La Cerlangue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Cerlangue
L'église Saint-Léonard.
L'église Saint-Léonard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Romain-de-Colbosc
Intercommunalité Saint-Romain-de-Colbosc
Maire
Mandat
Michel Rats
2014-2020
Code postal 76430
Code commune 76169
Démographie
Population
municipale
1 306 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 27″ nord, 0° 24′ 53″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 127 m
Superficie 27,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Cerlangue

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Cerlangue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Cerlangue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Cerlangue
Liens
Site web lacerlangue.fr

La Cerlangue est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle fait partie du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes dialectales normandes la Cherlangue ou la Chellangue (avec affaiblissement de /r/ caractéristique du cauchois) du XIIIe siècle au XVe siècle et sous la forme latinisée Cervi lingua en 1248. Cette transposition latine en « la langue de cerf » parait correcte pour François de Beaurepaire[1]. Par contre, le toponyme roman devrait être non point « cerf-langue » mais plutôt « langue-cerf » selon la règle du groupe déterminé-déterminant propre à l'ancien français (sauf cas d'exception) avec omission de la préposition de, comme au cas régime. Aussi, le groupe déterminant-déterminé « cerf-langue » est plutôt l'indice d'une influence du mode de composition germanique ou anglo-scandinave, voire un calque roman du germanique (ou du vieux norrois / vieil anglais) cf. allemand Hirschzunge « langue de cerf, scolopendre » avec Hirsch « cerf » et Zunge « langue ». À noter que l'on trouve parfois dans la toponymie normande ce type d'association de deux substantifs selon le même mode de composition : Esteinvei (v. 1320 à Fresville) signifiant « le gué de la pierre », vei ou vey étant la forme normande correspondant au français gué et steinn, le terme norrois signifiant pierre.

Le nom est peut-être lié à la présence, dans le bois proche, de la fougère scolopendre (asplenium scolopendrium) appelée également langue de cerf (« cerf-langue »).

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-d'Abbetot a été réunie à La Cerlangue en 1824.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Nadine Cote    
2008 en cours
(au avril 2014)
Michel Rats    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 306 habitants, en augmentation de 4,4 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
741 900 831 721 992 949 912 911 925
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
927 908 936 943 879 887 990 987 996
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
969 949 911 806 829 810 790 841 763
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
740 754 890 895 983 1 106 1 177 1 251 1 306
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de La Cerlangue a la spécificité de posséder deux églises : l'église Saint-Léonard et l'église Saint-Jean d'Abbetot, à la suite de la réunification des deux communes en 1824.

L'église Saint-Jean-Baptiste de La Cerlangue, quant à elle, fut détruite vers 1822.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse-Adolphe Martin, Étude historique et descriptive sur La Cerlangue et Saint-Jean-d'Abetot, Fécamp,
  • Le Livre d'images de Saint Jean d'Abbetot, La Hetraie
  • Patrick Lebourgeois, La Cerlangue sur les falaises de l'estuaire, éditions des Falaises,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, éditions Picard, 1979, p. 58.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .