Saint-Samson-de-la-Roque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Samson-de-la-Roque
Saint-Samson-de-la-Roque
Le phare de la Roque, à la pointe du même nom,
Logo monument historique Inscrit MH (2001).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Intercommunalité Communauté de communes de Pont-Audemer / Val de Risle
Maire
Mandat
Régis Seninck
2020-2026
Code postal 27680
Code commune 27601
Démographie
Gentilé Roquais
Population
municipale
436 hab. (2017 en augmentation de 9,82 % par rapport à 2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 43″ nord, 0° 25′ 54″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 114 m
Superficie 15,69 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Le Havre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourg-Achard
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Samson-de-la-Roque
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Saint-Samson-de-la-Roque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Samson-de-la-Roque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Samson-de-la-Roque

Saint-Samson-de-la-Roque est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La pointe de la Roque caractérise la géographie de la commune.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Samson-de-la-Roque est établie sur le promontoire rocheux qui sépare le Marais-Vernier de la vallée de la Risle à son confluent avec la Seine. Cette position élevée lui assure un très large point de vue sur la basse vallée de la Seine et son embouchure. Elle appartient au parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est riveraine de la Seine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Samson-de-la-Roque est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Havre, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est formée en 1844 par la réunion de Saint-Samson-sur-Risle et de la Roque-sur-Risle[6].

Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Sanso en 1120[7] et Roca au XIIe siècle[8].

Saint Samson est le fondateur de l'abbaye de Pental au VIe siècle.

Le mot roque / roche a eu en toponymie le sens de maison forte[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien oppidum celtique. Les anciennes paroisses de la Roque-sur-Risle et de Saint-Samson-sur-Risle faisaient partie de l'exemption de Saint-Samson relevant de l'évêché de Dol. Cette dernière a fusionné avec la première en 1844.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Adrien Roussel    
mars 2001 En cours Lucien Romain DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2017, la commune comptait 436 habitants[Note 3], en augmentation de 9,82 % par rapport à 2012 (Eure : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265279246229238230257416445
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360371419373353351380354375
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
324328273250263227224273284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
298278288292271283322388419
2017 - - - - - - - -
436--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Samson-de-la-Roque compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

Par ailleurs, plusieurs autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • l'église Saint-Samson (XVIIIe, XIXe et XXe)[14]. Une partie − murs ouest de la nef et tour clocher − date de 1877 et sont de l’architecte Perrée. On y trouve un toit à longs pans ainsi qu'une flèche polygonale. Une partie de ses matériaux de construction proviendrait de l'abbaye de Pental ;
  • le château de la Chevalerie (XVIIIe et XIXe)[15] ;
  • le manoir de Tinnetot (XVIIIe)[16]. Il s'agit du fief de la famille Laisné de Tinnetot. Mention du fief dès 1504, reconstruction du logis au XVIIIe siècle, manoir de brique, colombage, torchis et essentage d'ardoise ;
  • la chapelle Notre-Dame (XIVe (?))[17] ;
  • deux maisons : une du XVIIIe siècle au lieu-dit Saint-Samson[18] et une autre du XVIIIe siècle au lieu-dit le Castel[19] ;
  • un camp au lieu-dit le Camp des Anglais[20].

Est également inscrite à cet inventaire l'abbaye de Pental, un édifice aujourd'hui détruit[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 décembre 2020)
  6. Ernest de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, 1877, p. 206 in Dictionnaire topographique de la France comprenant LES NOMS DE LIEUX ANCIENS ET MODERNES CTHS DicoTopo.fr (lire en ligne) [1].
  7. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France: Formations dialectales (suite) et françaises, Page 1576.
  8. a et b François de Beaurepaire - 1981 - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 165.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Phare de la roque », notice no PA27000084, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Église paroissiale Saint-Samson », notice no IA00018959, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Château », notice no IA00018963, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Manoir de Tinnetot », notice no IA00018966, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Chapelle Notre-Dame », notice no IA00018965, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Maison », notice no IA00018967, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Maison », notice no IA00018962, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Camp », notice no IA00018960, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Abbaye, collégiale de Pental », notice no IA00018964, base Mérimée, ministère français de la Culture.