Richard C. Lewontin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richard C. Lewontin (Richard Charles "Dick" Lewontin) (né le à New York) est biologiste, généticien et philosophe de la biologie, professeur titulaire de la chaire Alexander Agassiz à l'université de Harvard. Il est un commentateur social de sensibilité ouvertement marxiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a enseigné la génétique, les statistiques et l'évolution à l'Université d'État de Caroline du Nord, à l'Université de Rochester, à l'Université de Chicago et à l'Université de Harvard. Il a été Président de la Société pour l'étude de l'évolution, de la Société Américaine des Naturalistes et de la Société pour la Biologie Moléculaire et l'Évolution. Depuis quelques années, il est coéditeur de The American Naturalist.

C'est un des chefs de file du développement de la base mathématique de la théorie de l'évolution et de la génétique des populations. Il a introduit les techniques de biologie moléculaire comme l'électrophorèse sur gel dans la recherche sur la génétique des populations en 1966. Dans un article écrit en collaboration avec J.L. Hubby dans le magazine Genetic de 1966, il a ouvert la voie au domaine de la recherche sur l'évolution moléculaire. En 1979, Lewontin et Stephen Jay Gould ont introduit le terme de « trompe » dans la théorie de l'évolution. Il consacre ainsi ses études à la variation génétique dans les protéines et dans l'ADN au sein des espèces.

Prises de position[modifier | modifier le code]

D'un point de vue sociologique, Lewontin s'oppose fortement au déterminisme génétique et au néodarwinisme tels qu'ils s'expriment dans les domaines de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste. Il a notamment coécrit, en 1975, avec ses collègues de Harvard Stephen Jay Gould et Ruth Hubbard une tribune contre le livre d'E. O. Wilson : Sociobiology.[1] Robert Trivers qualifia ces accusations « venues d'éminents biologistes » d'« intellectuellement faibles et paresseuses »[2]. Steven Pinker reviendra sur cette tribune pour expliquer qu'elle a déformé le propos du livre et que les accusations de promouvoir le déterminisme génétique sont exagérées. [3]

Dans son livre Nous ne sommes pas programmés, il critique le réductionnisme et le déterminisme de Richard Dawkins qui se défendra, lui aussi, en expliquant qu'il ne se reconnait pas dans ces accusations.[4]

Auparavant, en tant que membre de Science for the People, il a dénoncé l'implication d'éminents scientifiques dans les programmes du Pentagone visant à développer des armements pour la guerre du Viêt Nam. Depuis les années 1990, il condamne le lobbying de l'OGM du « complexe génético-industriel »[5],[6].

D'un point de vue philosophique, il est matérialiste de type dialectique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • avec K. Kojima (1960) The evolutionary dynamics of complex polymorphisms, Evolution 14 (4): 458–472. DOI:10.2307/2405995. JSTOR 2405995.
  • Is Nature Probable or Capricious?". BioScience 16: 25–27. (1966). DOI:10.2307/1293548.
  • avec J. L. Hubby (1966), A molecular approach to the study of genic heterozygosity in natural populations. II. Amount of variation and degree of heterozygosity in natural populations of Drosophila pseudoobscura. Genetics 54 (2): 595–609. PMC 1211186. PMID 5968643.
  • Population Biology and Evolution, Syracuse univ press +, 1968
  • The Units of Selection. Annual Reviews of Ecology and Systematics 1: 1–18. (1970)DOI:10.1146/annurev.es.01.110170.000245.
  • The Apportionment of Human Diversity. Evolutionary Biology, vol. 6 (1972) pp. 391–398.
  • The genetic basis of evolutionary change, New York: Columbia University Press. (1974) . (ISBN 0-231-03392-3).
  • Adattamento, Enciclopedia Einaudi, (1977) vol. 1, 198-214.
  • Adaptation, Scientific American, vol. 239, (1978) 212-228.
  • avec Gould, S.J. (1979), The spandrels of San Marco and the Panglossion paradigm: a critique of the adaptationist programme. Proc R Soc Lond B 205 (1161): 581–598. DOI:10.1098/rspb.1979.0086. PMID 42062.
  • Human diversity (2d ed.). New York: Scientific American Library. (1995) . (ISBN 0-7167-6013-4).
    • (fr) Richard C. Lewontin, La diversité des hommes - L'inné, l'acquis et la génétique, Belin, 1984
  • The Organism as Subject and Object of Evolution, Scientia vol. 188 (1983) 65-82.
  • avec Steven Rose and Leon J. Kamin, Not in Our Genes: Biology, Ideology and Human Nature (1984) (ISBN 0-394-72888-2)
    • (fr) Nous ne sommes pas programmés, La Découverte, 1985
  • avec Richard Levins, The Dialectical Biologist, Harvard University Press (1985) (ISBN 0-674-20283-X)
  • Biology as Ideology: The Doctrine of DNA(1991) (ISBN 0-06-097519-9)
  • (fr) Le rêve du génome humain, 48p., 1992.
  • The Triple Helix: Gene, Organism, and Environment, Harvard University Press (2000) (ISBN 0-674-00159-1)
    • (fr)La triple hélice : Les gènes, l'organisme, l'environnement, Seuil, 2003
  • It Ain't Necessarily So: The Dream of the Human Genome and Other Illusions, New York Review of Books (2000)
  • avec Richard Levins, Biology Under The Influence: Dialectical Essays on the Coevolution of Nature and Society , (2007)
  • (fr) Sean Carroll, Anthony Griffiths, Susan Wessler (collectif) Introduction à l'analyse génétique, 5e édition, De Boeck, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elizabeth Allen et al., "Against 'Sociobiology'", The New York Review of Books, November 13, 1975
  2. Robert Trivers, Sociobiology and politics, 1981
  3. Steven Pinker, Comprendre la nature humaine, éditions Odile Jacob, 2006
  4. (en) Richard Dawkins, Sociobiology: The debate continues. New Scientist, 24, 59-60
  5. Jean-Pierre Berlan et Richard C. Lewontin, La menace du complexe génético-industriel, le Monde diplomatique, décembre 1998
  6. Jean-Pierre Berlan et Richard Lewontin, OGM ou CCB ? - Les organismes génétiquement modifiés sont, en réalité, des clones chimériques brevetés, 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]