Dangeul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dangeul
Dangeul
Le prieuré de Mayanne.
Blason de Dangeul
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Philippe Nicolas
2014-2020
Code postal 72260
Code commune 72112
Démographie
Gentilé Dangeulois
Population
municipale
478 hab. (2016 en diminution de 2,25 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 54″ nord, 0° 15′ 25″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 104 m
Superficie 13,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Dangeul

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Dangeul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dangeul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dangeul

Dangeul est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 478 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dangeul[1]
René Thoigné Courgains
Nouans Dangeul Marolles-les-Braults
Nouans Congé-sur-Orne Dissé-sous-Ballon,
Mézières-sur-Ponthouin

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se serait appelée Saint-Georges-de-Dangeul[2] et aurait reçu, durant la Révolution, le nom de Dangeul[3] qu'elle a conservé jusqu'à ce jour.

Le gentilé est Dangeulois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Dangeul

Les armoiries de Dangeul se blasonnent ainsi :
Écartelé: au 1er d'azur à la clé contournée d'or posée en barre, au 2e d'or à la clé contournée de sable posée en barre, au 3e d'or au lion contourné lion de sable, au 4e d'azur au lion d'or[4].
Adopté par la municipalité le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? mars 2001[5] Raymond Triger    
mars 2001 mars 2008 Claire Debusschère   Assistante commerciale
mars 2008 mars 2014 Christine Conin SE Agricultrice
mars 2014[6] En cours Philippe Nicolas SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 478 habitants[Note 2], en diminution de 2,25 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9421 0051 0591 1141 1601 2251 1691 1101 102
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0751 020966930916849861850824
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
805770791696660674653726660
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
660622542456439510529498483
2016 - - - - - - - -
478--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien prieuré de Mayanne, des XIe, XVe et XVIe siècles, classé au titre des monuments historiques en 2013[10].
  • Église Saint-Georges, des XIIIe, XIVe et XVe siècles.
  • Château de Dangeul, du XIXe siècle, sur le site d'une forteresse ancienne.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Selon Noms révolutionnaires des communes de France, p. 58 ; La notice EHESS-Cassini fait bien état d'un nom révolutionnaire sans préciser le nom antérieur.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « 72 112 - Dangeul (Sarthe) », sur l'Armorial des villes et des villages de France (consulté le 6 septembre 2015)
  5. « Élections municipales 2001 », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 15 avril 2018)
  6. « Les nouveaux maires et adjoints élus ce week-end », Le Maine libre, (consulté le 6 avril 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Prieuré de Mayanne », notice no PA00109733, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 54-55

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoin Murphy, L.-J.Plumard de Dangeul (1722 - 1777), Membre de l'Académie des sciences de Stockholm - Un précurseur de l'Économie politique moderne, in Revue Historique et archéologique du Maine, Le Mans, 2000, 3e série T.20, tome CLI de la Collection, p. 81-96(+ill.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]