Congé-sur-Orne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Congé-sur-Orne
Congé-sur-Orne
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Katia Ambrois
2020-2026
Code postal 72290
Code commune 72088
Démographie
Population
municipale
338 hab. (2018 en diminution de 2,59 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 00″ nord, 0° 15′ 13″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 73 m
Superficie 11,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mamers
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Congé-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Congé-sur-Orne

Congé-sur-Orne est une commune française rurale, située dans le département de la Sarthe, l'ancienne province du Maine et la région Pays de la Loire, peuplée de 338 habitants[Note 1] (les Congéens). La majorité de la population réside dans le village, appelé localement le Bourg.

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Saosnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Congé-sur-Orne est située à 19 km au sud-sud-ouest de Mamers et à 22 km au nord du Mans. L'Orne saosnoise, qui coule au sud-est, sépare la commune et celle de Mézières-sur-Ponthouin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Congé-sur-Orne
Nouans Dangeul
Lucé-sous-Ballon Congé-sur-Orne Mézières-sur-Ponthouin
Ballon ancienne commune de Saint-Ouen-sous-Ballon Saint-Mars-sous-Ballon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Congé-sur-Orne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72 %), prairies (25,5 %), zones agricoles hétérogènes (2,3 %), forêts (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Arcis (peut-être issu du bas latin arcisterium, lieu où vivent des religieux), l'Arçonnerie, Beauregard, Beaugé, les Bois, le Bois des Brosses, le Bois d'Assé, le Boivent, la Boulerie, la Boudinière, les Bourgeons, la Bouteillerie, la Commune, le Carrefour, le Chapitre, la Chatrerie, le Chesnay, le Clos de Beaugé, Coq Fresne, le Cormier, les Coudreaux, le Coudray, les Coulvenderies, la Davière, la Dolinière, Chantepie, le Grand Chemin, le Grand Chesnay, le Grand Mortier, l'Éspérance, les Fontaines, l'Île, le Joncheray, la Maison Neuve, Maleffre, Maumusson, Montotet, le Petit Clos, la Petite Sennerie, le Petit Mans, le Pont Esnault, le Pressoir, la Rangée, le Ribay, le Rideray, les Ronces, les Roseaux, la Route, Saint-Georges, la Sennerie (peut-être le lieu où les protestants avaient un prêche), la Salmondière, la Sourdonnerie, la Tiroufière.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La localité est appelée Congé puis Congé-sur-Orne à partir de 1801.
  • Dans son dictionnaire topographique publié en 1829, Julien Rémy Pesche propose l'origine suivante : de Congestio ou Congestus, c'est-à-dire amas, assemblage, soit de la terre et de la vase charriées par les eaux de la rivière Orne saosnoise, soit les eaux débordées elles-mêmes qui croupissent sur un terrain argileux.
  • La seigneurie de la paroisse appartenait à la maison le Vayer de la Davière comme dépendance du marquisat de Ballon.
  • Durant les années 1980, le remembrement a fait disparaître une grande partie du paysage traditionnel de bocage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? juin 1995 Adolphe Poisson    
mars 2008 Michel Lejard SE Exploitant agricole
mai 2019[9] Jean-Michel Bougard[10] SE Aide-soignant
septembre 2019[11] En cours Katia Ambrois[12] SE Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2018, la commune comptait 338 habitants[Note 4], en diminution de 2,59 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %). En 1841, Congé comptait 985 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
839893936924871959985909955
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
894825797741749698675665627
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
579570585517520452440464425
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
427372292247242291296327345
2018 - - - - - - - -
338--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Essentiellement tournée vers l'agriculture, la commune de Congé est le siège d'entreprises de construction, de commerce, de services aux entreprises et aux particuliers. Durant la belle saison, les gîtes ruraux et les résidences secondaires contribuent à la vie sociale et économique de la commune. Traditionnellement, l'activité agricole principale était la polyculture-élevage et comprenait la production de chanvre.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Au cours de l'année, l'ancienne école, accueille divers événements socio-culturels.

Patrimoine et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • L'église remarquable Notre-Dame-et-Sainte-Marie-Madeleine est du XIIe siècle et fut modifiée au XVIe siècle. Le clocher, du XIIe siècle, en forme de tour médiévale ronde rare dans la région, est surmonté d'une flèche à section hexagonale couverte d'ardoise. À l'intérieur, le retable du XVIIe siècle est du sculpteur manceau Noël Mérillon. Il comprend plusieurs sculptures du même artiste : une Vierge à l'Enfant, un saint Sébastien et un saint Joseph.
  • Monument aux morts.
  • Moulin à eau des XIXe et XXe siècles.
  • Ancien lieu de baignade aménagé sur les rives de l'Orne.
  • Fours à chanvre aux lieux-dits le Grand Chesnay et Coq Fresne.
  • Sentiers de randonnée (départ et carte près de l'église) : sentier du Grand Chesnay (9,5 km), sentier du Cormier (5,9 km), Circuit de Bois Villiers (4 km)
  • De Congé on aperçoit, au sud-ouest, le donjon du château de Ballon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 890
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Espace souvenirs de Jean-Michel Bougard – Dans nos cœurs », sur dansnoscoeurs.fr, Ouest-France (consulté le ).
  10. Réélection 2014 : « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le ).
  11. « Municipales. Congé-sur-Orne : une confiance renouvelée à la municipalité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  12. Réélection 2020 : Répertoire national des élus : les maires (data.gouv.fr, téléchargement du 18 juillet 2020) )),
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]