Mihrimah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mihrimah
Mihrimah Sultan (Cameria).jpg

La princesse Mihrimah peinte par Titien.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
IstanbulVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfant
Ayşe Hümaşah Sultan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

La princesse Mihrimah[1] – en turc Mihrimah Sultan – (Istanbul, vers 1522 – 25 janvier 1578) est la fille bien-aimée du sultan Soliman le Magnifique, souverain de l'Empire ottoman, et de son épouse Roxelane (Hurrem Sultan).

Ce fut la princesse impériale la plus influente et la plus puissante de l'histoire ottomane. Elle sera la conseillère de son père le sultan et par la suite de son frère Selim II, en l'absence de Valide Sultan (Reine Mère).

Le , à 17 ans elle épouse Rüstem Pacha de 22 ans son aînée, qui deviendra par la suite grand vizir à deux reprises et en partie grâce à ce mariage.

Elle a fait construire par l'architecte Sinan deux mosquées (entourées d'un complexe monumental) qui portent son nom : la première à Üsküdar et la seconde à Edinerkapi, Istanbul[2]. On raconte que l'architecte Sinan serait tombé amoureux de Mihrimah mais n'aurait pas put l'épouser en raison de son âge avancé, des manigances de sa mère Hurrem Sultan et du fait que Sinan était déjà marié.

Preuve du génie de l'architecte et/ou de la légende, le 21 mars à l'équinoxe de printemps, lorsque le jour est égal à la nuit mais également le jour de l'anniversaire de la princesse, si on a une bonne vue des deux mosquées on peut voir le soleil se lever entre les deux minarets de la mosquée d'Uskudar et la lune se coucher sous le minaret d'Edirnekapi, Mihrimah signifiant en perse « le Soleil et la Lune »[3].

Elle eut une fille avec Rüstem Pacha, Ayşe Humasah, mariée au vizir Ahmed Pacha.

La princesse Mihrimah est interprétée dans la série turque Le Siècle Magnifique par l'actrice turque Pelin Karahan.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. son nom s'écrit également Mirhumah, Mihr-î-Mâh, Mihrî-a-Mâh ou Mehr-î-Mâh. Mehr-î-Mâh signifie « le soleil (littéralement la clémence, la compassion, ou la tendresse) et la lune »
  2. Juliette Dumas, Les Perles de nacre du sultanat. Les princesses ottomanes (mi-XVe siècle-mi-XVIIe siècle), Paris, EHESS (thèse de doctorat en histoire moderne), 2013, 839 p., p. 404, 427 et 689
  3. « À propos :: Mihrimah-s-universe », sur Mihrimah-s-universe (consulté le 26 mars 2017)