Route de la Révolte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Route de la Révolte
Route des Princes (future Révolte)Plan Roussel - 1730.
Route des Princes (future Révolte)
Plan Roussel - 1730.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Collectivité Porte Maillot 17e arrondissement
Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 40″ nord, 2° 16′ 56″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Route de la Révolte

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte topographique de Paris
City locator 14.svg
Route de la Révolte

La route de la Révolte est le nom d’une ancienne voie construite pour relier Versailles à Saint-Denis et Compiègne en évitant Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Venant de l'allée Royale dans le bois de Boulogne, la route passait par l'actuelle porte Maillot et se prolongeait en ligne droite jusqu'à Saint-Denis en passant par le carrefour Pleyel.

Ce chemin, qui deviendra en 1750 la route de la Révolte, s'est appelé officiellement la « route des Princes » ou « route de Versailles à Saint Denis ».

De 1848 à 1926, la route change de nom et s'appelle l'« avenue de la Porte de Maillot ».

La construction des fortifications de Thiers interrompt le tracé direct entre les bastions no 50 et no 48. La route départementale no 11 assure alors sa continuité en contournant les forts par l’extérieur.

Le tronçon coupé devient un élément de la rue militaire, longeant intérieurement l'enceinte fortifiée ; il deviendra le boulevard Gouvion-Saint-Cyr.

Après l'annexion par Paris, en 1929, le nom de « Révolte » disparaît dans Paris et ses différents tronçons dans la capitale sont renommés. Aujourd'hui (2014), s'il ne reste qu'une trace de ce nom à l'entrée de Saint-Denis, son itinéraire est toujours parfaitement identifiable. Il part en ligne droite du bois de Boulogne et de la porte Maillot, puis longe Paris à l'intérieur du Boulevard périphérique jusqu'au niveau de la porte de Clichy. Au-delà, il traverse le périphérique puis Clichy et Saint-Ouen pour arriver à Saint-Denis toujours en ligne droite (D410 puis N410).

C'est ce chemin qu'a rejoint Louis XV le 7 juin 1750, en quittant La Muette. (voir ci-dessous)

Historique[modifier | modifier le code]

La route de la Révolte et les fortifs de Thiers.

La tradition rapporte que Louis XV de France a fait construire, pour se rendre de Versailles à Saint-Denis et Compiègne, une route évitant Paris, qui sera appelée par la population « route de la Révolte »[1].

Si effectivement ce nom lui sera attribué à la suite de événements de mai 1750 (voir ci-dessous), le chemin emprunté par Louis XV existait en fait depuis longtemps sous le nom « Chemin des princes »[2]. Il est visible sur le Plan de Paris et de ses environs, établi par Roussel dès 1730.

De Versailles, on s’engageait sur la route dite de Versailles à Paris jusqu’au pont de Sèvres. Celui-ci franchi, on suivait le chemin des Princes jusqu’à la porte Maillot (Mahiaut). On gagnait ensuite la route dite « de Versailles à Saint-Denis » par où passaient les convois.

Il n’a donc pas été créé en 1750, comme le dit le marquis d’Argenson[3], mais il fut aménagé en route à cette époque.

Cette route étonnante résulte effectivement d'une colère de Louis XV exigeant que cette voie devienne carrossable entre les deux villes. L'ancien chemin était en fort mauvais état, à tel point que le cortège funèbre de son arrière-grand-père Louis XIV, le Roi Soleil, s'était embourbé dans un virage, à Saint-Ouen, le 9 septembre 1715. C’est également ce tracé que suivra le convoi funèbre de Louis XV en 1774 de Versailles jusqu'à la basilique de Saint-Denis.

Événement historique à l'origine du nom[modifier | modifier le code]

Convoi funéraire Louis XIV avec des méandres imaginaires
Convoi funéraire de Louis XIV
de la porte Maillot à Saint-Denis
(méandres imaginaires)

Ce nom de « Route de la Révolte » serait dû à un incident datant du . Ce jour-là, un officier de police conduit au poste un enfant de la rue des Nonnains-d'Hyères qui s’était rendu coupable de quelques incartades. La mère, éplorée, ameute tout le quartier et rapidement la rumeur court que Louis XV fait enlever les enfants âgés de 5 à 10 ans afin qu’ils soient sacrifiés et que leur sang soit utilisé pour les bains du roi et de ses courtisans. L’émeute prend de l’ampleur en particulier dans le faubourg Saint-Antoine où des agents de police sont pris à partie. Les 22 et 23 mai, l’agitation se propage dans les quartiers de la porte Saint-Denis, de la butte Saint-Roch et du carrefour de la Croix-Rouge. Quelque 2 000 personnes se portent sur la route de Versailles pour attendre le retour du lieutenant général de police Nicolas Berryer, allé prendre des ordres. Elles se heurtent à la troupe et au guet royal qui les dispersent.

Ayant eu connaissance de l'émeute et de l'ampleur qu'elle prend, Louis XV décide, par représailles, de priver les Parisiens de sa présence traditionnelle. « Au lieu que Sa Majesté devait partir le 5, elle est partie secrètement de Versailles la nuit du 6 au 7 pour Compiègne, où on l'attendait peu, et, pour punition, dit-on, au peuple révolté, le monarque n'a point passé par Paris »[3].

« Ordinairement, il vient par les remparts de Paris, pour gagner la porte Saint-Denis, et des messieurs de ville l'attendent sur son passage. Cette fois-ci, il est sorti du bois de Boulogne par la porte Maillot, pour traverser la plaine et gagner Saint-Denis à travers les terres ; cela a fait tenir des discours. Les uns ont dit qu'il n'avoit pas passé par Paris, par crainte, à cause des dernières émotions populaires; les autres qu'il avoit voulu marquer du mépris au peuple, à cause de leur sédition. Le premier motif est plus vraisemblable. »[4].

Mort du duc d'Orléans

Effectivement face à l'émotion populaire, Louis XV – qui n’avait guère envie de prendre de risques – voulut donc éviter la capitale lorsque, le , il alla voir sa fille Louise de France, prieure au Carmel de Saint Denis. Les circonstances valurent que ce détour ajouta de la fureur aux Parisiens. La « route des Princes », le chemin qu’il emprunta, devint pour les gens la « route de la Révolte », prémices du grondement révolutionnaire qu'on entendra bientôt dans le Royaume de France, et qui pérennisera le nom de cette route.

Autre origine possible du nom de la route[modifier | modifier le code]

Selon les historiens de la mairie du 17e arrondissement de Paris, la porte Maillot ne tiendrait pas son nom d'un ancien jeu de mail qui aurait existé dans le proche bois de Boulogne, mais de la révolte des Maillotins qui eut lieu en 1382. La route de la Révolte part de la porte Maillot et passe au nord de Montmartre ; elle pourrait alors bien rappeler la reddition de ces révoltés maillotins qui « s'étalèrent devant Montmartre en longues files » avec « les paysans de Clichy et des Ternes »[5]. Michelet écrit : « Lorsque le roi arriva, les bourgeois, pour le mieux fêter, crurent faire une belle chose en se mettant en bataille. Peut-être aussi espéraient-ils, en montrant ainsi leur nombre, obtenir de meilleures conditions. Ils s'étalèrent devant Montmartre en longues files ; il y avait un corps d'arbalétriers, un corps armé de boucliers et d'épées, un autre armé de maillets ; ces maillotins, à eux seuls, étaient vingt mille hommes »[6].

Chapelle funéraire de N-D de la Compassion[modifier | modifier le code]

Sur la route de la Révolte s'élève la chapelle funéraire de Saint-Ferdinand, initialement érigée à l'endroit où, le , le duc d'Orléans – le fils aîné du roi Louis-Philippe – mourut des suites d'un accident de voiture à cheval[7] Cette chapelle a été déplacée en 1964 d'une centaine de mètres lors des travaux d'aménagement du palais des congrès, jusqu'à place du Général-Kœnig (porte des Ternes).

Tracé[modifier | modifier le code]

La route de la Révolte commençait à la porte Maillot (qui était, non pas une porte de Paris, mais une porte de l'enceinte du bois de Boulogne). Elle allait en ligne droite jusqu'à l'actuelle porte de Paris à Saint-Denis en passant par le carrefour Pleyel en suivant un parcours encore parfaitement reconnaissable aujourd’hui, constitué par :

 la route révolte en 2014
La route de la révolte en 2014
Route et pont de la Révolte en 2014
Saint-Denis / Saint-Ouen
Route et pont de la Révolte en 2014.

Le nom de « Révolte » n'est plus utilisé sauf pour le pont de la Révolte à Saint-Denis (au-dessus des voies de chemin de fer provenant de la gare du Nord) et, tout à côté, pour une rocade récente d'accès à l'autoroute A14 (mais qui n'est pas dans l'axe de l'ancien tracé).

Illustrations anciennes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clichy mag no 188 de juin 2011, page 63.
  2. Certains pensent que le nom de route de la Révolte est bien plus ancien et que, comme pour la porte Maillot, ce nom viendrait de la révolte des Maillotins de 1382, où les paysans de Clichy et des Ternes s'étaient joints aux Parisiens lors du rétablissement inique des taxes sur les denrées de première nécessité.« Porte Maillot, un axe historique majeur », sur mairie du 17e (consulté le 6 novembre 2014)
  3. a et b d'Argeson, Journal et mémoires du marquis d'Argenson : récit daté de Juin 1750, Renouard, , p. 213-214.
  4. Edemond-Jean-François Barbier, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, vol. 3, Renouard et cie,, , p142
  5. La Porte Maillot, ce grand carrefour, existe depuis le haut Moyen Âge. Elle doit son nom à la révolte des Maillotins de 1382, où paysans de Clichy et du quartier des Ternes s'étaient joints aux Parisiens lors du rétablissement inique des taxes sur les denrées de première nécessité. « Il était une fois le 17e », sur mairie de Paris XVII (consulté le 4 novembre 2014).
  6. Jules Michelet, Histoire de France, vol. IV. [1380-1422.], L. Hachette (Paris), , p. 29.
  7. « 1842 Mort du Duc d’Orléans », sur jnmasselot (consulté le 4 novembre 2014).
  8. a, b et c Cette voie était partie intégrante de Neuilly-sur-Seine avant le rattachement de cette partie à Paris en 1860
  9. LEVALLOIS ET CHAMPERRET - Vue panoramique prise au dessus du mur d'enceinte de Paris en 1860
  10. a, b, c et d Cette voie était partie intégrante des Batignolles-Monceau avant le rattachement de cette partie à Paris en 1860

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]