-du-Causse

Caniac-du-Causse est une commune française située dans le département du Lot en région Occitanie. Les habitants de Caniac-du-Causse sont les Caniacois et les Caniacoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Caniac est basé sur l'anthroponyme latin ou roman Canius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[1].

du Causse a été ajouté en 1949[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers hommes vivaient déjà sur le territoire de l'actuelle commune de Caniac-du-Causse. Une incisive de néandertalien, datée de 335 000 ans, a été découverte à la grotte de Pradayrol[3].

Caniac figurait en 654 sur un acte mentionnant un don que fit l'évêque Didier au chapitre de la cathédrale de Cahors. Plus tard, Namphaise se retira dans la forêt de la Braunhie. Ses reliques reposent dans la crypte de l'église de Caniac, bâtie au XIIe siècle sous l'autorité de l'abbaye Saint-Pierre de Marcilhac-sur-Célé[4].

Caniac est l'une des dix-sept communes de France décorées de la médaille de la Résistance[5] par décret du .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Caniac-du-Causse Blason Écartelé : aux 1er et 4e d'azur semé de flanchis d'or, au lion d'or armé, lampassé et couronné de gueules, brochant, aux 2e et 3e d'or à la bande de gueules ; sur le tout, un écu en bannière parti d'argent et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1806 Antoine Lavergne    
1806 1807 Gabriel Dubreil    
1807 1811 Antoine Lavergne    
1811 1815 Charles Lieusse    
1815 1830 Antoine Lapergue    
septembre 1830 1843 Hyacinthe Cassagne    
octobre 1843 1844 Antoine Lapergue    
1845 1865 Jean Pierre Sindou    
octobre 1865 1876 François Léon Cayrel    
octobre 1876 1892 Jean Baptiste Pégourié    
juin 1892 1896 Louis Edmond Cayrel    
juin 1896 1912 Valentin Pégourié    
juin 1912 1921 Félix Méjecaze    
juin 1921 1933 Valentin Pégourié    
septembre 1933 1935 Charles Mejecaze    
juin 1935 1950 Louis Valéry    
juin 1950 1967 Paul Andrieu    
décembre 1967 1971 Cyprien Delfau    
juillet 1971 1973 Roger Combes    
1974 1977 Marius Graulières    
1977 en cours Jean-Pierre Sabrazat    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2014, la commune comptait 346 habitants[Note 1], en augmentation de 3,9 % par rapport à 2009 (Lot : +0,05 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
942 476 921 1 030 1 085 1 128 1 155 1 184 1 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 210 1 223 1 151 1 050 1 025 1 019 981 957 850
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716 674 596 509 505 435 445 353 309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
267 228 207 245 246 246 318 330 350
2014 - - - - - - - -
346 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Selon sa biographe Myriam Anissimov, Romain Gary y acheta trois maisons avec Jean Seberg et son petit-cousin Paul Pavlovitch, celui qui devait personnifier l'écrivain imaginaire Émile Ajar. "Ni Romain ni Jean n'y vinrent souvent, écrit-elle, mais Paul réhabilita sa ruine et en fit sa demeure."

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M.-R. Séronie-Vivien, Un habitat en grotte : La grotte de Pégourié (Caniac-du-Causse, Lot) Périgordien - Badegoulien - Azilien - Age du Bronze, p. 363-369, dans Bulletin de la Société préhistorique française, 1989, volume 86, no 10-12 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 115 (lire en ligne)
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 108.
  3. Jean Dufau, Jacques Favarel et Marie-Roger Seronie-Vivien, « Un site pléistocène moyen à hominidé en Quercy : la grotte de Pradayrol à Caniac-du-Causse (Lot) », Préhistoire du Sud-Ouest, Préhistoire du Sud-Ouest, no 11-2,‎ , p. 132 (ISSN 1268-7944, présentation en ligne)
  4. Anne Gary, Montfaucon en Quercy : À la découverte du passé, t. 1 : Des origines à la révolution, Bayac, Éditions du Roc de Bourzac, , 115 p. (ISBN 2-87624-047-5), p. 25-26
  5. « Les collectivités territoriales, collectivités civiles et unités militaires, titulaires de la médaille de la Résistance française », (consulté le 15 avril 2014)
  6. « Les maires de Caniac-du-Causse », sur Site francegenweb, (consulté le 3 janvier 2016).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .