Saint-Cosme-en-Vairais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Cosme-en-Vairais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Mamers
Intercommunalité Communauté de communes du Massif de Perseigne et du Saosnois
Maire
Mandat
Jean-Yves Tessier
2014-2020
Code postal 72110
Code commune 72276
Démographie
Gentilé Cosméens
Population
municipale
1 998 hab. (2012)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 26″ N 0° 27′ 36″ E / 48.2738888889, 0.4648° 16′ 26″ Nord 0° 27′ 36″ Est / 48.2738888889, 0.46
Altitude Min. 67 m – Max. 180 m
Superficie 32,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Cosme-en-Vairais

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Cosme-en-Vairais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cosme-en-Vairais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cosme-en-Vairais

Saint-Cosme-en-Vairais est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 998 habitants[Note 1] (les Cosméens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Cosme-en-Vairais[1]
Saint-Pierre-des-Ormes Saint-Fulgent-des-Ormes (Orne) Igé (Orne)
Saint-Pierre-des-Ormes,
Moncé-en-Saosnois
Saint-Cosme-en-Vairais[1] Pouvrai (Orne)
Nauvay,
Courcival
Rouperroux-le-Coquet, Nogent-le-Bernard Nogent-le-Bernard

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune, alors nommée Saint-Cosme-de-Vair (nom peut-être abrégé en Saint-Cosme ou Saint-Côme), porte le nom de Montrecipe[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1790, les paroisses de Notre-Dame de Vair et de Saint-Cosme ont été réunies pour constituer la commune de Saint-Cosme[3]. L'église Notre-Dame a été ensuite détruite.
  • Saint Côme, puis Saint-Cosme-de-Vair est devenue en 1964 Saint-Cosme-en-Vairais après la fusion avec Champaissant et Contres-en-Vairais.

La commune est traversée par l'ancienne voie romaine du Mans à Évreux, dans un axe sud-ouest vers nord-est. Les origines de la commune sont cependant incertaines à cette époque[4], et semblent plus tardives.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1936 Auguste Levasseur (1863-1936)   Propriétaire
  juin 1995 Lucien Racois    
juin 1995 en cours Jean-Yves Tessier[5]   Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 998 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 777 1 948 2 043 2 061 2 028 2 183 2 265 2 031 1 946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 798 1 770 1 733 1 644 1 545 1 541 1 625 1 530 1 245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 210 1 165 1 164 1 076 1 021 1 005 960 1 016 970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 154 1 946 1 940 1 981 1 903 1 911 1 950 1 957 2 001
2012 - - - - - - - -
1 998 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Manoir des Croisettes du XVIe siècle.
  • Manoir de Forbonnais des XVe et XVIIe siècles[7].
  • Château de l'Étang, du XIXe siècle, bâti à l'emplacement d'un ancien manoir médiéval[7].
  • Ancien moulin à eau du XVIIIe siècle.
  • Moulin du XIXe siècle.
  • Lavoir de la fin du XIXe siècle, hameau de Contres, qui a la particularité d'avoir une eau à une température constante de 11 degrés Celsius[8].
  • Mont-Jallu, motte castrale du Xe siècle[9].
  • Motte castrale de la Cermondière.
  • Ancienne maison forte du "Ruisseau de Mortève", dont les douves sont encore visibles.
  • Fontaine des Basses-Grouas, du XVIIIe siècle[7].
  • Nombreux fours à chanvre[7].


Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Cosme-et-Saint-Damien, des XIe, XIIe et XVIe siècles, d'origine romane[8].
  • Église Saint-Gilles-et-Saint-Médard, des XIIe et XVIe siècles, hameau de Champaissant[8], partiellement inscrite au titre des monuments historiques depuis 1927[10]. Elle renferme une stalle en bois, probablement du XVIIIe siècle, classée monument historique au titre d'objet depuis 1989[11], ainsi qu'un banc en bois, du XVIIe siècle, classé monument historique au titre d'objet en 1908[12].
  • Église Saint-Augustin, des XVe, XVIIe et XIXe siècles, hameau de Contres[8].
  • Calvaire de la Croix Verras.
  • Calvaire de Contres.
  • Croix monumentale du cimetière de Champaissant.


Événements[modifier | modifier le code]

Rendez-vous aux jardins chaque premier week-end de juin

Fête annuelle des 2 jours du Vairais le dernier week-end de septembre

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gaston Gourdeau (1883 à Saint-Cosme-de-Vair - 1957), homme politique.
  • Julien Fortin (1621-~1690), originaire de la commune, ne fut pas notable en son temps, mais il est un ancêtre français de Madonna[13], de Céline Dion, de Diane Tell et de nombreux Fortin d'Amérique. Il est parti de Dieppe en 1650 pour rejoindre le Québec. Aujourd'hui, il reste dans la commune plusieurs familles portant ce nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[14].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, t. 5 : Sai-Sao, Le Mans, Monnoyer,‎ (lire en ligne), p. 168
  4. « Les origines de Ver », sur Le patrimoine du Vairais (consulté le 29 septembre 2014)
  5. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre,‎ (consulté le 30 mars 2014).
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  7. a, b, c et d « Le patrimoine privé du Varais », sur Le patrimoine du Vairais (consulté le 29 septembre 2014)
  8. a, b, c et d « Le patrimoine public du Vairais », sur Le patrimoine du Vairais (consulté le 29 septembre 2014)
  9. [PDF] « Bulletin d'information de l'association "Patrimoine du Vairais", Numéro 5, Juin 2011. », sur Consulté le 29 septembre 2014.
  10. « Église de Champaissant », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Stalle de l'église de Champaissant », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Dossier de banc », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « perche-quebec.com - Madonna, son ancêtre Julien Fortin est né à Saint-Cosme (Sarthe) en 1621… » (consulté le 24 février 2011)
  14. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :