Richard C. Lewontin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard C. Lewontin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Richard LewontinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Richard Charles Lewontin
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions
Liste détaillée
Bourse Guggenheim
Prix Sewall-Wright (en) ()
Crafoord Prize in Biosciences ()
Médaille Thomas Hunt Morgan (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Richard C. Lewontin (Richard Charles « Dick » Lewontin), né le à New York et mort le à Cambridge[1] , est un biologiste, un généticien et un philosophe de la biologie américain, professeur titulaire de la chaire Alexander Agassiz à l'université Harvard. Il est un commentateur social de sensibilité ouvertement marxiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard C. Lewontin a enseigné la génétique, les statistiques et l'évolution à l'Université d'État de Caroline du Nord, à l'Université de Rochester, à l'Université de Chicago et à l'Université de Harvard. Il a été Président de la Société pour l'étude de l'évolution, de la Société Américaine des Naturalistes et de la Société pour la Biologie Moléculaire et l'Évolution. Depuis quelques années, il est coéditeur de The American Naturalist.

C'est un des chefs de file du développement de la base mathématique de la théorie de l'évolution et de la génétique des populations. Il a introduit les techniques de biologie moléculaire comme l'électrophorèse sur gel dans la recherche sur la génétique des populations en 1966. Dans un article écrit en collaboration avec J.L. Hubby dans le magazine Genetic de 1966, il a ouvert la voie au domaine de la recherche sur l'évolution moléculaire. En 1979, Lewontin et Stephen Jay Gould ont introduit le terme de « trompe » dans la théorie de l'évolution. Il consacre ainsi ses études à la variation génétique dans les protéines et dans l'ADN au sein des espèces.

Prises de position[modifier | modifier le code]

D'un point de vue sociologique, Richard C. Lewontin s'oppose fortement au déterminisme génétique et au néodarwinisme tels qu'ils s'expriment dans les domaines de la sociobiologie et de la psychologie évolutionniste. Il a notamment coécrit en 1975 avec ses collègues de Harvard Stephen Jay Gould et Ruth Hubbard (en) une tribune contre le livre d'E. O. Wilson : Sociobiology (en)[2]. Robert Trivers qualifia ces accusations « venues d'éminents biologistes » d'« intellectuellement faibles et paresseuses »[3]. Steven Pinker reviendra sur cette tribune pour expliquer qu'elle a déformé le propos du livre et que les accusations de promouvoir le déterminisme génétique sont exagérées[4].

Dans son livre Nous ne sommes pas programmés, il critique le réductionnisme et le déterminisme de Richard Dawkins qui se défendra, lui aussi, en expliquant qu'il ne se reconnait pas dans ces accusations[5].

Auparavant, en tant que membre de Science for the People, il a dénoncé l'implication d'éminents scientifiques dans les programmes du Pentagone visant à développer des armements pour la guerre du Viêt Nam. Depuis les années 1990, il condamne le lobbying de l'OGM du « complexe génético-industriel »[6],[7].

D'un point de vue philosophique, il est matérialiste de type dialectique.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Richard C. Lewontin, a pioneer in molecular genetics, dies at 92 », sur World Socialist Web Site (consulté le )
  2. (en) Elizabeth Allen et al., "Against 'Sociobiology'", The New York Review of Books, .
  3. (en) Robert Trivers, Sociobiology and politics, 1981.
  4. Steven Pinker, Comprendre la nature humaine, éditions Odile Jacob, 2006.
  5. (en) Richard Dawkins, Sociobiology: The debate continues. New Scientist, 24, 59-60.
  6. Jean-Pierre Berlan et Richard C. Lewontin, La menace du complexe génético-industriel, le Monde diplomatique, .
  7. Jean-Pierre Berlan et Richard Lewontin, OGM ou CCB ? - Les organismes génétiquement modifiés sont, en réalité, des clones chimériques brevetés, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]